Lectures croisées : consciences africaines.. « Petit pays » & « Afro Végane »

DONNER À VOIR

« L’Afrique est le grand défi de la Cop22 »…annonçait il y a un mois la Ministre de l’Environnement.

Passons ici sur la forme infantilisante de cette phrase, pour s’intéresser au fond : l’Afrique est un continent au développement exponentiel et au potentiel incroyable ; tous deux parfois maladroitement maîtrisés du fait d’un passé et donc d’un présent lourds.

img_74341

C’est ce que montre par exemple le livre  Petit Pays de Gaël Faye.
Si cette lecture croisée me trotte dans la tête depuis longtemps, et que la déclaration de Ségolène Royal l’a ravivée ; d’autres émissions de radio ont été entre temps consacrés aux enjeux du continent.

Gaël Faye était ainsi invité sur France Culture le 25 Novembre, pour une émission intitulée « Comment écrire l’Afrique aujourd’hui ? »…Un titre aux notes délicates et implicites..

De mon côté, j’ai choisi deux livres porteurs de sens, qui écrivent l’Afrique chacun à leur manière, et nous montrent que son passé et son présent sont aussi critiques et complexes ; que riches d’enseignements et de valeur.

J’ai donc croisé Petit Pays de Gaël Faye et Afro Vegan de Bryant Terry

pppp

Petit Pays a reçu le 17 Novembre, le toujours très juste Prix Goncourt des Lycéens.

Voici ce que je vous en disais après l’avoir lu (ici) :

 » « Mais on est qu’une bande d’enfants« …

Pas pleurer. 

Une mangue. Dont on ne sait si elle est trop mure, ou pas assez pour se développer encore, se construire, se faire belle. Quoi qu’il en soit, on ne lui en laisse pas le temps : on la détaille, la découpe, la tranche et la mutile
Les quotidiennes histoires, de la petite histoire d’un enfant, d’une famille..dans la trop grande Histoire.

Une mangue, pourtant goutue et délicate, que l’on presse et dépèce sans ménagement. Arrivé à la rudesse, la dureté du noyau, on le ronge, le mords, suce avec ardeur voire fureur, son jus…Jus qui coule sur les mains d’enfants aux coeurs perdus. 

Une mangue qui déployait pourtant un potentiel de saveurs, d’odeurs, et de chaleur aussi flamboyant que sa couleur.

Une fois le noyau, le cœur de la mangue rongé, corrodé, usé ; une fois les coeurs d’enfants désilusionnés..
Impossible de revenir en arrière. Le jus a coulé devant des regards désabusés puis hagards. La chair sucrée de l’enfance s’en est allée.
Ne reste qu’à prendre une autre mangue. Et puis de toute façon, les saisons passent et on oublie les mangues.

Leur souvenir se floute. Elles ne méritent pas qu’on s’en préoccupe trop. 
Si autre mangue il y a ; ne reste qu’à espérer qu’on lui laisse le temps de mûrir, qu’on accompagne son développement. 

Qu’on ne la dépèce pas avidement, devant les enfants.

Qu’on ne l’évide pas jusqu’au noyau, la chair jetée dans le caniveau.

Qu’on ne ronge pas son coeur…Mais malheureusement, on connait l’histoire par coeur.
L’histoire oui, mais pas l’Histoire. Ou la connait-on sans la considérer. 

Sinon elle ne bégaierait pas avec autant de cruauté. 
Qu’elle naiveté…

« Petit Pays », un livre qui s’ouvre avec tendresse sur la candeur lucide des yeux d’un enfant au Burundi ; puis nous plonge avec autant d’humour que de rudesse, de fine pédagogie que d’effroi, dans son quotidien fait de copains, de famille troublée, d’école pour quelque temps préservée..
.Et enfin, nous saisit au coeur et aux tripes avec autant de beauté (immersion dans les plaisirs de la lecture, de l’enfance) que d’horreur..
Car les 400 coups avec les copains sont trop vite rattrapés par les trop réelles -mais pas plus rationnelles- chamailleries entre ethnies, le sang qui inonde les rues remplace le jus des mangues volées qui dégoulinaient sur les doigts.
Les proches à qui l’on tient deviennent à jamais trop lointains parce-que mal nés.
Les rues passent de terrain de jeux à champ de bataille; la ville d’animée à morte.
La réalité jusque là consciemment vécue, devient crue pour des enfants encore privilégiés quelques poignées de jours plus tôt.

Mais il n’existe « pas de sanctuaire ». Sauf le havre des livres?

« Mal nés » et victimes d’un « génocide« . L’Histoire bégaie, et les paupières tremblent jusqu’à se fermer, les yeux refusant de s’ouvrir devant ses répétitions barbares qui font de l’enfance un charnier;
des espoirs, du papier froissé ;
de la naissance un déterminisme d’intolérance.

Ne froissons pas le papier des livres.
Dégustons les mangues.
Savourez « Petit Pays » ».

15047969_563500690514412_5265714129204674560_n

Une mangue qui symbolise l’Afrique, sa maturité fragile, sa chaleur…

Ce livre autobiographique est le 1er roman remarquable de Gaël Faye, rappeur, auteur, compositeur.

On rit, on pleure.

Vous l’avez lu?

*

La valeur et la valorisation de l’Afrique

Dans Afro Vegan, Bryant Terry, conscient du passif douloureux de son continent, veut toutefois montrer que l’Afrique nous a tant apporté.

img_6625

Le chef cuisinier souhaite ici  nous reconnecter à l’authenticité : celle de la nourriture traditionnelle, et celle de la terre.
Il fait le choix d’une alimentation végétale et authentique, pour ses bénéfices pour une santé malmenée.

C’est donc une ôde au partage et à l’authenticité que propose Bryant Terry : se souvenir de ce que l’Afrique, la terre, les valeurs ancestrales nous ont apporté ; et la convivialité qu’elles permettent.

pppp

Comme Gabriel dans Petit Pays, le Droit de parole de Terry nous ouvre à des récits d’enfance baignée d’odeurs, un éveil des sens riche d’effluves chaleureuses, de couleurs, de danse, de musique.

Une candeur mêlée de lucidité ; une chaleur teintée de clairvoyance.

Petit Pays est accompagné d’odeurs..Chaque recette d’Afro Vegan est accompagné d’une musique..
Et les collages de Bearden s’égrainent au fil du livre, pour en séparer les différentes parties : assaisonnements de base ( !!), ragoûts, plats de légumes, mise en valeur des céréales ( salade de blé sauce cannelle), street food, bocaux, biscuits ou smoothies..

img_6633

Donner à voir

img_6624

La diversité alimentaire
L’enracinement d’un pays dans la guerre
Le déracinement de toute insouciance légère
L’impact d’une alimentation riche de sa Terre

img_6625

Les sens en éveil, le fait maison, la convivialité, l’authenticité, la lucidité…L’évasion consciente

Petit Pays, de Gaël Faye aux Editions Grasset.

15047969_563500690514412_5265714129204674560_n

img_6627

Afro Vegan, aux Editions l’Age d’Homme (La collection V a d’ailleurs son propre site à présent : http://www.collection-v.com/) : photographies de Paige Green ; traduction par Coralie Matagne.

A l’occasion du lancement du site de la Collection V des Editions l’Age d’Homme; celles-ci m’ont proposé de vous faire bénéficier d’un code promotionnel de …20% sur leur site !
Il est valable une seule fois, à partir de demain le 9, et jusqu’à la fin de l’année, sur le livre de votre choix 💛

Le code promo est le suivant : QSLD20

Pensées feuillues

alim
le festival ALIMENTERRE
Publicités

6 réflexions sur “Lectures croisées : consciences africaines.. « Petit pays » & « Afro Végane »

  1. Merci pour cet article qui nous rappelle (moi la première) qu’il n’y a pas que les concours pour gagner des livres de cuisine en ce mois de décembre (cf ton message sur fb) ! Du coup, j’ai ajouté Petit Pays à ma longue liste de lectures futures 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s