Réflexion sur la comparaison (aah ces insomnies, si riches de cogitations..)

Bonjour petites graines de sésame !

 Objectivement, l’on baigne dans un univers intérieur et une atmosphère extérieure chargés de comparaison à l’autre, cette jauge insaisissable.
En quête anxieuse de « mieux » ou confirmation neutre du « comme ».

Pourquoi sommes-nous rassurés quant on sait que l’on n’est pas seul-e dans une situation ?

S’il y a bien une chose que j’évite parce-qu’elle m’oppresse et m’agace, c’est faire « comme les autres ». Des tendances vestimentaires à la bien-pensance vide voire dangereuse, en passant par les films/livres/expos « à voir » absolument.

Et pourtant parfois, savoir que je suis dans la même situation que d’autres -âmes parfois assez nombreuses pour constituer ce qu’on décrirait comme la « norme »- me rassure.
Pour illustrer avec un exemple anodin : vivre à Rennes me rassure car si je veille tard ou ai une insomnie, je sais qu’autour de moi, dans la ville, d’autres personnes sont éveillées, comme moi.
Je suis comme eux, dans la même situation; donc pas a-normale.

IMG_9261[1]

Pour Le Robert, la comparaison est « le fait d’envisager ensemble plusieurs objets de pensées pour en chercher les différences ou ressemblances ». « Comparer ; analyse, jugement, rapprochement ; relation». Le jugement serait donc intrinsèque à la comparaison ? La notion de relativité est quant à elle inscrite dans la locution « en comparaison de ».
Comparaison n’est pas raison, mais l’on se rassure, ou amplifie son angoisse en constatant que notre objet de comparaison est plus ou moins comparable à nous.

Je le répète ici et surtout dans ma tête : tout est relatif, de la plus futile comparaison à une relation plus porteuse d’enjeux universels.
La jauge parvient difficilement à être intérieure et solidement intériorisée. Il est délicat et complexe d’être son propre repère. L’autre est là pour nous apprendre, nous construire, nous évaluer, nous remettre en question, nous questionner. L’altérité nous met en perspective, le regard critique met notre situation en relief.
Pour nous enrichir humainement ; ou nous ronger quand la comparaison est érigée en seule mesure.

 

Allez, quelques photos du week-end en Bretagne :

Dans le Finistère (ici Mousterlin)

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

IMG_9260[1]

 

*Puis à Rennes :

 

 

Pensées feuillues

IMG_9261[1]
Avec ce superbe bouquet, j’ai fait une eau fraîche pastèque – basilic : délicieux !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s