On sourit, c’est Lundi ! Heure bleue..

Mes aigrettes,

J’espère que vous avez le corps plein de frangipane et non de tricrobes hivernaux ; et qu’en regardant par le trou laissé par la fève dans la galette, vous y avez vu une semaine FoRMiDaAaBLe !

Cet article « Lundi-Bonheur » aura pour ancrage l’heure bleue : l’heure couleur océan de la responsabilité…

img_8658

En effet, je viens de finir « Le règne du vivant », d’Alice Ferney, paru en 2014 chez Actes Sud. Comme je vous le disais dans ma sélection « prochaines lectures », c’est tout autant le thème de l’écologie qui m’y intéressait ; que la découverte de cette auteure reconnue.

 

Dans ce livre engagé, la thématique environnementale prime, à mes yeux -comme dans « Règne animal » : un récit aussi riche que la cause qu’il porte, dont la légitimité repose sur la précision des termes techniques ; la rigueur de l’observation ; le réalisme des enjeux.

15873355_1839764186293660_4321258756398399086_n

LE livre qui fait prendre de « vraies bonnes » résolutions, parce-que pas seulement pour NoUs, mais pour eUx : nos enfants, notre terre, les animaux, ce(ux) qui nous entoure(nt).
Ce livre retrace l’engagement combatif de Magnus, activiste écologique défenseur de multiples causes, et ici de la préservation des fonds marins. Ses modes d’action sont « directs », combatifs, mais sans violence physique ; à la limite des lois, pour protéger des espèces que lesdites lois protègent en théorie bien-pensante ; mais pas dans la pratique pragmatique et diplomatique.
On le suit à travers les yeux, et la caméra d’un journaliste norvégien : oscillant entre une objectivité novice, et un engagement spontané.
Exactement comme avec « Règne animal », il est délicat de juger de la qualité littéraire d’un texte si engagé, dans lequel l’auteur manie aussi bien les métaphores que les divers termes techniques.
L’écriture est dense et déliée; distillée et précise; engagée et poétique.
Faire des métaphores enlevées avec la crauté du réel, l’avidité humaine ; face à la beauté silencieuse de l’océan.
Je pense que ce texte devrait être lu par tous : ceux qui sont déja conscients du désastre imminent causé par la course au profit et le désintérêt pour ce qui n’est pas Homme ou matériel. Et (surtout?) ceux dont les consciences ne sont pas encore éveillées.
Jamais je ne juge ou ne fais de prosélytisme sur ce en quoi je crois; mais ce livre décrivant le combat d’un Paul Watson contesté, montre l’envers du décor géopolitique, économique, et surtout médiatique.
L’image est cruciale pour sensibiliser.
Ce livre prend clairement un parti pris, il ne fait donc pas dans la nuance, valeur que je considère pourtant comme précieuse. Mais au-delà du roman, ce qui est dévoilé advient réellement; ce qui gouverne les systèmes de pensées et de fonctionnement des sociétés ne s’écarte pas de la réalité.
Entre médiatisation, fougue, cruauté et majesté, ce livre aborde des thèmes cruciaux comme l’écologie et la place de l’Homme, à travers une aventure humaine dont les aboutissants peuvent être frustrants, car dépeigant la réalité.
Une lecture NECESSAIRE pour changer ses habitudes de consommation (déchets, produits animaux, etc), à mettre en parallèle avec cette BD jeunesse chez Éditions Glénat BD: « Moi, Capitaine Paul Watson, pirate des océans ».

(Facebook)

img_8659

Portée par ce sujet qui m’intéresse, je ne pense pas que ce livre m’a permis de cerner objectivement la plume d’Alice Ferney.
Car elle n’y est pas objective…

On peut reprocher à l’auteure ce parti pris manquant volontairement de nuances ; au militant ses méthodes « jusqu’au boutistes » ; au journaliste-narrateur sa fascination spontanée.

Mais on ne peut reprocher à la réalité d’être ce qu’elle est.

img_8666

Diplomatie rime avec hypocrisie ; accords entre nations avec corruption.
Survie de certains peuples, avec dépeuplement des océans.
Course matérialiste au profit, avec barbarie.

L’agonie des requins côtoie celle des baleines et des phoques.
La cruauté côtoie l’indifférence ou l’ignorance

Ce livre a le mérite d’éveiller les consciences ; d’alarmer littérairement ; de bouleverser avec des métaphores qui ne sont que le miroir de la réalité

Et au-delà d’alerter sur une catastrophe environnementale négligée ; il montre l’envers du décor géopolitique et médiatique de la défense des causes.

Vous l’avez lu ?

img_8686

Ce week-end, je suis rentrée à la maison : soupe, galette et océan sont plutôt revigorants !

img_8565

img_8535

 

Les photos sont issues  de notre balade dominicale à Mousterlin, dans le Finistère :

img_8665

img_8667

img_8664

img_8684

img_8683

img_8663

*

L’heure bleue étant celle de la responsabilité, je vous propose la recette anti-gaspi que j’ai improvisée ce week-end, pour utiliser un reste de semoule :

Des « boulettes épeautre – azukis », déclinables à l’infini!

img_8542

 

Il vous faut :

95gr de semoule d’épeautre ½ complet
80gr d’azukis cuits
20gr de flocons de seigle
1 CS de concentré de tomates
20gr de lait de soja
1CS de fécule
Sel, paprika

img_8546
Mathilde, 5 ans

Préchauffez le four à 180°C

Dans un saladier, mixez les azukis avec le concentré de tomates

Ajoutez la semoule, la fécule et les épices ; puis versez le lait de soja, tout en mélangeant

Ajoutez enfin les flocons de seigle : mélangez à la fourchette

Formez vos boulettes,

Puis enfournez pour une vingtaine de minutes à 180°C.

 

img_8544

N’appétit !

*

En allant à la Biocoop de Rennes, j’ai trouvé cette confiture de saison : elle a l’air trop bonne, vous connaissez cet artisan?

img_87131

*

Et vous, votre week-end? Plutôt bleu?
Vous avez eu la fève?

img_8667

Belle semaine !

Pensées feuillues

img_8662

img_8667

img_8566
recette : Cherry Pepper

img_8537
(Quimper City)
Publicités

3 réflexions sur “On sourit, c’est Lundi ! Heure bleue..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s