Avé moutons, ceux qui vont changer le monde vous saluent ! Briser les tabous sans se briser

« Nan j’aurai pas de smartphone ni de Mac! », « nan j’aurai pas facebook », « nan j’achèterai pas de T-shirt eleven Paris ni de Stan Smith », nan ! « Mais pourquoi? » « Parce-que tout le monde en a… »^^ Oh que ce non-conformisme parait meugnon, mature et crédule, quand il amène à acheter des Converse rayées à paillettes (…) au lieu de Vans uber hype ; des lunettes Vichy et non des verres à la Audrey Pulvar ; et des objets cucus au lieu de la déco scandinave Mais que ce non-conformisme est incohérent et entêté, quand la marginale en question s’avoue qu’au fond, elle aime aussi les Vans, les grosses lunettes, et qu’elle adore les motifs scandinaves; pour preuve : ces objets peuplent son quotidien avec des années lumière de retard sur les « autres », les « in ». Qu’il est inepte quand elle se refuse à aimer Stromae ou la dernière révélation musicale, non parce-qu’elle a pris le temps de l’écouter et de former son jugement, mais parce-qu’elle prend à revers cette société qui la dégoûte en faisant l’exact contraire, sur le même schéma : juger et repousser, avant même de s’être forgé une opinion, pour rejeter symboliquement cette bien-pensance majoritaire qui adopte uniformément parce-que c’est « tendance », dont trop peu ont pris la peine de se demander si leur for intérieur singulier appréciait. Inepte donc un esprit qui rejette sans prendre la peine d’accorder du temps à un artiste qu’au fond d’elle, elle apprécie beaucoup, et qui figurera donc dans sa playlist 18 mois plus tard que les « autres ». Incohérent, stupide, que ce mode de fonctionnement qui m’accompagnait depuis si longtemps, juste pour ne pas être « comme les autres ». Ce que beaucoup voient comme une force de personnalité, se révèle, mené ainsi, comme une grande faiblesse car il ne se base sur aucun fondement réfléchi qui le fortifierai. Et les critiques acerbes qui n’ont visiblement d’énergie à dépenser qu’à piétiner les brebis égarées comme le ferait une bonne paire de Caterpillar sur une fourmi…ces venimeux, s’emparent de cette faiblesse pour étouffer toute éventualité de non-conformisme, toute tentative de tracer son chemin un pas à côté des sentiers prémâchés, sans vouloir nuire à quiconque. Cette incohérence donc, qui par son fouillis, me menait la plupart du temps loin de mon but de m’extraire des moules, en m’amenant simplement à adopter parmi les « tendances », celles qui me plaisaient, mais avec 1an et demi de décalage…L’hors-norme s’entretenant tout seul sans aboutir à une once de constructivité, ou de logique qui aurait pu changer les choses Cette année, le grand ménage de printemps ne s’est donc pas fait durant un week-end, cloitré dans mon grenier ; mais durant des mois, dans ma tête… Comme une grande claque éthique, environnementale, sanitaire, le végétalisme et le mode de vie « slow » se sont imposés à moi, pour , j’en suis intimement convaincu, faire de moi quelqu’un de meilleur car plus cohérent avec ses convictions profondes et ses agissements

IMG-20150510-03567

Mais pourquoi cette tendance ferait-elle à présent partie intégrante de mon quotidien alors que j’exècre les normes, le devoir-être et le conformisme? Parce-que j’ai décidé qu’au lieu de rejeter toutes les initiatives qui fleurissent, je repousserai celles qui ne me correspondent pas, et engendrent de la souffrance. une musique me plaira? Fonçons, être artiste est un des plus beaux métiers du monde qui doit être gratifié s’il le mérite un nouveau mode d’alimentation émerge? Correspond-il à mes convictions? « Oh mais je ne savais pas que même les poussins mâles Bio étaient gazés », je vais me renseigner pour être plus cohérente dans mon quotidien une appli me permet de suivre ce que partagent des personnes que je considère généreuse de leur temps et de leurs conseils bienveillants, ouverts, et enjoués : je l’ajoute discrètement Mais non, après ce tri, il s’avère que mon refus de manger Mc Do n’était pas infondé et incohérent : il fait partie de ce non-conformisme que nous partageons, qui refuse la souffrance animale occultée au nom d’une pseudo-convivialité qui facilite le quotidien ; De même que suivre des personnalités dont on ne partage pas les valeurs, juste parce-qu’un magazine féminin a affirmé que c’était LA fille à « suivre » Oh, je suis certaine que beaucoup mettront autant d’énergie à piétiner mon choix de restreindre ma consommation de produits animaux, qu’ils en ont mis à me pousser à ranger au placard mes chères Converse à paillettes et lunettes Vichy si chères à mon coeur. Sauf que cette énergie j’ai choisi de l’utiliser à m’interroger sur mes choix, mes convictions, remettre en question leur cohérence ; plutôt que de la gaspiller à dénigrer ceux qui refusent les normes, pour mieux se présenter passif et égaré devant la dernière « tendance », qu’on adoptera sans même se demander si elle correspond à nos convictions, ou juste, déja, à nos goûts. Alors oui, je laisse tomber les barrières inutiles pour me consacrer de manière plus constructive à des choses que je pourrai changer : les autres opérateurs mobiles ne sont pas moins ignoblement inhumains qu’Apple, donc après tout, pourquoi se maintenir marginalisée à refuser les avancées technologiques dans l’esprit du temps si cela ne mène à rien ; alors que s’insérer peut au contraire permettre de partager avec d’autres et de faire avancer les choses? Certaines nuances du conformisme ne produisent finalement pas plus de souffrance et d’incohérence que la marginalisation, qui auto-entretient un malaise corrosif, sans être constructif. Ce que le véga*isme m’a appris, c’est à ne pas juger a-priori, sans m’être renseignée, avoir écouté, et m’être ensuite fait une opinion. J’accepte à présent avec la plus grande bienveillance (« ooommmm shannnntii« ) les choix de chacun, car qui suis-je pour les juger? Et peut-être demain, agirai-je de la même façon car après m’être renseignée, j’aurai réalisé que ce mode de vie me convient plus que celui que j’avais hier, en perpétuel progrès et enrichissement réciproque La leçon ne doit pas venir arbitrairement de l’extérieur, comme voudraient qu’on le croit les injonctions normatives qui pourrissent la société; mais de soi, entretenue par ses propres réflexions et cheminements, ainsi que nourrie par des conseils et non des prescriptions extérieures, qui ne mèneront à rien si elles ne sont pas fondées, intériorisées, et ne résonnent pas avec la singularité de chacun

IMG-20150530-04047

Adoptons donc la tentaculaire mais si belle tendance qu’est l’english speaking, pour résumer en un : think. and then do. and not the reverse

Fuck le conformisme marginal infondé, qui voudrait refuser le conformisme ambiant sans savoir pourquoi, et sans que cela ne mène à rien ; Fuck la bien-bien-pensance, ça oui; elle ronge et affaiblit les esprits et les cœurs (« ooommmm shannnntii« ) : construisons nos convictions, au service de causes qui nous sont chères ; et refusons la facilité de la conformité pré-mâchée qui pousse à donner de l’argent aux fast-food, multi-nationales dévastatrices, etc

« Elle est mignonne la bourge propre sur elle qui a les moyens de s’habiller éthique à 250€ le pantalon ; et manger bio ; c’est sur que tout le monde aimerait être vegé si on en avait les moyens »

Non, la  mignonne vous dit fuck, parce-qu’elle a suffisamment souffert de vos basses réflexions et viles préjugés : la mignonne a dit stop au consumérisme de masse, et réfléchit avant d’avant d’acheter, car c’est ça aussi le plaisir : se demander si on a en besoin, si cette envie nous fait plaisir et chaud au cœur, et si ce billet précieusement gagné, aussi dépensé, ira financer la misère et la souffrance, au nom d’une facilité de vie prétendument occidentale et synonyme de richesse Des années de consumérisme m’ont …rien apporté, sinon plus de regrets que de plaisirs ; et les réels petits bonheurs viennent de pièces hasardeusement dénichées, ou raisons d’être de longs mois d’économies

Un peu de mesure dans vos jugements, et dans nos choix : l’on peut choisir de réduire sa consommation de produits animaux, et continuer à porter quelques pièces en cuir sans être incohérent ! Préjugés et extrémisme sont incohérents

Changer les choses à notre échelle signifie aussi agir par petites touches, faire de son mieux, sans prétendre changer le monde (mon titre est du 2nd degré of course 😉  )  ou se dire que c’est tout ou rien ! Petits gestes quotidiens et bienveillance régulière sont trop honorables pour être jugés incohérents , juste parce-que l’on est pas totalement vegan, made in France ou conso éthique!

IMG_0526

Et encore une fois, jamais je ne me permettrai d’être normative, car avant que la réalité ne vienne me brûler le cœur, l’âme, l’esprit ; les recommandations de mon entourage à limiter cette consommation insensée qui ne rimait à rien, et ne comblait en rien ma frustration, rentraient par une oreille pour sortir aussitôt par l’autre, car je n’avais pas fait miens ces conseils, ces expériences, ces réflexions « Soyez vous-mêmes » est surement l’une des phrases des plus vaches, et à la fois des plus précieuses que l’on puisse entendre ; car le conformisme infondé, passif et pré-mâché, ronge et corrompt la personnalité, dénature notre raison d’être, et ne mène à rien sinon à une frustration masquée par le sentiment sécurisant de se dire « si je fais comme tout le monde, alors c’est bon… » Il ne s’agit pas de manger bio ou d’être vegé -encore vus à tort comme des choix sectaires de riches qui ont le temps de penser à « ça » ; mais de s’interroger Au-delà des simplistes « carpe diem », et « be yourself » , la vie est bien trop courte et précieuse pour vivre celle d’un autre appelé devoir-être ; et la planète qui nous entoure, trop bienveillante et digne de respect, pour qu’un conformisme destructeur et une bien-pensance qui porte mal son nom car irréfléchie et issue d’aucune réflexion personnelle, ne viennent la ronger On peut tous changer les choses à notre façon, à notre échelle, en commençant par être un peu plus Nous ; car bien profond, personne ne peut tolérer l’exploitation barbare, la souffrance, la crasse spirituelle, juste parce-que c’est plus « facile », ou qu’on nous a dit que c’était « bien comme ça » et « ainsi qu’il fallait faire » ... On vaut peut-être pas grand chose, mais pas au point de laisser les normes extérieures prémacher nos pensées et dicter passivement nos choix

think & do…& enjoy

IMG_0502
Insecticide bio en cours de fabrication #au naturel c’est bien plus drôle
Advertisements

2 réflexions sur “Avé moutons, ceux qui vont changer le monde vous saluent ! Briser les tabous sans se briser

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s