« blogueuse », « green » « slow » : incompatibles?

Les blogueuses engagées pour un mode de vie plus sain pour la planète, les animaux, et notre peau, nous éclairent pour faire les bons choix et ainsi participer, dans notre quotidien, à une activité humaine moins dommageable envers l’éco-système. Mais la rançon du succès n’est-elle pas de contrevenir à ce qu’elles promeuvent ? Faire découvrir toujours plus de produits engagés, pour élargir nos horizons, n’entre t-il pas en dissonance avec leur objectif d’un quotidien plus « slow » ?

 

Je suis la première à sincèrement apprécier les articles (revues, routines) et vidéo (Haul) des blogueuses éco-friendly et éthiques dans leur démarche. J’apprécie d’en apprendre plus, de découvrir des marques engagées, de discerner les intérêts de produits qui, présents en grande quantité (bien que moins que les produits conventionnels), peuvent nous déboussoler.

Mais le principe du blogging est de faire découvrir des produits en quantité, voire même d’être la première à le tester pour en parler au plus vite. Les blogueuses qui ont acquis, par leur travail, leurs recherches, leur investissement,  la reconnaissance des marques et la renommée, reçoivent un grand nombre de produits à tester, ce qui signifie une quantité importante d’emballages et donc de déchets.

 

Je ne vais pas me perdre dans les chiffres, mais si l’on prend l’exemple du plastique, son taux de recyclage du plastique n’est que de 20% **. Or les déchets étouffent la planète ; la France en produit 345 millions de tonnes chaque année.

Or les blogueuses peuvent acheter/recevoir des dizaines de nouveaux produits chaque mois, curieuses de découvrir ou sollicitées par des marques sensibles à leur démarche, comptant sur leur notoriété pour élargir la leur.

Evidemment, qui dit choix de marque responsable dit aussi marque qui s’attache à utiliser des contenants recyclés ou recyclables, et le plus souvent une blogueuse éco-friendly s’attache à veiller à la composition de l’emballage, mais marque « green » (et encore moins marque BIO)  n’est pas (encore ?) synonyme d’emballage compostable.
Et au-delà de l’aspect technique, c’est dans la démarche que pointe la dissonance. Etre responsable, éthique, agir pour la planète, c’est vouloir réduire son empreinte carbone, ralentir la frénésie consumériste, s’interroger sur l’impact de ses agissements. Nombreuses sont celles qui adoptent le mode de vie « Slow ». Or j’y vois là un parallèle avec la « mode » du minimalisme. Toute mode implique des tendances, des produits à tester, des recommandations d’achat de toutes parts. Ce qui réduit le minimalisme à néant car, sollicités par les blogs et magazines qui s’approprient cette tendance, on consomme bien plus que de raison, souvent même couronnés de bonne conscience car ce produit répond aux critères du minimalisme , et l’on se retrouve envahi d’objets correspondant individuellement à l’esprit du minimalisme, mais qui, sous l’effet d’une mode (je parle bien ici de la mode du minimalisme, et pas de l’état d’esprit sincère et raisonné), s’accumulent, et dénaturent le but originel. Et bien pour les blogueuses « green » c’est la même chose : avides de découvertes, impatientes de nous en faire part, et comme dis plus haut, pour certaines, mues par le seul désir d’être la première à en parler ; elles se retrouvent envahies de produits qui, bien que l’envie et le plaisir soient également primordiaux, dépassent leurs besoins et les détournent de leur chemin de responsabilité éthique, écolo, minimaliste en termes d’impact énergétique.

IMG_3443[1].JPG

Oui mais si elles ne parlaient pas de ces produits, n’élargissaient pas nos horizons, nous en connaîtrions bien moins sur les marques engagées et les produits éco-friendly. Et consommerions peut-être moins « bien », achetant des produits testés sur les animaux, pleins d’additifs nocifs et soutenus par aucune démarche éthique.

Ces articles/videos nous initient donc à la consommation plaisir mais green, glamour mais éthique. Mais est-ce une consommation responsable ? Tester, accumuler tant de produits, aussi green soient-ils, est-il cohérent avec leur démarche initiale ? L’abondance de produits est-elle cohérente avec un mode de vie étiqueté « slow » ?   La profusion  de déchets coincide-t-elle avec la volonté de réduire son impact sur la planète, l’écosystème, les animaux ?

C’est ici notre résistance à la frustration qui est interrogée. Car si ces blogueuses semblent contraintes par l’essence même du blogging, de dévier de leur trajectoire « slow » pour nous initier à un mode de vie plus sain, responsable et éthique ; c’est  à nous de cibler ce dont nous avons besoin. Oh ! ce fameux besoin, si malmené par sa camarade l’envie en cette période de préparatifs de Noël ! En effet, les blogueuses nous font découvrir une profusion de produits, afin de toucher un public le plus large possible. Ce qui, on l’a dit, bien que verdissant nos horizons, rend l’essence de leur démarche « slow » bancale. Mais il ne tient qu’à nous de prêter attention aux caractéristiques de notre peau, besoins de notre corps, selon nos habitudes de vie, afin de cibler ce qui, dans cette profusion de produits, peut nous convenir. Et surtout, si l’on a déjà 3 gels douche, peut-être n’est il pas nécessaire, même si cette vidéo nous a donné très envie d’acheter celui-LA, de s’encombrer d’un quatrième -sauf si varier indéfiniment les gels douche est notre plaisir précieux du quotidien. Mais à ce moment là, ne nous encombrons pas également de 4 crèmes pour le visage, 12 mascaras, 7 fonds de teint ; même si les articles sont très alléchants et semblent démontrer que ce produit, de surcroit sans additifs nocifs et porté par une démarche responsable, résoudrait parfaitement nos maux présents.

Car n’oublions pas que choisir le « Slow » c’est avant tout refuser cette douce musique commerciale et consumériste qui nous susurre que CE produit est fait pour nous, et nous pousse à l’acheter alors qu’on en avait soit pas besoin, soit déjà en stock. Or les vidéos et articles, aussi éthiques et éco-friendly, nous donnent envie. Envie de posséder, de tester, d’acheter, de consommer, car ce serait bon pour nous, et en plus pour la planète. C’est donc vers nos envies et notre résistance qu’il faut se tourner, pour ne pas retomber dans la spirale consumériste qui détournerait la démarche « green » de son but originel, et surtout, entretien notre éternelle frustration.

Je suis la première à avoir très envie de tester les produits présentés par les blogueuses, couronnée de bonne conscience car ils sont « écolos », sans vilains additifs, plus respectueux de ce qui nous entoure. J’ai beaucoup de mal à canaliser cette envie. Mais l’accumulation que j’ai tendance à pratiquer, me fait souffrir, et même si ce désir est très fort, il me semble que ce serait dénaturer la démarche vers laquelle je tend à me tourner, que de consommer à profusion, des produits aussi green soient-ils

 

Serait-ce utile de mesurer l’impact de la consommation des blogueuses green en termes de déchets générés (par elle et par nous, consommatrices curieuses) et de le mettre en balance avec la souffrance qu’elles épargnent à l’écosystème en utilisant et nous faisant découvrir des produits engagés ? Sans doute pas.

Mais il est intéressant de prendre du recul et de mettre en relief leur démarche originelle de responsabilité, et la consommation peut-être excessive de produits que leur activité de blog (canal par lequel elle promeuvent un mode de vie plus écolo) les amène à avoir. Encore une fois, elles nous apprennent beaucoup et élargissent nos horizons. Mais peut-être blogging, à travers HAUL, revues et autres routines aussi vert soit-il,  et minimalisme sont-ils incompatibles.

 

Heureusement, à côté de cette profusion de produits qui engendre l’envie d’achat, ces blogueuses nous proposent très souvent des produits à fabriquer nous-mêmes, avec un minimum de produits, ce qui permet de se faire du bien sans répondre à un désir consumériste et de faire du bien à la planète, en générant un minimum de déchets et pour une somme souvent modique.

IMG_3438[1]

D’ailleurs, pour Noël, j’ai fabriqué à ma sœur un pot à trésors remplis de douces pensées, de citations, de pensées positives, ainsi que de DIY, recettes vegan, recettes de dentifrice maison, gel WC (PeauNeuve), déo (FriendlyBeauty), cookies, etc !

 

 

 

 

*ecoemballages.fr

**consoglobe.com

Publicités

5 réflexions sur “« blogueuse », « green » « slow » : incompatibles?

  1. C’est une question que je me pose à chaque fois que je lis un article sur des tests produits ! Et je reste en général sur cette note: c’est pas pour moi, je ne comprends pas…. C’est difficile d’être eco-responsable quand les produits testés sont beaucoup d’emballage, qui comprends aussi beaucoup de produits perturbateurs, etc.
    Ou alors, il faudrait pouvoir recyclé systématique le plastique/verre utilisaient… Mais c’est pas toujours possible !
    Merci pour ton article qui pointe très justement un soucis de surconsommation par voie bloguesque.
    Lou’.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s