Boulettes végétales fumées : patate douce et « farine » de Lapsang Souchong (sans gluten)

Je ne crois pas qu’une activité me rassure et m’apaise autant que la confection de boulettes. Sauf bien sûr les promenades au grand air et les déambulations dans les parcs fleuris..

IMG_9026[1]

C’est un peu comme je jour de Noël, quand on fait des sablés, et que notre seule préoccupation est de savoir s’il nous reste assez de pâte pour faire un sapin, ou s’il faut se rabattre sur une étoile.

Faire des boulettes, c’est sentir la pâte caresser ses mains, se concentrer sur la forme à lui donner, s’obliger à se poser, dans le silence, ou enveloppé-e- de son émission/musique préférée.

IMG_9007

Il y a peu, je me faisais la réflexion que je n’avais pas bu de Lapsang Souchong (thé fumé) depuis longtemps.
Il faut dire qu’à mes yeux, c’est un thé qui se partage : il me rappelle les soirées en famille car nous le buvions souvent au dîner , ou pour des goûters avancés dans l’après-midi.

IMG_8950[1]

Mais cela faisait un petit moment que je me demandais s’il était possible de faire de la « farine de thé », à intégrer dans les gâteaux. Comme j’avais réussi à moudre des flocons d’azukis en farine, j’ai essayé de faire de même avec ce thé fumé à grandes feuilles.
Et ça a marché ! J’ai hâte de tester plein de gâteaux aux thés délicatement parfumés !
Oui parce-qu’ici, j’ai intégré cette poudre (d’après la définition du Larousse on ne pourrait dire farine) dans une recette salée, toute simple et qui parfume les doigts de notes fumées qui sentent la convivialité !

IMG_8958[1]

J’ai utilisé le « Grand Lapsang Souchong » des Jardins de Gaia, dont je trouve la saveur fumée plus prononcée que chez d’autres maisons.
Le thé fumé est un thé très particulier; je ne dirai pas « soit l’on aime, soit l’on déteste », mais peut-être est-il préférable de s’initier avec un thé léger, à la saveur fumée discrète? C’est ce que j’ai fait, et même si c’est dommage, compte tenu de la préciosité et de la typicité unique de ce thé, c’est peut-être une bonne solution, face à toutes ces papilles qui rétorquent « ah non! le thé fumé j’aime pas ça! ».

En tout cas, les notes sont ici prononcées, intenses et profondes : outre les papilles initiées, elles sont tout à fait adaptées pour une recette salée, dans laquelle on veut retranscrire des notes « smoked ».

IMG_9010

Pour 25 boulettes environ :

*270gr de patate douce cuite à la vapeur
*1CS de thé Lapsang Souchong
*70gr de farine de lentilles
*20gr de flocons de millet
*1CS de fécule de maïs
*1 pincée de sel, curry / poivre

Dans un grand bol, écraser la patate douce encore chaude en purée.

Placer le thé dans le bol du mixeur et « moudre » les feuilles.
Ajouter la farine, la fécule et les flocons et mixer à nouveau, mais très brièvement, pour bien amalgamer le  mélange sec.

Ajouter le mélange de farines à la purée et assaisonner (le LS étant assez « salé »).

Bien homogénéiser le tout. Si possible, laisser reposer et « infuser » plusieurs heures; sinon former dès à présent les boulettes.

Enfourner pour une vingtaine de minutes à 200°C

Bon appétit !

(Sur les photos, les boulettes ne sont pas toutes cuites, car je compte en congeler; voire étaler finement la pâte pour faire une tarte carottes-tempeh ! )

Pensées feuillues

 

IMG_8950[1]

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s