On sourit, c’est Lundi ! #6 Fraîch’heure

Mes lucioles,

Je vous souhaite sincèrement plein de belles choses pour cette nouvelle année : que vos grands rêves et petits bonheurs se réalisent !

img_8453

Quoi de mieux que de démarrer la première semaine de l’année, avec des lectures, de la gourmandise et des papotis ?

Gâteau léger aux pommes, lectures croisées, découvertes…Shall we ?

img_8447

  • Lectures croisées

Plutôt que de « chroniquer » ou critiquer des romans, j’ai choisi de vous en parler en les entrecroisant : souvent, et encore plus ces derniers temps, des livres se croisent, se répondent, se font écho.

S’en est amusant ou troublant !

 

  • Où il est question de manchots :

Eh oui, il a pas mal été question de palmipèdes dans mes dernières découvertes littéraires : dans La mémoire des embruns, ou Mon dernier continent (que je n’ai pas encore lu), le récit se centre plus ou moins autour d’expéditions polaires, afin d’étudier ou de sauver des populations de manchots. Par les partis pris ou les thèmes de ces livres, il est donc question de relations et d’aventures humaines, mais aussi d’écologie et de préservation de la biodiversité.
La vie selon Juan Salvador, palmipède d’Urugay, fait aussi la part belle au palmipède car Salvado(r), unique survivant d’une marée noire dévastatrice, est recueilli par Tom, jeune anglais venu étudier puis enseigner en Amérique Latine. Dans cette histoire vraie, le manchot va s’intégrer à la vie Argentine, ce qui permet au lecteur d’apprendre pas mal de choses sur l’environnement politique, économique et social de l’Amérique du Sud de la seconde moitié du XXème siècle.

boulang

Bon, je triche, mais dans La petite boulangerie du bout du monde, Polly recueille et se prend d’affection pour Neil, un charmant macareux !

La mémoire des embruns a également fait écho à un livre que j’avais beaucoup aimé : Sous un ciel immense : l’écho trouble d’un Jack, pour une femme absorbée par une Australie, à un tournant de son existence..

 

 

limi

Destins entrecroisés, Werner scientifique et Seconde Guerre Mondiale : Quand j’ai lu la quatrième de couverture de Toute la lumière que nous ne pouvons voir, j’ai été frappée par les similitudes avec Le dernier des nôtres (qui lui est postérieur) ! Dans ce dernier, Werner est poussé à enquêter sur sa famille, afin de permettre à sa relation amoureuse de s’épanouir sainement. Son père fut-il le bourreau nazi de la mère de sa fiancée, dans les camps ?
Ses ascendants faisaient partie d’une équipe d’ingénieurs nazis, blanchis par le gouvernement américain du fait de leur précieux savoir-faire scientifique. Or parmi eux se trouvait un Werner..

Werner étant dans Toute la lumière que nous ne pouvons voir, « un génie des transmissions électromagnétiques, dont les talents sont exploités par la Wehrmacht ». Ce Prix Pulitzer (que je n’ai pas encore lu) dépeint également  deux destins bouleversés par la Seconde Guerre Mondiale.

nancyh

« Dresde, Dresde, Dresde »…

C’est dans les racines de cette famille que vont également s’immiscer les conséquences de la Seconde Guerre Mondiale : dans Lignes de faille, Nancy Huston remonte les fils d’une famille « viciée » par les Lebensborn.
Le dernier des nôtres s’ouvre chronologiquement sur le bombardement de Dresde ; ruinant une autre famille allemande dans Lignes de faille.

Le questionnement sur le Bien, le Mal ; les victimes, les bourreaux est également présent dans ce dernier, quand il est question du « rapport » des juifs, non plus aux nazis, mais aux Palestiniens.

 

« C’est le dernier mot qu’elle m’adresse, Chatila » : l’évocation du massacre des camps de Sabra et Chatila m’a bien sûr fait penser au bouleversant Quatrième mur, de Sorj Chalandon, ancien reporter de guerre marqué dans sa chair et sa plume.

 

img_6575

D’autres lectures croisées ici ; et je viens de créer un album « Samedi -prochaines lectures » sur Facebook, qui n’attend que vos commentaires 😀 !

 

*

img_8449

Pour accompagner vos instants lecture, je vous propose une recette de gâteau aux pommes, allégé par la présence de purée de courge « en guise de matière grasse ».

Je l’ai réalisé parce-que j’en avais envie j’avais ramené quelques pommes du jardin de notre hôte airbnb à Noel : des pommes à cuire de préférence.

 

img_8443

Pour un bow gâteau :

-100gr de farine d’orge (ou autre 😉 ) tamisée
-55gr de fécule
-50gr de farine de quinoa
-50gr de flocons d’avoine
-100gr de sucre de coco
-10gr de poudre à lever
-1belle cc de sel
-1belle CS de cannelle (perso j’en ai mis 2…)
-100mL de lait de soja nature
-100mL d’eau pétillante
-1 dose de lait végétal en poudre (amande et/ou noisette par exemple)
-150gr de potimarron cuit
-2-3 pommes épluchées et coupées en petits dés/lamelles

Préchauffez le four à 200°C

Mixez d’un côté : le potimarron avec le lait de soja ; de l’autre mélangez l’eau pétillante avec le lait en poudre.

Dans un saladier, mélanger les ingrédients secs

Formez un puits, versez la purée de potimarron au lait de soja ; puis l’eau

Amalgamez bien

Versez le tout dans votre bow moule

Enfournez à 190-200°C, pour une trentaine de minutes selon votre four

Dégustez tiède !

img_8442

*

A Noël, j’ai eu un calendrier Fruits & Légumes Claire-Sophie Pissenlit ! Mon frère et sa femme habitant près de La Recyclerie, à Paris : ils ont pensé à moi en l’y voyant !
Il est vraiment pratique : en plus d’indiquer les fruits et légumes de saison ; il précise leur mode de cuisson, leurs vitamines, diverses astuces ; et une page est réservée aux équivalences de mesure ! Le tout peint à la main !

pissenlit
claire-sophie pissennlit

 

*

img_8455

Et pour cette année, à plus ou moins long terme, j’ai l’intention de :

  • Lire
  • Cuisiner
  • Préparer mes ptits jours de vacances d’été (je ne m’y suis encore jamais pris (autant) à l’avance 😉 )
  • Manger de la galette des rois
  • Economiser pour m’acheter un nouveau système digestif (#jenpeuxplus)
  • Aller voir Ballerinaavec ma moman ?
  • La prendre dans mes bras
  • (Continuer de) sourire, être à l’écoute, attentionnée ; arrêter de juger avec pour seule base des préjugés
  • Réduire mes déchets
  • Profiter de mon chien les rares fois où je le vois car, on le craint, c’était sans doute son dernier réveillon
  • Rester SAINcère
  • Ecouter Hit the road Jack
  • Voir la mer
  • Boire du thé
  • DORMIR
  • Mettre du vernis
  • Ne pas quitter ma bouillote
  • Avoir mon année
  • Continuer d’identifier et dissocier mes besoins/mes envies
  • Prendre 15 cm. Non négociables.
  • Ne pas faire de détox

 

img_8456

 

MERCI d’être là 💛

(PS : sur insta, vous pouvez tenter de gagner un livre de cuisine sans gluten (sans sollicitation ni sponso!))

img_8457
Fougères en fin de semaine!

Pensées feuillues 🌲

 

 

Advertisements

3 réflexions sur “On sourit, c’est Lundi ! #6 Fraîch’heure

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s