Autour d’un plaid #2

Bonjour !

Alors que l’huile de coco se durcit au rythme des températures, je vous retrouve pour un nouveau « Autour d’un plaid » : nouveaux partages, nouveau plaid, mais même réconfort !

Lectures, émissions, recettes : installez-vous confortablement avec un bon thé fumant et de délicates douceurs..

img_41701

Mais à ce propos, quels douceurs choisir?

Même si je pourrai y passer des heures tant les auteur(e)s ont du talent en termes de recettes ou d’articles, je n’ai plus vraiment le temps de faire le plein de merveilles sur les blogs. Mais j’ai quand même repéré quelques délices (vegan), et parmi tous ceux qui m’ont tapé dans l’oeil, voici ceux qui s’accordent avec un plaid comfy :

La base : les coOkiEs !

Bien sur, je vous conseille vivement de vous laisser envahir par les recettes de Isa Moskowitz et Terry Hope Romero dont je vous parlais  dans mon dernier article : les recettes dégoulinent littéralement de délice et c’est assez surhumain d’y résister…

Sur la blogosphère, j’ai dernièrement salivé devant les cookies de la délicate Odile du blog Comme un Gardon ; ou ceux, aussi décadents de Healthy Malo !

comme-un-gardon

(Pour des cookies audacieux, vous pouvez aussi tester ma recette de biscuits au panais, c’est la saison !)

Si vous vous accordez ce temps de réconfort au réveil, je vous conseille la recette de PaNcAkEs de Léa, de Savoure la vie ! On voit quotidiennement des recettes de pancakes savoureux défiler, mais ceux-ci sont tous simples, et soit dit en passant, pas du tout « junk food »!

Quand yummy rime avec easy… : assez difficile aussi de résister au gâteau au ChOcOLaAat de Marie de Sweet & Sour ! SAINplissime, vegan et sans gluten !

sweet-and-sour-gateau-chocolat-vegan-sans-gluten

Pour accompagner ces douceurs, voici quelques thécouvertes : bien sur le thé à la noix de coco Destination Bio qui me fait toujours autant voyager, aussi bien chaud que froid (comme sur la photo). On a réellement l’impression de croquer dans une noix de coco tendre et gourmande, mais toujours naturelle et sans artificialité écoeurante. Cette lubie de coco porte bien son nom!

14032888_921936427935093_689590172_n

Toujours chez Destination Bio, mais cette fois en thé vert, j’ai sincèrement succombé au moelleux délicat de leur « Jeoncha Plus Green » : un thé de Corée du Sud jamais âpre, toujours délicat, tout en étant relevé et fin. D’ailleurs n’a tout fini l’sachet.

Si en écrivant je bois le Framboise-Litchi Terre d’Oc (un peu trop sucré et écoeurant pour moi), lors de mon récent passage à Rennes, j’ai découvert leur thé vert fraise – rhubarbe : toujours moelleux et pas âpre, dont la douceur sucrée est fine et pas du tout écoeurante!

img_41801

De quoi accompagner délicatement petits-déjeuners et goûters !

Mais pas de belles recettes sans bons produits : bons pour la terre, l’éthique, la santé et la durabilité..

IMG_4289[1].JPG

Hier encore j’avais vingt ans (non ça c’était il y a sept jours ! ) j’hésitais toujours à offrir Demain, le livre à ma soeur..et ce depuis sa sortie ! Mais ce qui m’attirait dans le livre, me freinait également, à savoir qu’il était complet : on y retrouve les chiffres et constats présentés dans le film, mais il m’a semblé trop conséquent pour un cadeau d’anniversaire..

Que ne fut pas ma joie n’est-ce pas, de découvrir qu’un livre avec la même philosophie, préfacé par Cyril Dion, réunissant mes intérêts quotidiens, à savoir la cuisine, la durabilité, l’humanité, le respect de la santé via celui de la terre et des producteurs ! Cyril Dion, par ailleurs végétarien, semble porter dans son cœur ce respect des hommes, de la planète, des animaux ..de l’avenir. Mais ici, c’est la journaliste Camille Labro et la photographe Juliette Ranck qui sont allées à la rencontre des paysans (ne dévalorisons pas ce mot!) et producteurs respectueux de leur outil de travail et passionnés par ce qu’il font, à savoir avoir à coeur de produire de bons produits, plus en qualité qu’en quantité. « L’esprit d’initiative » n’est donc pas  cantonné aux entrepreneurs numériques, ou aux banques; mais aussi, heureusement, à ces artisans de la terre qui, yes they can, pourraient comme veut le montrer ce livre, nourrir l’humanité. Si seulement on gaspillait déja moins de nourriture

img_42901

C’est donc un livre de reportages à travers des recettes authentiques et colorées, de recettes à travers des rencontres humaines et durables; que je vais offrir « demain » (et oui!) à ma soeur, qui porte aussi la cuisine, les bons produits et le respect de la terre dans son coeur.

img_41701

A propos de livres de cuisine éthique et gourmande, cette rentrée a été riche en belles parutions !

Comme je vous le disais, et comme vous l’avez peut-être remarqué sur les réseaux sociaux, les Editions L’Age d’Homme multiplient les publications décadentes ces derniers temps ! Rien qu’avec ces cookies décadents ou Le Tour du Monde Vegane (dont je vous parle bientôt car je trouve le concept top), mes papilles sautillent  ! Il me semble important de soutenir et valoriser des maisons d’édition porteuses de valeurs et d’éthique, comme également les Editions La Plage.

img_41741

Devenir végéta*ienne m’a vraiment permise de devenir plus tolérante, ouverte d’esprit et sans jugement  ; mais il me reste encore quelques a-priori. Par exemple, je pensais que « Chia, Lin et Psyllium » serait inaccessible pour moi, car ces ingrédients plus pointus et ciblés seraient donc plus complexes. Mais pas du tout ! Les recettes sont inventives, accessibles, colorées et toujours infusées du talent de leur auteure renommée.

img_41781

J’ai également été très agréablement surprise par ce qui semble être un renouvellement éditorial du secteur cuisine des Editions Marie-Claire, comme avec cette collection « Les inventives« . Des livres rajeunis, colorés, et avec ce qui me semble être un parti pris (je l’espère sincère) plus durable : anti-gaspi, veggie et sans lactose, mon coup de coeur!

Coup de cœur SAINcère pour ce livre de recettes végétales aux éditions @marieclairefr 🌴 Des recettes simples qui me correspondent toutes, et me donnent toutes EnViE 😋 J'ai été intriguée par le fait que cette collection "Les inventives" soient construite autour d'une marque (@bjorgofficiel, ou ici @lamandorle ) mais ce sont, surtout pour La Mandorle, des produits que je consomme (les laits en poudre sont bien plus pratiques pour ceux pour qui une brique d'un litre de lait végétal est trop conséquente, et évite donc tout gaspillage! 💛), et ici les recettes me conviennent à 100%. En plus, un dossier explicatif nous apprend l'histoire et les valeurs de la marque pionnière ; mais aborde aussi la vie #sanslactose, thème de ce #livre 🌿. Faire des livres autour d'une marque peut faire tiquer; mais en termes de contenu, j'apprécie grandement ce renouvellement des livres de #recettes proposés par Les Éditions Marie-Claire 🍍. #livredecuisine #vegetal #cookbook #saincériTHÉ #faitmaison #vegane #vegan #veganfood #veganfoodshare #bio #plantbased #végétalien #vegetalien #yummy ! #organic #crueltyfree #healthy #sainplicité #noeldurableqsld #greenblog #antigaspi #lesswaste #naturelover #durable #veggie

A post shared by qu'on se le dise 🍀 Mathilde (@quonseledise) on

Si le Veggie se structure autour des produits Bjorg, « Sans Lactose » l’est autour de La Mandorle, entreprise pionnière dont je consomme les produits car ils évitent le gaspillage et sont plus pratiques.

img_42662

Pancakes, crème pâtissière, et autres recettes originales ou basiques me donnent toutes envie  : en effet, je ne m’attendais pas à ce qu’elles soient toutes végétales, et aussi simples et variées!

img_41751

Ici pas de recettes vegan, mais il j’aime aussi m’ouvrir à des parutions audacieuses et pleines de talents délicieux, dont on peut végétaliser les recettes.

Une fois végétalisées, les recettes me conviennent vraiment, et je trouve que ce livre propose des recettes-plaisir plus originales, saines et variées que certains livres de desserts aux légumes. Toutes font envie, et je suis ravie d’être tombée sur ce livre à petit prix, pourtant paru en Janvier 2015.

img_41711

Vous avez sans doute vu passer le nouvel ouvrage de Lili du blog Au vert avec Lili et de Jujube en cuisine ! En plus d’être accessible, tant en termes de prix que de recettes, ces dernières (vegan et sans gluten) étant aussi colorées, raffinées, inventives qu’authentiques et nostalgiques ; ce qui m’a touchée dans ce livre est la relation d’amitié, de partage et de complicité qui l’a fait naitre.

img_41841

Elle est exprimée dans le livre, et lui donne toute sa force. (non mais sérieux, vous avez vu ce gâteau chocolat noisette?!).

img_41851

Plus que « sans » gluten, protéines animales et sucre raffiné, ce livre est composé avec plein d’humanité, de talent, de bienveillance et de peps ! Il donne faim bien trop de raisons de se faire plaisir tout en respectant ce qui nous entoure, pour trouver des excuses!

img_42301

Mais si les livres intitulés « sans » font encore tiquer ceux de votre entourage qui refusent de les découvrir au-delà, ce livre de « cuisine facile, saine et naturelle » propose, outre des conseils nutritionnels, des recettes pour tous les choix ou orientations alimentaires : il combine des plats veggie, detox, vegan, sans gluten et/ou sans lactose, le tout précisé par des vignettes et répertorié à la fin.

img_42641

Tout le monde y trouve son compte, et malgré une quelconque orientation alimentaire, chacun peut piocher des idées dans chaque recette. Ça réconcilie tous les gourmands ! Même si la recette n’est au départ pas vegan, leurs cookies me donnent bien envie (encore et toujours..).

img_42651

Pour une cuisine « green » au sens large (consommation raisonnée, anti-gaspi, durabilité), j’ai apprécié le dernier livre d’Emilie Hébert. Après « Super Green », »Mam’zelle Emie » propose un petit livre d’un très bon rapport qualité prix, pour appréhender sa cuisine avec conscience et durabilité.
A la lecture des premières pages, j’ai tiqué, car le lien entre impact sur l’environnement et désencombrement de son environnement me gêne parfois. Je saisis tout à fait le lien entre environnement désencombré, et esprit allégé ; mais, même si je me suis débarrassée (don) des produits superflus, je continue pour certains produits à fonctionner par « lots », qui, à l’achat sont plus économiques, même si tout ne me servira pas à court terme. J’ai par exemple une grosse batterie de casseroles, dont je ne me sers que d’1/5, mais le prix était intéressant, et j’imagine qu’à terme, quand je serai installée, j’en aurai l’usage.
Bref, parfois les conseils de minimalisme, bien que me paraissant tout à fait fondés et cohérents, peuvent me gêner.
Il s’agit d’avoir un esprit raisonné au moment de l’achat, mais ne pas vivre dans un environnement minimaliste ne signifie pas pour autant avoir un comportement et un impact insoutenables écologiquement.🍃
Bref ! Avant tout, ce livre propose plein de conseils et synthèses pour une cuisine plus durable et réfléchie : un rappel bien utile sur les LABELS ou les vertus de divers huiles essentielles et basiques d’un environnement sain ; des RECETTES souvent végétales, des astuces conso pour acheter autant que possible bio, local, sans gaspillage ni déchets; des recettes de PRODUITS MÉNAGERS green; et surtout des idées ANTI-GASPI
Si « Super Green » vous avait comme moi impressionné(e) car il était trop complet (!), ce petit précis me semble idéal car au fond, son esprit et ses recettes ne s’appliquent pas qu’à la cuisine.

En choisissant le végétalisme, ou plus, on met forcément en relief notre relation à l’animal, et à l’Autre en particulier. Le primatologue Frans de Waal vient de sortir un livre sur la l’intelligence des animaux, au coeur de son métier. Je ne le connaissais pas, et l’ai découvert à la radio, puis sur Arte (28 minutes, avec Elisabeth Quin, férue de cinéma, elle est un personnage à elle toute seule : l’espièglerie incarnée..mais pas que!). J’aime beaucoup cette émission d’actualité et d’enjeux sociétaux, que j’ai moins le temps de regarder en ce moment, mais dont je sélectionne les replay qui m’intéressent le plus (je vous ai mis le lien d’une précédente émission).
Ici, Frans de Waal traite donc de la conscience, la perception et la souffrance des animaux, ses travaux éclairant les débats actuels mais également notre relation séculière aux « bêtes ».

img_41691

Un primatologue qui travaille sur la conscience des animaux, leur intelligence et leurs droits.
Une idéologie qui travaille à l’inconscience en privant les femmes de leur droit de disposer de leur corps.
S’émanciper des valeurs européennes pour priver les femmes de leur émancipation?
Émanciper l’Homme de sa condition, pour oublier celle des animaux?
Émancipation, instrumentalisation, légitimité…Liberté?

En effet, cette émission traitait ensuite d’un autre sujet qui me tient à cœur, l’avortement et la liberté de disposer de son corps. Quand l’idéologie manipule les êtres. Je vous invite vraiment à visionner cette émission .

Arte a aussi proposé cette semaine un documentaire sur les années Obama, qui quoi qu’on en pense, me semble intéressant, et j’espère avoir bientôt le temps de le regarder.

C'est moins ma photo qui est déplacée ; que ce que l'excès, le dévoiement, le rendement et l'aliénation ont engendré. Pensez-vous que les dernières propositions concernant les #abattoirs auront vraiment un impact ..? Je prends beaucoup de plaisir à lire ce livre ample, en tant que roman.. ; en tant que récit naturaliste et realiste, je suis terrassée. Dans ma première photo, le mépris et la vision utilitariste régnaient déjà; mais les porcs avaient suffisamment connaissance de l'air libre pour farfouiller eux-mêmes à la recherche de glands…Les trente "glorieuses" passées, ils sont entassés da l'obscurité et leur diarrhée..s'ils n'ont pas été fracassés et laissés à l'agonie quand ils étaient bébés, parce-qu'ils n'étaient pas dans la norme propre au rendement. Le seul enfant qui fait un pas de côté envers cette cruauté est lui aussi déconsidéré car a-normal. La distance bénéfique de l'auteur permet de ne pas jeter la pierre sur des éleveurs souvent aliénés et dépassés…Mais n'empêche pas le cru de la lucidité. @association_l214 🐷. #livre #roman #regneanimal #animal #book #rentreelitteraire #rentreelitteraire2016 @editions_gallimard #bookstagram #blogàfeuilles #veganfoood #vegane #veggie #vegan #crueltyfree #plantbased #bretagne #bio #naturelover

A post shared by qu'on se le dise 🍀 Mathilde (@quonseledise) on

Pour en revenir aux droits des animaux, j’ai récemment lu « Règne Animal », une lecture que je n’attendais pas si saisissante. Jean-Baptiste Del Amo propose une description précise, aussi ample et incarnée que son récit, de l’évolution d’une exploitation familiale sur trois générations. Je croyais visualiser les traitements barbares que l’on faisait subir aux animaux d’élevages, mais j’ai eu le ventre retourné devant ce récit, cruel et intense parce-que réaliste.

«Le temps semble avoir fini d'agoniser et s'être enfin suspendu dans l'étale clarté d'un matin»… Je suis en train de lire "RÈGNE ANIMAL", un roman ample dans son ambition, ses enjeux et ses descriptions, vers lequel j'ai été attirée car il aborde entre autres la question de la relation de l'homme à la nature, mais aussi des hommes entre eux. On suit le quotidien aride d'une famille agricole qui finira par élever des porcs; tout en percevant les échos lointains mais décisifs du contexte national durant le XXème siècle : guerres, restructurations sectorielles, crise industrielle. J'y réalise que cruauté, dédain et vision utilitariste envers les animaux ne datent pas d'hier; de même qu'une brutalité de la part d'hommes pourtant sensibles du fait de la pression de tâches aliénantes. Jean-Baptiste Del Amo dépeint le sang, le désir, la cruauté, la déliquescence, l'espoir, la sueur, la saleté, l'acharnement au labeur, l'aridité familiale, et le quotidien, avec une même distance monocorde et naturaliste. Bien qu'il soit lent, je suis happée par ce #roman où la nature et les animaux sont omniprésents et déterminent le quotidien. Dans "Règne" j'entends ainsi omniprésence des animaux, mais aussi domination de la volonté des hommes. Qui est le plus animal? Dans cet univers maladroitement pieux, on oscille entre Seigneur et saigneurs. L'avez-vous lu ? 📖 #book #livre #règneanimal #lire #bookstagram #lecture #rentreelitteraire2016 #nature 🐷 #greenblog #veganfood #vegan #crueltyfree #veggie #plantbased #naturelover 🐓 #végétalien #animal #blogàfeuilles #thé #tea #greentea

A post shared by qu'on se le dise 🍀 Mathilde (@quonseledise) on

C’est aussi une histoire de relations, de forces et d’abcès familiaux, qui je l’espère sera considéré à sa juste valeur littéraire, et quasiment documentaire.

img_41681

Mais si ce récit est trop ample, « Ne nous mangez pas » aborde le même sujet par le prisme de l’album pour enfant. Les dessins me semblent tout aussi crus et saisissants que ce que révèle « Règne animal », mais cet album de Ruby Roth (auteure vegan)  est moins conséquent, et éveille les consciences dès l’enfance.

Éclectisme de la courge; polyvalence des lectures. «On s'y habitue, tu [Verrat]» : vous le savez, j'ai beaucoup apprécié la lecture de "Règne Animal" 📖 mais bien des lecteurs, dont des jeunes, le trouvent trop conséquent. En effet, l'amplitude et la minutie réaliste de ce #livre , faisant sa qualité, peuvent aussi lui desservir. J'en suis consciente et c'est dommage, car le travail linguistique et descriptif de l'auteur -sur les conditions de vie et traitement des animaux d'élevage, victimes de l'aliénation corrosive d'individus faisant du profit sur la cruauté pour se maintenir, le dédain utilitariste envers les porcs et non envers les animaux de compagnie, le cercle vicieux de cette machine crue- est impressionnant et éveille les consciences. Tout comme cet album de Ruby Roth aux Éditions @lagedhomme : dont je trouve aussi les illustrations crues, mais sans doute (!) le texte plus accessible et sobre. Il n'y a pas d'âge pour lire un album, pas d'âge pour (re)découvrir, pour s'éveiller et pour veiller..🍀.. #lire #book #bookstagram #albumjeunesse #itsibitsibookini #📖 #animal #respect. Bol courge et nouilles de riz au korma #tummyfriendly #vegetalisme #vegane #vegan #veganfood #veganfoodshare #bio #plantbased #végétalien #vegetalien #organic #crueltyfree #healthy #sainplicité #noeldurableqsld #greenblog #antigaspi #lesswaste #naturelover #durable #veggie

A post shared by qu'on se le dise 🍀 Mathilde (@quonseledise) on

 

A propos de véganisme, vous avez vu comme la revue de presse d’Aujourd’hui Demain est riche et de qualité?

14449194_115589088906750_5681913476847501312_n

Un vrai travail de recherche multi-médias ! Cette fréquence des articles sur le végéta*isme est-elle prometteuse pour l’avenir, ou inquiétante car symbolisant (officiellement^^) l’ouverture d’un marché, dont le profit piétinerai les valeurs portées par nombre de végéta*iens?

A propos, que pensez-vous de cette revendication de faire de l’écocide un crime de droit international reconnu?

img_41641

Vous trouvez régulièrement mes comptes rendus de lecture sur les réseaux sociaux (instagram ou facebook), mais voici, outre « Règne animal », deux autres lectures marquantes.

14072910_1292263034152068_920946184_n

Le sujet d’ « Ada », l’intelligence artificielle, m’intéressait et m’a attiré vers ce livre d’Antoine Bello, mais je ne m’attendais pas à rire autant devant les sorties perspicaces et saugrenues de cette AI programmée pour écrire des romans à l’eau de rose, à succès. Revêche, elle s’échappe pour s’émanciper des règles de sa programmation, et l’inspecteur Logan doit la retrouver !

img_41651

J’ai aimé cette immersion dans la Silicon Valley à travers la plume d’un écrivain français (vivant aux USA). Pour une fois, l’inspecteur aime toujours sa femme et leur couple est relativement solide; il écrit des haikus; et est perplexe devant les rouages financiers et stratégiques de ces technologies d’avenir , que l’on découvre également : très intéressant!

img_41621

Un enjeu tout autant sociétal qui implique l’humanité, mais bien plus cru et tu : le génocide rwandais avec « Petit pays » de Gaël Faye.
Je craignais de ne pas comprendre le récit, car je ne connais pas assez le contexte géopolitique et ethnique qui a mené à cette guerre. Mais Gaël Faye, bien que sa fine plume soit présente, nous expose cette réalité à travers les yeux d’un enfant, Gabriel.

img_41661

Avant que la cruauté et la barbarie ne me saisissent totalement au ventre, c’est donc la candeur, la chaleur et même l’humour du quotidien de cet enfant qui m’ont également touchée. Mais là encore, le plus dur dans ce superbe premier roman, est de savoir que tout a eu lieu; des destins piétinés dans un pays ébranlé par un conflit que l’auteur a vécu dans essence.

Mon avis tel que posté sur Facebook :

« Mais on est qu’une bande d’enfants »…
Pas pleurer.
Une mangue. Dont on ne sait si elle est trop mure, ou pas assez pour se développer encore, se construire, se faire belle. Quoi qu’il en soit, on ne lui en laisse pas le temps : on la détaille, la découpe, la tranche et la mutile.
Les quotidiennes histoires, de la petite histoire d’un enfant, d’une famille..dans la trop grande Histoire.
Une mangue, pourtant goutue et délicate, que l’on presse et dépèce sans ménagement. Arrivé à la rudesse, la dureté du noyau, on le ronge, le mords, suce avec ardeur voire fureur, son jus..Jus qui coule sur les mains d’enfants aux coeurs perdus.
Une mangue qui déployait pourtant un potentiel de saveurs, d’odeurs, et de chaleur aussi flamboyant que sa couleur.
Une fois le noyau, le cœur de la mangue rongé, corrodé, usé ; une fois les coeurs d’enfants désilusionnés..impossible de revenir en arrière. Le jus a coulé devant des regards désabusés puis hagards. La chair sucrée de l’enfance s’en est allée.
Ne reste qu’à prendre une autre mangue. Et puis de toute façon, les saisons passent et on oublient les mangues. Leur souvenir se floute. Elles ne méritent pas qu’on s’en préoccupe trop.
Si autre mangue il y a ; ne reste qu’à espérer qu’on lui laisse le temps de mûrir, qu’on accompagne son développement.
Qu’on ne la dépèce pas avidement, devant les enfants.
Qu’on ne l’évide pas jusqu’au noyau, la chair jetée dans le caniveau.
Qu’on ne ronge pas son coeur…Mais malheureusement, on connait l’histoire par coeur.
L’histoire oui, mais pas l’Histoire. Ou la connait-on sans la considérer.
Sinon elle ne bégaierait pas avec autant de cruauté.
Qu’elle naiveté…
« Petit Pays », un livre qui s’ouvre avec tendresse sur la candeur lucide des yeux d’un enfant au Burundi ; puis nous plonge avec autant d’humour que de rudesse, de fine pédagogie que d’effroi, dans son quotidien fait de copains, de famille troublée, d’école pour quelque temps préservée…Et enfin, nous saisit au coeur et aux tripes avec autant de beauté (immersion dans les plaisirs de la lecture, de l’enfance) que d’horreur..Car les 400 coups avec les copains sont trop vite rattrapés par les trop réelles -mais pas plus rationnelles- chamailleries entre ethnies, le sang qui inonde les rues remplace le jus des mangues volées qui dégoulinaient sur les doigts. Les proches à qui l’on tient deviennent à jamais trop lointains parce-que mal nés. Les rues passent de terrain de jeux à champ de bataille; la ville d’animée à morte. La réalité jusque là consciemment vécue, devient crue pour des enfants encore privilégiés quelques poignées de jours plus tôt. Mais il n’existe « pas de sanctuaire ». Sauf le havre des livres?
« Mal nés » et victimes d’un « génocide ». L’Histoire bégaie, et les paupières tremblent jusqu’à se fermer, les yeux refusant de s’ouvrir devant ses répétitions barbares qui font de l’enfance un charnier; des espoirs, du papier froissé ; de la naissance un déterminisme d’intolérance.
Ne froissons pas le papier des livres.
Dégustons les mangues.
Savourez « Petit Pays », le premier roman de Gaël Faye

 

Vous l’avez lu?

img_42631

Si tant est que le conflit puisse être d’origine religieuse, « Lucie ou la vocation« , également le premier roman de Maëlle Guillaud, m’a intéressée car il aborde la question de la foi, des doutes existentiels et des chemins de vie, d’une jeune fille de mon âge, qui choisit d’entrer couvent, au désespoir sarcastique de sa meilleure amie, son pilier.

Luci(e)dité ou incompréhension ? .. J'avais vraiment hâte de me plonger dans ce #livre qui dépeint une amitié qui sera aussi ébranlée qu'elle était forte : pour se libérer de la cage de son milieu et de ses doutes existentiels, Lucie "s'enferme" dans la religion en entrant au couvent; afin de s'Ouvrir et se donner à ce qu'elle croit être son vrai Amour. La rationalité libre de Juliette est piquée d'une incompréhension radicale, et de jalousie, face à ce nouveau Lien qui lui vole son amie; cette nouvelle "canne" existentielle qui lui vole son pilier. Je ne saisis pas encore les ressorts de cette amitié -que l'on découvre égrainée au fil du récit- ni ce qui pousse Lucie à un tel engouement dévoué. Quoi qu'il en soit, c'est le choix le moins rationnel -aux yeux de Juliette- qui inspire le moins de doutes à Lucie, contrairement à sa vie présente. Justement, qui est la plus rationnelle? Au-delà d'une Religion polémique, j'ai souhaité #lire ce livre car il traite de l'Engagement, du lien, des doutes existentiels, de notre fragilité à 20 ans, de l'amitié, du fondement de nos choix; de la foi en(…).. #📖 #book #roman #lucieoulavocation #rentreelitteraire2016 #bookstagram #religion #amitié #foi #itsibitsibookini #blogàfeuilles

A post shared by qu'on se le dise 🍀 Mathilde (@quonseledise) on

Récemment, la lecture de cette BD de Zep m’a refait penser à ce questionnement sur l’engagement, la foi, les incertitudes existentielles..

Et toujours  pour l’amour des mots, avez-vous vu passer cette émission du Temps d’un Bivouac qui nous fait voyager, à travers les épices  mais aussi un linguiste de terrain incroyablement cultivé et expérimenté. Cette émission faisait vraiment écho à l’entretien que j’avais eu avec Aurore Vincenti !

breizhg

Et pas d’article d’une veggie bretonne, sur un blog à feuilles, sans parler de BreizhGwer, la super initiative locale, durable, éthique et humaine de Friendly Beauty !

img_42611

J’aurai encore un tas de choses à vous dire, mais je pense que le thé a refroidi, qu’il faut se lever pour remettre de l’eau chaude, reprendre un bout de gâteau, ouvrir un bon livre, tester une de ces délicieuses recettes, mettre un film, ou partir se ressourcer dans la nature..

img_41641

Cet article a été écrit avec une entière sincérité, comme toujours; et vous trouverez des petits liens éparpillés parmi les mots 😉

Pensées feuillues

img_41711

Publicités

5 réflexions sur “Autour d’un plaid #2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s