Elucubrations du dimanche : porridge & frustrations dominicales

C’est décidément dimanche, et il faut faire avec. On a beau essayer de se duper, le loisir ambiant finit par rejaillir sur vous, et projette sur votre labeur comme un reflet de vanité ou de ridicule

DreamTeam, l’heure est à la question existentielle

Il fait beau dehors et il faut en profiter

Qui dit dimanche, dit pour beaucoup d’entre nous : porridge

On s’habille, on sort, on joue

jveuxetrebonne
jveuxetrebonne

Portée par André Comte-Sponville, l’on se demande aujourd’hui

Le dimanche a gagné, contre le travail ou l’oeuvre  ; ce loisir forcé est le lien hebdomadaire qui nous rattache à la vraie vie, celle des autres, et qui nous en détache en même temps, et retend en nous, comme un ressort qu’on réarme, l’angoisse de vivre et l’appétit de travailler 

Le dimanche est jour de repos, c’est ce qui le définit ; peu importe sa place dans le calendrier, peu importe son nom, tout est dans cette absence de travail, et dans la difficulté de cette absence 

Quelle est la différence de texture du porridge si l’on fait d’abord bouillir le lait, avant d’y ajouter les flocons ; ou si l’on verse les deux dans la casserole et porte le tout simultanément à ébullition

Lors même qu’on fait un travail ennuyeux ou difficile 

IMG-20150526-04021

Existentiel, je vous avais prévenus ; mais n’est-ce pas une question que l’on se pose en voyant des variations selon les recettes de porridge?

Lors même qu’on a rêvé de ce dimanche, qu’on l’a attendu peut-être toute la semaine, avec cette impatience épuisée

Il y a peu encore, je pensais que la recette tradi était de faire d’abord bouillir le lait

Vivement dimanche !

Mais -peut être faudrait-il faire un sondage- j’ai l’impression qu’il y a finalement autant de recettes qui font chauffer les deux simultanément

jveuxetrebonne : magnifiques et alléchantes photos !
jveuxetrebonne : magnifiques et alléchantes photos !

Que le dimanche est incapable de satisfaire ; et dont il continuera pourtant d’être l’objet toujours attendu et toujours décevant 

Dans les deux cas, le résultat sera fondant et goûtu

Vérité des dimanches, vérité du repos

Mais d’après mes observations

Les dimanches sont jours schopenhaueriens ; par ce vide spécifique des jours où rien ne manque , où l’on a tout pour être heureux , et le bonheur pourtant n’est pas là ; ce que tout le monde appelle ennui

En faisant bouillir les deux en même temps, l’on obtient plutôt une sorte de gruau -que j’avais eu la chance de déguster aux Etats-Unis ; les flocons maintenant leur fermeté et leur texture structurée

Cette absence de bonheur au lieu même de sa présence attendue, son être fantomatique ; ce vide en lui de l’attente satisfaite et déçue ; ce manque aboli que rien pourtant ne vient remplir 

Tandis que le crémeux est plutôt obtenu en portant les deux à ébullition en même temps

Six jours pour attendre le bonheur, plus un, pour constater qu’il n’est pas là 

Ou peut être est-ce l’inverse…

Comment en irait-il autrement? Le désir est manque ; et le manque est souffrance. Il faut donc désirer ce qu’on n’a pas, et souffrir, ou bien avoir ce que dès lors l’on ne désire plus , et s’ennuyer

C’est dimanche après tout, erreur & confusion sont de mise

C’est le cercle du manque où chacun se débat comme il peut 

Peut-être le championnat du monde de porridge aura-t-il la réponse?

10411394_828134350548056_6184250893873342075_n

N’y a-t-il pas d’issue?
On peut échapper à la souffrance, mais point alors à l’absence simultanée de la souffrance et du bonheur

Ou peut-être vous?

Le dimanche est notre Paradis hebdomadaire ; l’ennui a dans la vie sociale sa représentation le dimanche; et le besoin les six jours de la semaine

Rude texte que cet extrait du Traité du désespoir et de la béatitude

On dira que le besoin l’emporte donc ; mais l’ennui est plus vrai

Mais, un dimanche mélancolique, il m’avait touchée

Celui qui travaille rêve du repos ; et tout une part de notre vie se passe comme disait Pascal, à espérer vivre

IMG_1133[1]

Rude, mais vrai

Le dimanche n’est tendu vers rien, et c’est pourquoi il est le plus vrai. Il est sans dérivatif, sans justification, sans attente. Un dimanche c’est un peu de temps à l’état pur

Le dimanche comme symbole de la frustration existentielle qui peut nous ensevelir

Un jour pas là pour mener à un autre jour, et c’est ce qu’on appelle un dimanche
Vérité des dimanches, vérité du temps, de l’ennui, de la fugacité des jours 

Mais heureusement, le vide est là pour être comblé

IMG_1136

Le dégoût du repos mène à l’amour du travail ; cela supposerait que le travail ne soit pas cette fatigue stupide et morne, cette usure, cette dépossession

Le soleil pour réchauffer notre coeur

Mais c’est là la chance de tous ceux dont le travail est créateur plutôt qu’aliénant, que d’attendre au contraire avec impatience cette réactivation de soi

Les proches pour réveiller notre joie de vivre

On va me trouver bien sombre (penses tu) mais ce n’est pas moi, ce sont les dimanches (dans ce cas…)

Malgré ce réalisme morose, je vous invite à lire le texte entier, qui ne peut laisser indifférent

Qui saurait vivre pleinement un dimanche sans mentir le traverser, accepter ce néant qui est notre âme, sans doute, il serait sauvé

IMG_1108
simple things

Et vous, que faites vous les dimanches ? Comment les vivez vous?

Mais le peut-on? 

Quel qu’il soit, je vous souhaite une douce journée

IMG_0093


Qui renoncerait à aimer parce que l’amour échoue? A vivre parce-que l’on meurt? A travailler parce que le repos déçoit? C’est la tentation terrible des dimanches ; mais il y a l’amour qui subsiste ou recommence ; il y a la vie qui insiste ou se perpétue
Je comprends maintenant pourquoi j’ai horreur des dimanches ; parce que j’ai horreur de la vérité et qu’elle est nue le dimanche
mais il faut accepter la vérité, la reconnaitre, l’aimer, et pour cela, rester fidèles à nos dimanches (
et à notre recette de porridge!) nos vrais, nos difficiles…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s