Quand les blogs reposent la question des fins

Aaah cette éternelle question morale des moyens et des fins ! Sont-ils dissociables ? Sont-ils imbriqués?

Questionnement sans fin (hu hu) car le moyen est donc à la fois outil, et accomplissement en  soi :

Le moyen est pour une part l’instrument de la réalisation de la fin ; pour une autre part il est médiation, action transitoire dans un devenir temporel orienté. Les fins peuvent être proches et constituer elles-mêmes des étapes, ou être lointaines : elles se confondent alors avec un projet global, une valeur, un idéal.

Vous ne trouvez pas que le principe des blogs se calque tout à fait sur cette définition?

Si certaines ont dès leur création, l’envie de faire de leur blog une plate-forme de notoriété ; nombreuses sont celles qui, à l’origine, l’ont conçu pour partager tout simplement avec une communauté qu’elles n’auraient pu rencontrer autrement ; ou même coucher sur le papier -virtuel- des pensées pour elles-mêmes : plateforme matérialisant leur créativité, recueil de ses propres recettes , concrétisation de réflexions, etc…

IMG-20150423-03383

Mais si c’est un blog et non un journal intime qui a été choisi pour ce faire, c’est bien que ce projet, aussi sincère soit-il, cache une projection : temporelle, envers d’autres personnes, d’autres projets
Aussi discrète soit l’intention, elle dévoile un besoin d’être écouté, soutenu, approuvé, critiqué, challengé, par des tiers : partage d’astuces, attente de commentaires pour en discuter, présence sur plusieurs réseaux/médias sociaux pour plus de visibilité…

Bien sur, on a tou-te-s en tête des blogueuses à la notoriété florissante, mais qui conservent leur sincérité, « pureté » originelles ; ont créé leur blog pour partager, apprendre des autres, concrétiser leur amour de l’écriture ou de l’ouverture sur le vaste monde

Mais dans cette projection se cache une attente d’autrui : reconnaissance, approbation, renommée  ; et éventuellement notoriété à caractère commercial

Soyons sincères, sans même aller jusque là, si la finalité du blog était de matérialiser des pensées de/pour soi, l’on opterait pour un journal intime ; mais ce n’est pas pour autant qu’utiliser cette plate-forme comme moyen de reconnaissance, est malsaine ; les lecteurs ne sont pas nécessairement instrumentalisés
Mais affirmer que le but de ce projet est pudique, personnel et réservé ; me semble délicat

Si certaines blogueuses créent leur plateforme dans l’attente originelle et unique de recevoir des demandes de partenariats, offres, et rétributions matérielles ; il est tout à fait cohérent que     tout-e-  blogueur/se espère, en publiant son premier article, une gratification symbolique de la part d’autrui, au-delà du simple et authentique soulagement d’avoir mis des mots sur ses réflexions personnelles
Certes, je peux en témoigner, cela fait chaud au cœur de lancer, dans l’étendue riche et plurielle du web,  ses propres pensées, qui vont entrer en résonance avec celles d’autrui ; mais ce besoin de retour extérieur est bien la preuve que l’on ne rejoint pas la « blogosphère » simplement pour soi, afin de structurer une réflexion en soi

IMG-20150405-02977

Mais après tout, que fait-on réellement pour soi, sans attente d’une approbation/réaction d’autrui?
Toutes nos actions, @ ou non, semblent tournées vers l’autre, car c’est la relation qui crée la vie en société. Certes, on tente avec plus ou moins de facilité d’affirmer ce qui nous semble être notre personnalité , mais l’autre reste un point de référence, une jauge, une source d’inspiration ou de rejet, permettant de se réajuster ou de poursuivre dans une voie ;
Une idée modelée en notre for intérieur, reflétant notre personnalité, et projetant nos aspirations ; attend plus ou moins inconsciemment, un retour ou une résonance d’autrui, qu’ils soient nos proches, amis, ou la société dans son ensemble, avec son potentiel normatif, critique, et bienveillant

Il en va de même pour le blogs : je ne met pas en doute la sincérité et la limpidité de l’intention ayant sous-tendu leur création ; mais la finalité n’en est pas de se retrouver avec soi ; peut-être au début, mais il me semble que passée une certaine projection temporelle, et un certain stade de notoriété, l’on prend de plus en plus de plaisir et de goût, à imaginer et écrire ses articles en fonction ou pour ses lecteurs

 IMG_0069

En effet, ce n’est pas parce-que l’on se projette dans la réaction d’autrui, que l’intention est malsaine ou dénaturée : elle reste souvent intègre et pleine de bonne volonté, redoublant l’envie de partager ses astuces, secrets, ou instants de vie

Mais le problème que cette projection pose, est qu’il me semble que quand le blog commence à prendre de l’importance dans le quotidien de son auteur, qui jusque-là photographiait, partageait, écrivait sur ses aventures, rencontres, ballades, réflexions ; celui-ci commence à vivre cette projection, à construire son quotidien non pas seulement autour de ses envies instantanées, mais en fonction de ce qu’il va pouvoir raconter à ses lecteurs, ce qui va leur plaire, ce qui va booster la notoriété. Le rapport temporel et symbolique s’inverse : la blogueuse ne photographie pas ce qui se trouve dans son assiette par le plus grand des hasards, ou ne partage pas les quelques photos de sa dernière promenade ; mais mange et se ballade dans l’optique de le partager.
L’authenticité du blog n’en est pas corrompue pour autant, car les goûts, et la personnalité de l’auteur restent constants ; mais la sincérité avec soi me semble remise en question : est ce que je fais ceci pour moi, ou surtout dans le but de le publier sur mon blog? Est-ce que je porte cet ensemble parce-que j’en ai envie, ou parce-que ce look n’a pas encore été publié sur mon instagram? Est-ce que j’apprécie ce film, cette ballade, cette recette, pour ma satisfaction propre, ou est-ce que je réalise cette action en me projetant dès l’origine, dans le fait que je vais le partager sur les réseaux sociaux? 

IMG_0949

Bien sur, satisfaction personnelle et pensée pour autrui ne sont pas indissociables, c’est aussi ce qui fonde l’altruisme et la générosité ; mais le blog est plus rarement une plate-forme pour relater des instants de vie appréciés en soi , mais modelés et effectués, dans l’attente de la réaction de son auditoire, jauge matérielle de reconnaissance

Cette projection peut dériver en mensonge perpétuel à soi, et donc à ses abonnés , car l’on ne sait plus démêler ce dont le blog est le but ou le moyen ; si l’action est appréciée en soi, pour être ensuite éventuellement partagée , ou si elle est réalisée, afin d’être partagée, et l’appréciation sera fonction des rétributions symboliques que nous renverront nos jauges d’estime

IMG_1013

Mais c’est dans notre nature de créer les éléments de notre frustration ; et je suis la première à calquer la considération que j’ai de ma personnalité et de mes actions, en fonction de la réaction des autres
Mais cette instantanéité perpétuelle qui, dans le partage de chaque détail de son quotidien (repas, promenades, looks, envies), mêle désir sincère et bienveillant d’échanger avec les autres, de lui communiquer nos astuces, et de recevoir les leurs en retour, pour un enrichissement moral ; et projection abstraite dans les volontés supposées d’autrui, pour structurer ce quotidien, afin d’en attendre gratitude symbolique et rétributions matérielles ; mène à la confusion de la finalité du blog

Kant disait bien qu’il ne faut pas utiliser autrui comme un moyen : mais n’est-ce pas ce que cache cette projection, dans l’attente perpétuelle et donc frustrante et imparfaite, d’une légitimation symbolique ; pire : n’utilise-t-on pas notre quotidien, notre intimité et notre personne comme un moyen d’atteindre une fin plus ou moins honorable ?

IMG_0441

A partir du moment où l’on a un blog, vit-on, achète-on, apprécie-t-on surtout en se projetant dans ce que va en penser l’auditoire qui va profiter de ce partage le plus instantané possible, nos actions sont-elles motivées par le blog ; ou notre façon d’apprécier notre quotidien n’est-elle que légèrement modifiée, et partage-t-on sur le blog, que des instants/objets que l’on a, au préalable, appréciés pour leur valeur symbolique , et donc choisit d’en faire profiter les autres?
Le blog comme finalité de partager sincèrement des réflexions & le fait de vivre l’instant pour soi et pour ce qu’il nous apporte, sont-ils indissociables?

IMG_1017

Advertisements

Une réflexion sur “Quand les blogs reposent la question des fins

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s