Concordance des temps

Combien de fois n’a-t-on pas entendu ou lu dans des chroniques journalistiques ou des manifestes sociéto-philosophico-théorico-jemenmêlelespinços, que notre société actuelle est clivée par des discordes multiples, éparpillées et incessantes, sous couvert de nostalgie de la concorde nationale de « jadis »… Mais WTF? Certes je fais partie de ceux qui pensent que (trop) nombreux sont ceux qui prônent la solidarité, non pas pour poursuivre spontanément l’essence de ce but noble, mais parce-qu’être ouvert d’esprit (en façade), c’est tendance…mais évoluons nous réellement dans un univers plus hostile que celui du siècle passé? La reconnaissance des dissidences n’est-elle pas le revers de la liberté d’expression, et donc de la démocratie? Celle-ci ne serait-elle pas bafouée pour polir l’image d’une nation unie? Unie derrière ses représentants, vers le projet vers lequel on la mène, et l’orientation qu’elle prend, questions tout sauf anodines, en tout cas pas assez pour qu’on les gomme et qu’on redessine les traits à notre guise… 

Ils ont certes changé de spectre(s) mais il me semble que l’intolérance, le mépris, la corruption, le vice, et l’entrave à la quête de justice sociale, préexistaient à la génération Y… 

Je ne défends en aucun cas la tournure que prend notre société, qui inspire à mes yeux résignés, plus de désillusion et de peine que d’espoir … Mais le discours « c’était mieux avant » ne me convainc plus, ne serait-ce parce-qu’on ne peut vivre éternellement dans la quête d’un état dont on relate rétrospectivement l’idéal,  et dont on va fleurir la tombe à chaque polémique…alors que la plupart d’entre nous n’en ont pas connu les moindres recoins… Bien sur qu’aujourd’hui, l’obsolescence programmée et le gaspillage s’appliquent aussi bien aux possessions matérielles qu’à nos relations, remodelant du même coup l’avenir environnemental et la conception que l’on a des liens sociaux; que l’on perd chaque jour un peu plus nos repères et peut-être même le goût des choses; et que l’on se demande si les multiples portraits de « jeunes qui y croient et ont réussi » sont réalistes ou méticuleusement sélectionnés après des mois de recherches, simplement pour faire vendre parce-que le titre de notre magazine différera des 100 précédents qui déploraient l’état de la société… 

http://www.youtube.com/watch?v=sCeTsfXtq0Y

Je m’égare, certes….certes… certes….Mais je me demande simplement (quoi « chacun sa vision du simplement »?), si une apparence de discorde n’est pas le revers d’un modèle que l’on veut sans cesse perfectionner et aboutir, à savoir la démocratie et la libre expression, tandis qu’une concorde propre-sur-elle affichée chez politiques et journalistes ne garantit en rien sa véracité… 
Nous n’avons pas besoin de polémiques médiatiques pour savoir comment l’on se sent dans un environnement et une société…Ceux qui ont connu une autre époque seront à même de donner leur point de vue comparatif  qui ne se voudra sans doute pas manichéen; quant à nous, « génération perdue » (non, promis je ne vous fais pas le coup du « c’est à la génération YZABC de se construire par elle-même et d’inventer les codes d’épanouissement de demain #lavieestbelleenfait »), où en étais-je, oui, nous, pauvres brebis égarées, avons, d’une part bien assez à faire avec notre mal bien-être pour perdre notre temps à savoir si la concorde régnait tant de % plus en 1950 qu’en 2014, selon le degré d’hygrométrie et la hauteur des océans; et de surcroît, sans discorde et sans fléaux à combattre pour renforcer nos idéaux, et ben ce serait po pimenté comme vie….

Scander l’harmonie antérieure revient souvent à ceux qui n’ont pas grand chose d’autre à avancer, et quand on veut que les choses changent, on peut bien sur se baser sur des modèles passés si on les trouve personnellement cohérents, pour les adapter au monde actuel, mais on regarde plutôt dans l’horizon que dans le rétro…(Bon, d’accord, pour la mode ça compte pas, c’est cool de retrouver des robes vichy et des lunettes papillons dans les greniers)

IMG-20140922-00048

Une fois n’est pas coutume, je m’accrocherai pour conclure à mon unique commandement … »where there’s tea, there’s hope… »

Qu’en pensez-vous? A part qu’il m’arrive…souvent…d’être…disons, ailleurs…?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s