BEAU DEVANT ! Healthy Vegan rend-il le végétalisme-sain gourmand et accessible ?

Dans découvrir il y a (s’)ouvrir, et dans manger il y a plaisir…

IMAGE A LA UNE

Marie Laforêt vient de sortir un second recueil délicieusement lumineux, dans lequel elle met à nouveau son talent au service de la mise en valeur d’une cuisine végétale gourmande, didactique et équilibrée.

Si son précédent livre culte VEGAN portait avant tout une éthique ; son jeune frère VEGAN HEALTHY s’inscrit dans une demande croissante ces dernières années, afin de montrer qu’un veganisme healthy coloré, aussi accessible que créatif, est possible !
En effet, tout comme certaines papilles voient le végétalisme comme un choix fade, sectaire et à base de feuilles (c’est ça qui le rend attractif à nos yeux !) ; certains ont une alimentation sans souffrance animale, mais déséquilibrée.
« Vegan » ne signifie pas forcément alimentation saine ; bien qu’à mes yeux, revoir ses choix alimentaires, découle sur un intérêt renforcé et des recherches sur les aliments, et donc souvent sur une alimentation plus raisonnée, équilibrée, voire bio, locale…

MUFFINS BETTERAVE AVEC FILTRE

Selon le Larousse, « sain » signifie qui respire la santé, et est favorable à celle-ci.
On ne note donc pas de restriction dans l’essence du mot ; mais un ressenti restrictif peut s’y être infiltré, à force de hashtags et de prescriptions.

Pourtant c’est bien une bouffée d’air et de lumière que met Marie Laforêt dans nos assiettes.

Pour être honnête, la mise en avant du terme « Healthy » a tendance à me mettre mal à l’aise du fait de la connotation culpabilisante qu’il a pu acquérir. Bien que j’ai une alimentation saine, j’évite son penchant restrictif, dans le sens où j’évite aussi les photos de filles qui font du fitness car je ne suis pas du tout sportive et sais que c’est maaaal. J’aime les recettes et états d’esprit qui permettent de respirer et se déployer sereinement.

Manger sain est important pour moi ; plus que manger healthy. Et oui, ces termes sont équivalents, mais n’ont pas la même connotation à mes yeux.

LIVRE AVEC FILTRE

Mais tout comme on utilise majoritairement « vegan » et non « végane », « healthy » est plus universel que « vegan sain ».

Et connaissant les ouvrages et recettes de Marie Laforêt, je me doutais que ne trouverai pas dans ce nouveau livre de recettes qui promeuvent une alimentation restrictive à base de feuilles.
Quel intérêt aurait Marie, qui comme la maison d’édition qu’elle a choisie, est une auteure engagée dans le déploiement d’un mode de vie durable, à dissuader le plus grand nombre de se tourner vers une alimentation végétale ?

Mais, même si comme vous, je connais le talent et l’inventivité de Marie, j’ai été encore plus agréablement surprise, par ce livre qui m’a sincèrement conquise, au-delà de toute « tendance ».
En effet, Marie Laforêt y montre que le Healthy VGL est superbement gourmand, dès lors que l’on s’ouvre à de nouveaux horizons ; et les recettes sont d’une telle diversité !

Si je n’ai par exemple par ressenti l’utilité d’acheter Barbecue Vegan (qui vient également de paraître) car cela ne correspond pas à mon mode de vie ; ce second gros bébé déploie un spectre si vaste qu’il s’adresse à tous les gourmands; tous les rythmes de vie, envies et occasions.
Il propose des recettes saines dans toute leur ouverture d’esprit, qui m’ont réjouie, moi réticente aux injonctions diététiques culpabilisantes.

Bien sûr, toutes ne me correspondent pas : il y a 500 recettes, et je n’ai pas eu envie de toutes les faire ; mais c’est justement parce-qu’elles s’adressent à toutes sortes de mode de vie et rythmes papillaires.

IMG_5080
les rêves des végétaliens enfin décryptés!

Les recettes rendent donc le végétal-gourmand lumineusement sain et diversifié.

Mais ces recettes sinon ce mode de vie sont-ils ACCESSIBLES ?
C’est avant tout ce que je me suis demandé au fil du livre et autour de quoi se structurera cet article. Tant au niveau du matériel, que des ingrédients ; mais aussi des intolérances.

*

Dans ce livre, l’on retrouve nombre de tendances de la cuisine saine (bowl cake, pudding chia, banana pancakes, parfaits, nicecream, cruboulé, makis californiens…) dont Marie a repris la recette communément trouvée ; ou a perfectionné en y apportant sa technique et son inventivité.
De même, elle propose des recettes d’ici et d’ailleurs parfois surprenantes (comme le bacon de coco ou de champignon), afin d’embrasser les cultures ou les déclinaisons internationales de la tendance healthy.

Ce livre combine donc subtilement mets-tendances parfois revisités ; et touche personnelle de Marie, aujourd’hui reconnue mais toujours surprenante par sa créativité.

Ainsi, l’on retrouve le goût de l’auteure pour les recettes asiatiques et raffinées : elle nous propose ici de réaliser des rouleaux de printemps ; de maitriser (enfin !) le bibimbap, ou de découvrir chirasi, tamakis, donburi et bien d’autres. Son talent didactique rend ces préparations aux noms étrangers, totalement accessibles. Sa recette de makis crus est par exemple très simple, ce qui n’est pas le cas d’autres que j’ai pu rencontrer ! Toutefois, lorsqu’elle propose des plats venus d’ailleurs, elle n’explique pas toujours ce que signifie le terme et en quoi consiste le plat. A nous de chercher ; car de surcroît elle en propose ici ses versions.
Mais elle s’est bien sûr également ouverte aux gourmands et tendances d’Outre-Atlantique (tacos, burgers, sauces cheesy, « bacon »), d’Europe ou d’Inde !

IMG_5089

Enfin, la touche de Marie Laforêt c’est entre autres le raffinement, donc sont proposées à la fin du livre des desserts élégants : frais ou automnaux, crus ou cuits, tartes et basiques, ou gâteaux plus élaborés.

Marie expose en introduction l’évolution notable de la société, en quête de choix plus éclairés, tant en termes de santé que de valeurs. Ce livre a comme toujours pour postulat de montrer au plus grand nombre qu’il est possible de cuisiner sans produits d’origine animale ; et de permettre de manger plus sainement, ce qui signifie ici gourmandise et pleine santé
En clair, l’alimentACTION est un choix de société.

#çasbouffepasçaspense

En pratique, elle précise que ces 500 recettes qui se veulent souples et adaptables (elles le sont en effet), sont des idées dans lesquelles se plonger avec gourmandise, et non des injonctions à manger des végétaux (de toute façon, après avoir vu comment elle met en valeur la betterave, la patate douce ou le brocolis, réticence ne fait plus partie de notre vocabulaire).

Un encart détaille 10 conseils pour une alimentation plus saine, que l’on connaît déjà si l’on a une alimentation éclairée et équilibrée.

Est ensuite abordée la question du matériel et des ingrédients nécessaires. Marie Laforêt présente son recueil comme souple et ouvert à tous ; mais est-ce le cas en pratique ?

L’auteure insiste avant tout sur le fait que l’investissement dans du matériel, ne doit se faire qu’en fonction de nos besoins et habitudes.
Une partie de ce livre est consacrée à l’extracteur de jus ; une autre au déshydrateur : appareils que je ne possède pas à ce jour car je n’en ai pas l’utilité. Il faut donc prendre de la distance et ne pas se sentir obligé d’acquérir tout le matériel présenté, afin d’être un vegan-healthy au taquet.

Marie explique par exemple qu’elle utilise surtout son mixeur plongeant, et n’a pas LE super-blender. Evidemment, compte tenu de son quotidien, son blender est sans doute puissant, et il est préférable quitte à en acheter un, qu’il soit assez puissant, mais nul besoin de débourser une somme folle. Tout dépend de notre quotidien et habitudes ; toutefois un blender reste utile dans une cuisine VGL, afin d’obtenir des préparations lisses et rapides.
Elle détaille le fonctionnement et le prix des appareils, dont le personnal blender, que je possède moi-même car pour une préparer de petites quantités, c’est un excellent rapport qualité-prix.

Elle évoque ensuite en détail le matériel spécifique à la cuisine VGL, dont l’on aura besoin pour certaines recettes au fil du livre, sans repréciser qu’évidemment les acquérir dépend de nos habitudes. Il faut admettre que certaines recettes seront pour le moment à écarter, reporter ou adapter.

*

Qu’en est-il des ingrédients ?
Marie Laforêt détaille les vertus et utilisations de certains aliments phares de la cuisine vegan et/ou healthy, voire crue ou sans gluten. Quand on a des placards de veggie, cela n’a rien de surprenant, mais ce chapitre m’a par exemple permis d’(enfin !) me pencher sur le psyllium, que j’écartais car je ne cuisine pas tant que ça sans gluten, mais qui en fait possède une foule de propriétés !
Marie aime le miso (« Marie likes dancing and eating strawberries »..^^), donc, elle en parle bien sûr ici, et comme dans Vegan,  plusieurs recettes en contiennent, diverses sortes. Ce n’est pas forcément un ingrédient présent dans nos placards occidentaux, mais je pense que c’est un produit utile à avoir car il se déploie dans les bouillons, parfume les condiments et fromages, et ouvre nos horizons.

Sont évidemment abordés quelques superaliments, avec lucidité. Ceux-ci me semblent intéressants et apportent couleur, nutriments et vitamines supplémentaires, mais ne constituent que rarement un ingrédient essentiel des recettes, et sont aisément remplaçables.

Il ne faut pas se sentir déboussolé ou évincé parce-que des recettes contiennent des aliments qu’on a pas l’habitude ou les moyens d’utiliser.
Par exemple, je ne digère pas l’ail, je ne peux pas en manger : beaucoup de recettes VGL, comme ici, en contiennent et je suis sûre qu’il apporte une touche en plus, mais j’ai appris à l’écarter ; et voir les recettes comme des idées d’associations ou de mise en valeur d’aliments.
Evidemment, il reste des ingrédients indispensables, et non moins accessibles, pour une cuisine végétale ou sans gluten cohérente.
Pour la qualité et la disponibilité des ingrédients, privilégiez le BIO.

*

Les recettes de ce livre ne sont pas rangées ou précisées par saison ; mais l’index très détaillé (entre autres par ingrédients) permet de piocher dans les recettes au fil des disponibilités des végétaux.

Ainsi, la première partie s’intitule EXPLORER DE NOUVEAUX HORIZONS.
En effet, à mes yeux, s’ouvrir au monde végétal -voire devenir veggie- a surtout été l’occasion de décOUVRIR une foule d’ingrédients fabuleusement délicieux, et de m’ouvrir à de nouveaux horizons.
Voir gonfler ses graines de chia, tartiner son pain de purée d’amande, goûter le tempeh, faire rôtir des pois chiches, n’est certainement pas réservé aux vegan ! S’ouvrir et explorer permet à tous de découvrir de nouveaux ingrédients, associations, et de varier son alimentation. Ce sont des plus et non des restrictions. Petit pas par petit pas, on ajoute du végétal à son assiette, qui en devient plus gourmande et raisonnée.
Surtout s’ouvrir à une autre alimentation, c’est pour moi apprendre la tolérance et l’ouverture d’esprit.

IMG_5080

Ce chapitre qui comporte techniques et recettes, commence avec des recettes qui s’inscrivent explicitement dans les emblèmes et tendances du healthy. Les initié-e-s n’y découvriront que peu de recettes (lait d’or, crème chocolatée à l’avocat, nicecream) mais y trouveront la technique de Marie.

Puis l’on s’ouvre à la découverte des aliments phares (chia, kale, eau et farine de coco) et de manières inventives de les cuisiner, tant en boissons et salades fraiches, qu’en douceurs réconfortantes.
Au chapitre « techniques », qui est complet et didactique, l’on trouve diverses recettes polyvalentes du quotidien (omelette, condiments, desserts) dont certaines demandent toutefois du matériel, comme une yaourtière.

*

Que ce soit sur son blog ou dans ses livres, Marie n’exclut pas du tout le gluten, elle privilégie la qualité et la diversité. Mais bien sûr, dans ce livre figure un chapitre pour cuisiner sans gluten, avec recettes de base (pâte brisée, pancakes), dépaysantes ou réconfortantes.
Pour les intolérants, mais surtout afin de diversifier son alimentation, Marie égraine tout au long du livre et pas uniquement dans ce chapitre, des recettes adoucies sans gluten.
En effet les recettes sont souvent accolées d’une petite pastille (ex : « sans gluten ») qui caractérise la recette ou précise sa rapidité et ses vertus.
Quoi qu’il en soit, il me semble que ceux qui excluent le gluten sont habitués à adapter les recettes avec les ingrédients adéquates.

Si la rubrique dédiée au cru est une découverte très accessible (de même, des recettes crues sont présentes tout au long du livre) ; les rubriques déclinant les utilisations de certains appareils spécifiques peuvent écarter ceux qui ne les possèdent pas.
Mais bien que ce livre ouvre la cuisine saine à tous les gourmands, il me semble légitime de présenter des recettes utilisant les ustensiles sinon phares, du moins qui permettent de cuisiner en préservant au maximum les vertus des aliments. Ces recettes ne me concernent pas  aujourd’hui, mais elles donnent des idées d’associations par exemple.

La rubrique s’ouvre sur le blender, l’appareil le plus polyvalent, pratique voire nécessaire, qui permet de faire toutes sortes de boissons, glaces, et condiments.
L’auteure montre ensuite qu’un extracteur de jus permet de faire des gloups, mais aussi des miam, en utilisant le jus et la pulpe pleins de vitamines des végétaux ! D’après l’auteure, il s’agit d’un bon investissement, pour intégrer plus de légumes dans son alimentation.
De même avec le déshydrateur : les chips de betterave se lovent bien au chaud dans cette rubrique, en habituée ; mais elles sont presque dépassées, entourées de cuir de fruit, cookies, pizzas !

Aaah le spiralizer..en bonne place sur ma wishlist : comme vous le savez, il permet de faire des nouilles de légumes (ici présentées en pad thaï), mais également toutes sortes de pâtes (des raviolis aux spaghettis ; tout comme sa consœur la mandoline, souvent présente dans les cuisines, qui transforme de simples légumes en plats détonants, comme des carpaccio ou des cannellonis.
Vous imaginez, vous présentez un plat de spaghettis à la bolognaise, et une fois que tout le monde s’est régalé et resservi, vous annoncez : c’est végétal et sans gluten !
Na !

En somme ici, comme dans la majeure partie du livre, les recettes lumineuses et inventives nécessitent des ingrédients qui restent très accessibles (simplicité, disponibilité), à condition d’avoir du bon matériel. A partir de là, à nous les spaghettis de betterave et les cookies crus ! (J’ai fini par ne plus les noter toutes, mais il y a un certain nooombre de recettes avec/à base de betterave qui sont indécentes et à tester au plus vite !).

Un chapitre est ensuite consacré à la cuisine vivante : excellente pour le microbiote dans la pratique ; mais dont l’intitulé résumerait selon moi l’essence d’une cuisine végétale saine, qui écarte les aliments « morts », industrialisés, et privilégie la diversité dans la qualité.

J’ai d’ailleurs offert l’Art de la fermentation à mon frère pour son anniversaire ; un superbe précis regroupant techniques et recettes cajolant bidou & papilles.

Marie précise que ce peut être un sujet complexe, mais propose donc des conseils techniques de base, ainsi que des détails sur la fermentation.

Ici encore, j’ai retrouvé des recettes connues (houmous de pois chiches germés, kimchi, kombucha, fromage aux probiotiques (sur lesquels Marie fait un bref point)), ainsi que la créativité de l’auteure, comme avec la ginger beer.

IMG_5044

On passe ensuite au chapitre qui nous invite à REINVENTER LA CUISINE DU QUOTIDIEN.

Je note ici que l’on peut être surpris par le fait que le « quotidien » et les recettes de base qui sont utilisées au fil du livre, ne soient pas présentés en premier dans le livre.
L’auteure a d’abord choisi d’introduire aux ingrédients, techniques, recettes qui sont les emblèmes de la cuisine vegan et healthy ; pour ensuite proposer des recettes inventives ou revisitées, fraiches ou conviviales ; du quotidien ou plus festives.

De façon logique, ce chapitre consacré au quotidien (bien qu’on puisse piocher au quotidien dans toutes les recettes présentes dans ce livre ; et inversement, toutes peuvent être proposées pour des repas conviviaux et festifs), s’articule suivant les repas de la journée, du petit déjeuner au diner. Du célèbre overnight porridge ou granola de sarrasin, aux crêpes et porridge inventifs, les recettes restent fidèles à l’alliance de notoire perfectionné, et d’inventivité accessible.

Ainsi, Marie propose pour le déjeuner, des associations colorées de son choix, dans des « jar », les bocaux si tendances, mais également bien pratiques à emporter.

Dans le genre healthy easy, ces recettes du midi se placent bien !
On y trouve plein de recettes de salades où il suffit d’assembler divers ingrédients (j’insiste sur la diversité des aliments présents dans ce livre !) pour composer des salades colorées et équilibrées.

Ici donc pas de Révélation, mais des idées d’associations qui permettent de mettre de la couleur et de la gourmandise dans son assiette, avec simplicité.

Viennent ensuite les dwichs sains et tartines de pâté, fromage, tartinades végétales !

En tant que végétarienne, je ne ressens pas le besoin de retrouver le goût de la viande, mais que vous soyez des veggies nostalgiques, ou que vous vouliez proposer des repas végétaliens à des omnivores, Marie propose tout au long du livre des manières de mettre en scène certains végétaux afin de retrouver le goût de la viande.
Ici par exemple, elle garnit les bagels de portobellos. Mais le bacon de coco ou le tempeh fumé sont d’autres exemples. Toutefois, en termes d’ingrédients, pour retrouver le goût fumé de la viande, il faut souvent utiliser du liquid smoke, que l’on ne trouve pas forcément en magasins, mais que je vous conseille de vous procurer (si vous passez une commande sur internet) si vous souhaitez retrouver ce goût typique.

*

C’est kiki vient après ??
Les « bowls » ! Tellement photogénique tendance alors qu’il s’agit simplement d’accorder les aliments que l’on veut, dans un contenant creux. Sauf que n’oublions pas qu’on a rien inventé : on retrouve donc ici l’ouverture de l’auteure aux saveurs d’ailleurs, surtout asiatiques ; qui demandent certains condiments spécifiques pour faire dignement voyager nos papilles. Green, BBQ, mezze ou asiatiques, ces bols sont surtout pleins de couleurs, tout en restant des associations simples d’ingrédients divers, assaisonnés avec équilibre et raffinement.

Dans le livre, même si les préparations ont des noms parfois inconnus à nos oreilles, elles sont rendues très accessibles.

Ensuite, Marie Laforêt nous montre que de sublimes rouleaux peuvent constituer un repas à emporter ; aux côtés de cakes ou wraps.

Je ne sais pas si c’est le cas de l’auteure, mais bien des blogueuses ou free-lance qui travaillent de chez elles nous présente des recettes comme pratiques et rapides, sachant qu’elles travaillent de chez elles, et peuvent surveiller la préparation si elle demande du temps, ou assortir des ingrédients certes simples, mais qui demandent d’être chez soi pour les cuire au dernier moment.
Ici vous trouverez des recettes de muffins, cakes, makis, croquettes, qui se préparent la veille, et peuvent sans problème s’emporter dans une lunchbox.

*

Place à un break, avec des snacks vitaminés : sucrés ou salés, crus, cuits, mettant en valeur les fruits frais ; à emporter ou non, comfy ou apportant de l’énergie.
J’ai été touchée de retrouver une recette de cobbler VGL, car j’avais découvert cette douceur à Atlanta, et la refaire me rappellera des souvenirs ! Et tout va bien, car il y a une recette de scooones ea-sy et de rochers coco !

Cette rubrique est très large : tartinades, barres, gâteaux sains, gauffres, cakes ; goûters réconfortants sous toutes leurs formes. Ici encore, il est peu question de superaliments.

*

A mes yeux, ce livre est très accessible si l’on a des placards de végéta*iens ou de gourmand curieux (condiments, huiles, fruits secs).

Marie Laforêt propose d’assembler avec simplicité une diversité d’aliments, qui, reconnaissons-le, ne sont pas ceux présents dans la plupart des magasins ou foyers. Des ingrédients peuvent éventuellement poser problème, comme certains condiments orientaux, des farines, des superaliments. Mais ils sont exceptionnels ou déclinables, et je suis sûre que l’on peut demander à Marie comment les remplacer.

Mais la grande majorité des ingrédients nécessaires pour ces recettes sont typiques d’une alimentation végétale équilibrée. On les trouve mentionnés dans quasiment tous les livres de cuisine vegan et ouverte d’esprit.

Si vous êtes un(e) gourmand(e) simplement curieux-se de s’ouvrir à de nouveaux ingrédients, tout en restant omnivore, certains produits constitueront un investissement lourd à terme.

Mais en tant que veggie, et surtout VGL, ce sont des ingrédients que l’on finit forcément par avoir dans son placard car ils sont nécessaires.

Pour ma part, je les ai acquis au fil des mois, partant d’une ouverture à la découverte de nouveaux aliments, mais ce ne sont que des aliments que j’aime et utilise régulièrement : purées de noix, farines diverses, agar-agar, graines, noix, dattes, voire cacao cru.
Je prends du recul et alimente mon placard au fil de mes évolutions et besoins.
Ce livre reste donc pour moi articulé autour d’ingrédients très accessibles, car je les possède déjà en tant qu’adepte d’une cuisine végétale.
(Mais ne pas vous tourner vers la purée d’amande serait une grave erreur, même si vous êtes omnivore 😉 ).

Mais il ne s’agit pas de posséder forcément des superaliments pour manger sain, ni de pouvoir faire toutes les recettes.

Ce livre se veut complet et ouvert dans le sujet qu’il traite, donc il est légitime qu’il intègre toutes sortes d’aliments, dont la disponibilité n’est que rarement pénalisante. De surcroit, chaque auteur a ses marottes, mais les ingrédients précieux d’ici ou d’ailleurs sont utilisés dans plusieurs recettes (et même au fil de tous les livres de l’auteure) afin d’être pragmatique et d’élargir notre spectre papillaire, tout en le rentabilisant.

*

Les goûters sont donc ici toujours faits pour le plus grand spectre papillaire : réconfortants, et/ou vitaminés et/ou express (cookies, tartinades).

Cette rubrique enchaine avec des recettes de desserts easy colorés et gourmands : de l’incontournable riz au lait ou tapioca, aux crumbles et gâteaux, en passant par des desserts glacés, dont certains nécessitent une sorbetière.

Il est temps de se rafraîchir !
Voici des recettes de boissons pour toutes les envies.
Buvant uniquement du thé, je vais essayer de porter un regard objectif sur ce large spectre de boissons : j’ai apprécié l’audace de faire son soda ou son sirop (gingembre) soi-même, et les idées d’eaux aromatisées me paraissent un bon moment de boire de l’eau avec gourmandise.
Toutefois, tout comme certains jus nécessitent un extracteur ; certaines boissons demandent des ingrédients spécifiques moins communs (à la fois, ces boissons semblent trouver leur place pour les occasions ou les fêtes).

IMG_5089

 

Viennent ensuite les condiments. C’est dans ce chapitre complet que l’on retrouve les recettes de sauces de base, auxquelles l’auteure renvoie au long du livre. A nouveau, intitulés inconnus rendus accessibles (comme l’ajvar), recettes communes (crème d’avocat, pesto), basiques polyvalents (sauce tahini, crèmes, sauces fromagères), associations inventives (vinaigrette au miso) et préparations exotiques plus ou moins évidentes ( sauce à la mangue, pâte de curry).

*

La partie suivante, consacrée aux repas à partager, fait la place à la chaleur et la convivialité.
Tout le spectre possible de l’apéro est là, aussi attendu que novateur, pour nous inviter à nous rassembler autour d’une table et manger avec les doigts (tartinades, dips, tartelettes, pizzaaaas, chips).
Je trouve bien pratique de retrouver tout au long du livre des idées de tartinades, qui twistent au quotidien n’importe quelle tartine ou salade.
Les sushis nous surprennent une nouvelle fois : après avoir garni la lunchbox, ils trônent sur la table de l’apéro.
On retrouve également la touche de l’auteure avec des recettes de terrines, aussi bien fraiche que comfy.

Ce chapitre est en réalité consacré au diner, mais les salades présentées ensuite, montre que les recettes sont polyvalentes. L’on trouve plein d’idées de salades, entrées crues, légumes chauds, permettant de faire le plein de végétaux avec raffinement, grâce aux divers assaisonnements qui relèvent le plat. Aux côtés d’assortiments easy et inventifs, Marie Laforêt revisite la salade César ou le coleslaw.

On en vient ensuite aux diners quotidiens en tant que tels, pratiques et comfy, avec des beaux farcis ou des poêlées inventives.
Introduite par une recette de paella qui change, la rubrique de recettes aux céréales, est vraiment pratique, pour changer notre façon commune de cuisiner celles-ci. Marie nous propose dans le livre de les assortir simplement d’aliments inventifs bien assaisonnés ; mais elle nous rappelle aussi que l’on peut leur donner d’autres formes (galettes, boulettes) et textures (frites, risotto).

*

La rubrique suivante peut aider les papilles réticentes au végéta*isme du fait de la réputation des légumineuses, qui paraissent fades alors qu’elles sont des mines de nutriments, et surtout se déclinent à l’envie : haché futé, crêpes, beau parmentier ; plats d’ailleurs (demandant plus de condiments) ou tout simplement (enfin !) une recette simple de boulettes de lentilles qui se tiennent, ou une salade avec des herbes fraiches, astuce délicieuse que j’avais découvert dans le blog riche et créatif de la Fée Stéphanie.

Les légumineuses peuvent aussi s’intégrer aux soupes, sujet de la rubrique suivante (rappelez-vous, la soupe c’est de l’arnaque). D’ici, d’ailleurs, oranges, vertes, blanches ; pour le coup, vous n’aurez la plupart du temps besoin que d’un mixeur plongeant.
Les soupes sont une bonne occasion d’utiliser le(s) miso(s), si précieux, qui permet par exemple de faire ses propres bouillons cubes !
Marie Laforêt met en valeur les légumes de nos étals ; et donne sa place à l’Asie, en y apportant son inventivité, en twistant des recettes et associations, comme vous pourrez le découvrir.  Sauf pour une, les recettes d’ailleurs restent composées d’ingrédients qu’on trouve plutôt facilement. Et (note à moi-même) c’est de toute façon toujours bon d’avoir divers épices et condiments dans ses placards, pour relever toutes sortes de plats (je dois progresser là-dessus).
Si vous voulez surprendre un adepte de la viande, montrez-lui la soupe de Pho, les protéines de soja (PST) donnent vraiment l’illusion de la viande ! Illusion que l’on retrouve plus loin avec le pain de viande.

Bon, la rubrique suivante est consacrée aux légumes.
Et là on se dit qu’est venu le temps du healthy à feuilles dans toute sa privation, que « tu vois ! » l’auteure n’est pas capable de rendre le « sain » gourmand sur toute la ligne, faire le plein de vitamines c’est forcément frustrant.
En effet, cette rubrique s’ouvre sur une recette de ..cannellonis et enchaine avec une recette de steak !
CQFD

Viennent ensuite des plats réconfortants et/ou qui font voyager.
Le tamari revient souvent au fil du livre ; si j’ai du miso, je ne me suis pas encore procuré ce condiment, qui n’a pourtant rien de farfelu dans le placard de tout gourmand curieux et ouvert, et qui se retrouve souvent dans les recettes VGL.

Les soirs, quand j’avais envie d’un plat réconfortant, je me faisais très souvent des purées de légumes, dont on trouve également des recettes ici.

Les légumes sont présentés dans ce livre, dans toute leur riche polyvalence : ils s’entortillent en nouilles, se lovent dans des tourtes ou des parmentiers, recueillent des farces, etc.

Si la première recette de pâtes homemade (sans gluten) nécessite du matériel spécifique, les idées pour les assortir, crémeuses ou sautées, restent très accessibles.

 

Lors de mon année en danse-études, ma maman me préparait souvent des tartes pour le repas du lundi midi. Evidemment, ma mère fait les meilleures tartes du monde, et ce plat est autant synonyme de manque d’idées que de chaleur à la maison.
Dans cette rubrique conviviale, Marie Laforêt utilise la polenta en guise de pâte, ou propose des pizzas thaï ou sans gluten !
D’ailleurs je ferai bien la tarte arc­-en-ciel pour la fête des mères !
Ici le brocolis se marie au cheddar ( !) mais ailleurs il est thaï, poêlé, en nuggets !

Vous avez dit nuggets ?!
En effet, Marie a l’audace de tout-vegan-healthy-qui-en-a-marre-d’entendre-qu’il-mange-que-de-la-salade-bio, de consacrer une rubrique à la junk food façon healthy.

Est-ce un oxymore ? En tout cas ça l’est clairement devenu dans les esprits.
« Junk » signifie uselesse, worthless things, bazar de pacotille ; et junk food « food that is unhealthy » !
Le pari est-il donc osé ? Si nombre de recettes ont entériné la preuve que l’on peut faire des burgers et des croquettes veggie ; Marie va ici jusqu’à proposer des nuggets easy & healthy, et une poutine ! Les recettes nous permettent de faire des burgers de A à Z ; ou plutôt de P(ain) à S(auce/steak).
Et puis rien de plus chic que de faire ses onion rings avec des graines de lin!

La rubrique consacrée à la « boulange » (comprenant pain sans gluten ou à la vapeur) est sans doute là pour accueillir….ce qui nous fait sourire sur les photos et dans le cœur : le cheese !

Ahlala, comme le sujet est ressassé : le fromage, drogue (dure) serait un des aliments les plus compliqués desquels se passer quand on écarte les produits d’origine animale !
Bien qu’il en existe des alternatives végétales dans le commerce (pas toujours accessibles ! Et comme l’explique Marie, pas toujours saines et éthiques!), le fromage m’a moins manqué que ce que je n’imaginais. Je n’en consomme pas à la maison pour l’instant, et évidemment ça a été dur au début, mais c’est passé assez vite, et tendrait même parfois à me rebuter maintenant.

Je n’ai pas Fromages Vegan donc je ne sais pas si les recettes se répètent. Mais ici, on trouve des recettes de fromages peu ou prou similaires à celles disponibles depuis sur internet : souvent « basiques » (crottins ! sauces, fromages à pâte dure) , parfois customisés, et nécessitant des ingrédients plus « extra-ordinaires », que vous pouvez remplacer je pense, étant donné qu’une fois qu’on a compris la structure, libre à chacun de personnaliser selon ses goûts, c’est ça qui est bien avec le fait maison !
Fromages Vegan sera bien sûr plus complet (ricotta, cancoillote) et certaines recettes varient (parmesan).

Je vous le disais, toutes les recettes sont polyvalentes, la rubrique quotidienne peut servir aux occasions,  et inversement.
La partie ci-après s’intitule néanmoins plats festifs.
C’est une question de subjectivité, à vous de piocher dans les autres recettes du livre si vous les trouvez plus conviviales et festives.

Ici le layer cake est salé et les ravioles maison…

Les recettes restent-elles simples ou faut-il cette fois prévoir deeees heures pour satisfaire une tablée, à qui on doit parfois montrer (prouver ?) que le VGL peut être délicieusement chaleureux ?
Les temps ne sont jamais indiqués sur les recettes. Mais oui, ici elles restent simples ; et demandent au plus de l’organisation (faire tremper la veille, laisser reposer).

Même les intitulés classe type « médaillon » ou « compotée » cachent des recettes sincèrement accessibles.

Afin de proposer des plats goûtus, il est néanmoins nécessaire ici de disposer d’un large spectre d’épices, que l’on utilisera finalement régulièrement pour relever tout type de plats, et pas seulement VGL (oui, oui je sais, je vais aller étoffer mon placard !).

Encore une fois, les recettes proposées sont très variées, mettant souvent en valeur toutes sortes de légumes, mais pas que, afin de satisfaire le plus grand nombre, ce qui est important quand on reçoit.

Si l’inventivité des boulettes fraiches au tofu, concombre et herbe fraiche m’a mis l’eau à la bouche ; je ferai bien dans les jours qui viennent l’assiette de polenta aux asperges car c’est la saison et qu’il me reste du pesto.

*

L’élégance de la gourmandise clôture ce livre éclectique.

Cru ou cuit, en verrine ou à étages, on retrouve ici des douceurs plus élaborées, mais aussi la simplicité des tartes et des cupcakes.

AQUAFABA nofilterneeded
végétalien : personne qui élargit son vocabulaire. « Repeat after me : AQUAFABA »

*

Je suis, sincèrement, conquise par ce livre complet, didactique, qui rend la gourmandise équilibrée accessible et colorée.

Toutefois, je vous énonce en toute subjectivité, ce qui peut laisser perplexe : la présence régulière de condiments asiatiques ou orientaux ; la fréquence de l’utilisation de soja, objet de controverses, que, on le sait depuis VEGAN et avec son blog, Marie a tranché (je ne crois pas qu’elle ait donné son point de vue sur le sujet dans ses ouvrages) ; la présence ponctuelle de farines utilisées de façon croissante sur les blogs, mais plus difficiles à trouver (teff, lupin, noix).
Et dans un autre registre, l’absence de remerciements.

**

J’aime les recettes saines et simples, réconfortantes ou surprenantes. Vegan Healthy répond largement donc à mes attentes, bien que je ne possède pas tout le matériel présenté.

**

Marie Laforêt décomplexe-t-elle l’alimentation healthy ?

Soyons lucides ! Des recettes vegan ET healthy restent un univers à découvrir pour des gourmands qui ne placent pas une alimentation consciente et durable en tête de leurs priorités ; et ont une alimentation semblable à celle de la majorité. Gardons à l’esprit que manger sain, végétal, bio..c’est faire partie d’une minorité ! En croissance du fait d’une prise de conscience élargie,  certes, mais toujours minoritaire. Si je parle kale, chia ou même cru et sans gluten à certains membres de ma famille, j’aurai vraiment un langage inconnu et marginal à leurs yeux, car l’alimentation durable ne fait pas partie de leurs préoccupations.

Dénier l’aspect déterminant d’une alimentation équilibrée et engagée, c’est se voiler la face en pénalisant sa santé et celle de la planète ; mais avoir un régime alimentaire végétal, sain, voire sans gluten, cru, bio…c’est être très exigeant. Il n’est pas question de voir cette différence de façon binaire Bien / Mal, mais de rester humble et lucide sur ce que représente encore l’alimentation que nous avons choisie.

Mais la luminosité des recettes de Marie constitue une des pierres angulaires d’une ouverture à une alimentation consciente, colorée et accessible !

Si le livre peut tenir lieu de cadeau pour introduire quelqu’un à l’alimentation végane, du fait de l’aura et du talent de son auteure ; il se diffuse surtout dans des sphères initiées et ouvertes aux techniques et produits présentés.
Donc pour celles-ci, je trouve que ce second recueil remplit largement son rôle.
Si son postulat est de nous synthétiser des recettes vegan saines, à la fois cultes ou novatrices, en nous ouvrant avec simplicité à de nouveaux horizons de diversité et de plaisir, alors oui le livre s’écarte de la connotation intransigeante du healthy dévoyé, avec la touche de raffinement et de technicité didactique de Marie.

Bien des recettes ne me sont pas accessibles du fait du matériel et des ingrédients nécessaires, mais c’est le propre de tout livre de cuisine complet, de proposer un large spectre de recettes.

IMG_5259[1]

Quelle différence avec Vegan ?

Ici l’auteure a un ananas sur la tête

Vegan n’était pas accolé de « Healthy », mais n’en avait pas moins la lourde tâche de montrer que le végétal pouvait être gourmand et ouvert à tous. Un tel titre, si large et intégral, implique un lourd challenge, celui de porter haut une assiette éthique accessible dans ses techniques et inventive dans ses recettes, satisfaisant aussi bien les débutants curieux que les initiés.

Vegan s’ouvre avec une introduction complète sur les valeurs du veganisme : définition, raisons, éthique, lucidité, vigilance (vin, ingrédients cachés).

Ici le livre est bien axé sur le veganisme ; alors que Vegan Healthy, même s’il est porté par la même auteure, engagée dans le refus global de l’exploitation animale, est finalement plus axé sur le végétalisme et l’alimentation végétale.
Dans Vegan, le matériel et les proportions sont moins détaillés ; et l’on retrouve 10 indispensables de la cuisine vegan et où les trouver.

Marie Laforêt a invité dans ce premier livre le Dr Jérôme Bernard Pellet (médecin nutritionniste ; végétalien, il est important de le préciser) qui donne ses conseils pour manger végétalien et équilibré, sans faire d’erreurs. Il détaille les raisons éthiques et écologiques de végétaliser son alimentation ; mais surtout les bienfaits sur la santé et les recommandations à respecter pour trouver tous les nutriments essentiels.

IMG_5264[1]

Si VEGAN HEALTHY (au graphisme plus lumineux) se structure sur les piliers emblématiques de la cuisine végétale saine (ingrédients, recettes et matériel phares), VEGAN ouvre aux bases de la cuisine végétalisée : (re)découverte des protéines, alternatives aux œufs et lait, mise en valeur des légumes.

Mais ici encore, pas question de basiques fades ! Il s’agit de montrer la richesse et la diversité du végétal avec inventivité, et des aliments bien assaisonnés.

IMG_5260[1]

La touche de Marie reste constante, mais les recettes ne sont pas du tout répétitives d’un livre à l’autre : on trouve dans VEGAN pleins d’autres recettes de burgers, farcis, pâtes, céréales ; des recettes régressives ou élégantes ; novatrices, ou permettant de retrouver les saveurs d’une alimentation omnivore. Marie y propose d’autres desserts élégants, ou du quotidien ; et déjà des recettes festives pour toutes les occasions.

*

Est-il utile avoir aussi VEGAN ? Je pense que OUI.
Je me permets d’être franche et sincère et non prescriptrice, car je ne me suis pas du tout ruée sur Vegan dès le début, alors que je le voyais dans toutes les culinothèques des VGL, qui pour beaucoup le présentent comme une bible.
Et une fois que je l’ai eu, je dois reconnaître que c’est un pilier didactique, complet et inventif.

QUAND TU DEMANDES A UN VEGAN CE QUE REPRESENTE ML
Quand tu demandes à un vegan ce que représente pour lui Marie Laforêt

Bien sûr, il ne s’agit pas d’être forcé de posséder Vegan avant Vegan Healthy pour comprendre celui-ci. Si vous êtes adepte de la cuisine saine, Vegan Healthy peut suffire, mais il me semble qu’il est bon d’avoir ce premier recueil, qui pose les bases et propose d’autres idées de recettes pour (re)découvrir le végétal.

Et sans s’inscrire dans la tendance, les recettes de Vegan sont saines, ouvertes au sans gluten ou déjà au cru : ce n’est pas parce-que l’éthique est valorisée, que les plats sont inintéressant nutritionnellement et déséquilibrés.

Et puis, avouons-le, j’aime les beaux livres !

Les deux ouvrages ne se chevauchent pas, mais se complètent, et en voyant à quel point Vegan est tout aussi inventif, je me dis même que si Marie Laforêt sort un troisième gros bébé, il sera également novateur et nécessaire, dans le sens où il donne plein de techniques de base et un large spectre d’idées recettes réjouissantes !

C’est cette amplitude qui rend le sain attrayant dans Vegan Healthy ; de même que la qualité des photos ( !!) et l’accessibilité des recettes (si vous avez un synonyme d’accessible, je suis preneuse…)

Les propositions sont tellement variées, en restant abordables (oui, mais non, « abordable » ce n’est pas exactement le synonyme d’ « accessible » tu vois..).

Les ingrédients font partie d’un univers parallèle pour les occidentaux, mais être éclairé, c’est ouvrir son esprit et son assiette à la diversité.

Ici le « Healthy », ce n’est pas se renfermer sur une bulle restrictive, c’est s’OUVRIR aux ingrédients, techniques, associations, et aux cultures.

IMG_5044
« rejoins la bulle healthy »..

Et inversement, si on se doute que l’auteure aimerait voir le véganisme se diffuser, l’alimentation saine et végétale est présentée ici comme possible et ouverte à toutes les papilles, veggies ou non.

MUFFINS BETTERAVE AVEC FILTRE

Et vous, quels sont les livres de cuisine qui vous gonflent le cœur ?

Je vous laisse, dans 20 minutes je donne un cours sur la capacité de synthèse !

…^^

Pensées feuillues.

 

 

 

 

**

Les photos de plats sont issues de VEGAN HEALTHY. Je me suis parfois permise de mettre des filtres du fait de la qualité de MON appareil photo, mais c’est bien sur un sacrilège compte tenu de la qualité des photos de Marie Laforêt.

Le lien comporte une erreur, je m’en excuse. J’ai mis « Vegan » en premier, y a t-il une signification inconsciente  ?…

Advertisements

11 réflexions sur “BEAU DEVANT ! Healthy Vegan rend-il le végétalisme-sain gourmand et accessible ?

  1. cindy says:

    Wouah ça c’est de l’article ! Merci beaucoup , j’ai très envoe de l’acheter également pour compléter ma collection de livre de cuisine vegane lol !

    J'aime

    1. Qu'on se le dise says:

      Oh merci ***
      Cet avis est sincère et vient du coeur 😉
      Oui, tu verras, je pense que tu ne seras pas déçue : il y aura forcément des recettes qui te plairont, et les photos en mettent plein les yeux !
      Tu as quoi comme autres livres? 🙂

      J'aime

  2. COMME UN GARDON says:

    Ton articles est formidable ! Complet, détaillé, chaque point est pesé, et tout ce qui doit l’être, mis en valeur.
    J’ai le livre depuis cette semaine mais je ne lui ai pas encore consacré autant de temps que toi 😉
    Merci !

    J'aime

    1. Qu'on se le dise says:

      Oh comme ça me touche ! Merci !
      C’est vrai que je me suis beaucoup impliquée pour cet article; mais ça a été un vrai plaisir ; et de surcroît tu ne dois en rien culpabiliser du temps que tu lui consacres !! c’est TON livre, TON plaisir, et c’est aussi très agréable de le feuilleter progressivement, de découvrir de nouvelles recettes au fil des jours.. Tu n’as de comptes à rendre à personne 🙂
      En tout cas j’espère, et je suis sûre! que tu y trouveras plein de belles recettes qui te feront envie ! Tu avais déja « VEGAN »?
      Belle journée à toi !

      J'aime

  3. poli says:

    Merci pour ce bel article ! J’avais déjà Vegan, je me suis précipitée sur Healthy Vegan dès sa sortie. Pour moi aussi, les deux se livrent se complètent, d’autant plus que je commence seulement à penser devenir définitivement végétarienne, avant le végétalisme ?

    J'aime

    1. Qu'on se le dise says:

      Tu m’étonnes !
      Mais ne te sens pas obligée de te définir, fais ce que tu peux/veux : ici on est sans étiquette ! Si une alimentation végétalisée te convient, découvre-la, mais ne te sens pas contrainte ou culpabilisée : fais de ton mieux à ton rythme, c’est le plus cohérent et le plus durable 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s