Les tolérants

Oui, c’est comme ça qu’on pourrait appeler ces petits biscuits tant ils sont ouverts d’esprit et respectueux de notre corps ! Sur une base chocolatée (minimum vitale), les déclinaisons sont infinies, à une seule condition non négociable : qu’ils vous fassent du bien au cœur, au corps, au moral, et au porte-monnaie 

Je suis époustouflée de voir à quelle point le fait d’avoir choisi de devenir végéta*ien (rien/lien ; tien, mien ; chien, bien….), m’a fait devenir infiniment plus tolérante et ouverte d’esprit envers les choix des autres. Je sais qu’en général, c’est l’inverse, c’est parce-qu’on est ouvert aux autres qu’on est curieux de découvrir d’autres modes de vie, qu’on s’ouvre à des choix plus slow; et parce-qu’on est tolérant qu’on choisit d’adopter un mode de vie plus respectueux de ce qui nous compose et nous entoure.
Mais moi j’étais (et suis encore sur certains points) du genre sceptique, blasée, réticente..enfin vous voyez le genre. « Mais ça c’était av.. » Et maintenant je suis mais totalement open, je me surprend chaque jour à opter pour des choix que je décriais il y a quelques mois, à me tourner vers des alternatives que je n’aurai jamais imaginées, ou même qu’une partie de mon esprit c’était jurée de ne jamais pratiquer ! Et c’est super, je me sens libérée, indulgente, et plus tolérante tant dans les choix alimentaires, que vestimentaires, privés, pro, etc ;sans que mon esprit critique et ma lucidité n’aient évidemment disparu, au contraire
Et plus que jamais, je pense qu’il faut permettre le débat et le partage d’expérience, mais que modifier son comportement ou se rendre compte de ses erreurs, ne doit pas venir des injonctions normatives des autres, mais de soi, de son for intérieur. Peut-être que les choix que je fais aujourd’hui sont irrationnels, infondés, ou que je vivrai totalement différemment dans 1 an ; mais si le changement doit se faire de façon durable et constructive, se sera à moi et à moi seule de me rendre compte de mes erreurs, et donc d’adapter les changements éventuels à mes ressentis, mon expérience. Bien sur il ne faut pas s’enfermer dans un sectarisme vicieux, clos au débat et aux conseils des autres; mais je me rends compte que les prescriptions et avertissements alarmants venant de l’extérieur ne servent à rien, et oui, il me rentrent par une oreille et me sortent quasiment par l’autre en laissant quelques résidus dans un coin de ma tête, qui me rendent plus lucide sur ce que je fais, mais n’impulseront jamais de changement constructif et singulier ; car les modifications doivent venir de ma propre pratique, de mes observations et ressentis singuliers.
Et de même, je n’irai pas au-delà du partage de conseils et d’expérience avec les autres, car les éventuels changements de leurs habitudes, viendront de leurs déductions, et peut-être même de leur « chute » ou erreurs ; vous ne pensez pas? 

mms_20150526_182401

Bon, méditer ça donne faim ; tout ça pour dire que ces petits gâteaux sont une sorte d’hommage à la tolérance et à l’ouverture d’esprit à laquelle je suis ravie de goûter ; et si j’ai choisi de ne pas y mettre de colorant rose, c’est parce-que cette disponibilité et cette indulgence donc je vous parle, ne riment pas du tout avec niaiserie ou crédulité

Donc, concrètement, comment fait-on pour être tolérant en bouche ? 

La base :
– sur un papier cuisson ou une assiette, formez des coeurs (ou tout autre forme à l’emporte pièce) de chocolat (à pâtisser fort en cacao) fondu 

Les déclinaisons (à déposer sur le chocolat avant qu’il ne se solidifie, pour permettre la « capture ») : c’est là que les biscuits montrent toute leur tolérance, parce-qu’ils sont ouverts à tout ce qui vous fait envie, plaisir ; ou les petits restes qui se sentent seuls dans le fond de vos bocaux :
Avoine & noix de coco en poudre grillés
Granola ou muesli
-Porridge d’avoine infusé dans du thé/rooibos vanille, ou de l’Earl Grey fleurs bleues
– Copeaux de noix de coco & bananes séchées
Amour, eau fraiche,

mms_20150526_182448

Enfin, l’idée c’est d’associer base chocolat fondu + avoine (ou autres flocons pour un plaisir sans gluten) ; ou fruits secs; et de laisser le tout se solidifier. Je sais c’est assez déstabilisant que je ne donne pas de proportions, mais c’est parce-que ça dépend vraiment de votre envie, et aussi de l’épaisseur que vous souhaitez obtenir : une belle couche de porridge serait plus jolie & généreuse que quelques pauvres petits flocons ; pareil pour le granola ; en revanche, vous pouvez ne mettre qu’une fine couche de copeaux de noix de coco si vous voulez un « biscuit » plus délicat. As-you-want dears !

Vous voyez, je veux bien aller à l’état civil pour que mon prénom devienne « recyclette« , et mon 2ème prénom « farfelue » ; mais je refuse de donner raison à ceux qui voudraient que les « slow », bio, végé et autres « healthy », soient surnommés « carence » ou « pauvreté« , avec « sectaire » pour 2nd prénom ! Na !

DSC_0090

Ce que je bois en vous écrivant : Samovar de Kusmi : équilibre subtil entre un thé d’Inde et un Lapsang Souchong, car c’est un « mélange de thés de Chine et d’Inde légèrement fumés » ; très agréable en effet car même si j’aime beaucoup les thés fumés, ce compromis est très équilibré ; toutefois, évitez d’en boire après 16h car les thés d’Inde peuvent empêcher de dormir, même si les thés fumés sont pauvres en théine.

Bisous pleins d’amour et de chocolat

Advertisements

Une réflexion sur “Les tolérants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s