Ce que l’alternance m’a apporté, et pourquoi je ne regrette rien

Non rien de rien

 

13887092_1761997397403673_6229259906509753789_n

***

Oui, vous au fond : je sais ce que vous vous dites, l’apprentissage l’alternance (ça fait moins…enfin moins, hum, vous voyez quoi, moins « études courtes ») c’est certes la solution pour s’intégrer sur le marché de l’emploi, voir réformer le marché du travail ; mais pas pour vous/vos enfants.

Non, eux ils ont des capacités, ils feront des études longues.

 

19623341_1482092691849592_28080098

.

Voyez vous, je pense avoir participé et évolué dans cette hypocrisie, faite en grande partie d’ignorance.

Je suis du genre bonne élève, donc j’ai du bataillé avec larmes comprises pour ne pas faire S, la filière qui ouvre toutes les portes. Parce-que j’avais les capacités de faire cette  » voie royale ».

Mon dieu comme je ne regrette pas d’avoir choisi la voie que je voulais. Générale rassurez vous ^^

Mon dieu que je m’y suis épanouie et enrichie !

Puis, suivant l’intérêt que je portais pour les matières phares de la filière ES, et l’ampleur du vide qui s’ouvrait devant moi quand il s’agissait de savoir ce que je voulais faire (notaire? diplomate? journaliste? reine du monde (ah non, ça c’était à 6 ans) ? ) : J‘AI choisi de faire Sciences Po.

« La voie royale« , n’est-ce pas.

Absolument, j’ai donc fait une lourde dépression quelques mois plus tard; tant je suis tombée de haut en faisant ces études.

Un établissement et des cours de grande qualité, dans lesquels j’ai évolué 3 ans, mais qui ne me correspondaient pas

Oui, moi, la très bonne élève, prête à faire 10 ans d’études de droit, ou 5 ans de Sciences Po + ….. Plus quoi, mystère !

Mais l’Institut d’Etudes Politiques (oui pardon, en Province on n’a pas le droit de dire Sciences Po) ouvre énormément de portes, propose des enseignements d’une grande richesse : j’y ai beaucoup appris.

Mais je n’ai pu tenir les 5 ans. Plus ça allait, moins la spécialisation me convenait; sachant que malgré les opportunités, j’aurai du poursuivre mes études après l’IEP.

Oui, le désarroi universitaire mêlé à des soucis personnels m’ont empêchés de saisir les opportunités offertes par cette grande école, très bienveillante et humaine par ailleurs .

Et heureusement.

J’ai laissé ma place à un élève qui s’y épanouira, et je suis partie errer dans les rues de Rennes à la recherche …d’idées de ce que je pourrai faire de ma vie

A la recherche de qui j’étais, de mes aspirations, et projections

Bien sur, je m’excuse de le dire, mais les conseillers d’orientation ne m’ont été d’aucune aide, au contraire.

Au hasard des rues, je suis donc entrée dans ce que je considère comme un refuge, et j’ai demandé à la vendeuse ce qu’elle avait fait comme études.

Et là, tout a changé (je mets un lien vers quel clip ou video niaise pour ponctuer?).

Jamais je n’aurai imaginé faire ce métier ; être une apprentie; et surtout m’épanouir autant.

***

IMG_20170814_103023_843 (1).jpg

***

Ah oui, j’imagine que je dois préciser pour couper l’herbe sous le pieds aux contre-arguments

Je suis apprentie dans une filière culturelle, comprenez valorisée, elle. Considérée, elle. Et Ô! heureusement, pas manuelle.

Ah.

Donc, je disais que : je fais de mon mieux pour devenir libraire un jour, libre comme l’air toujours.

Libre de répondre qu’un libraire fait de la manutention; mais surtout que ce sont ces a-priori qui frustrent les élèves en quête d’épanouissement. Ces considérations qui créent l’élitisme de l’image du libraire et le placent sur un piedestal alors que je fais 20cm de moins que mes clients  les clients m’enrichissent chaque jour.

 

L’épanouissement des élèves, donc.

Je gagnerai peu ou prou le SMIC (le quoi? dira-t-on dans 15 ans) toute ma carrière de librecommelair, mais jamais je ne regretterai de travailler jusqu’à 78ans la retraite en ayant choisi l’option « je fais ce qui me plait en gagnant peu » ; plutôt que « mes hAUtes études m’ont permis de faire un bon job qui paye bien, mais qui me déprime et me vide ».

Le fameux dilemme

 

IMG_20170814_103115_246

 

En parlant (maigre) rémunération (vous inquiétez pas, les apprentis banquiers sont mieux payés) ; à ce jour je gagne 50-60% du SMIC, et l’alternance m’a donc permis :

🔸 De gérer mon budget (tu m’étonnes!)

En choisissant l’apprentissage, j’avais décidé que mon salaire paiera mes charges, et mes allocations (les précieuses) le quotidien : courses et plaisirs.

Après un an, je réalise que -mêlé à ma conscience écolo bien sur- ces contraintes m’ont encore plus permis de définir mes besoins et de les dissocier de mes envies.

Mue par une volonté d’être responsable -aux niveau financier et éthique– et avec la grâce des débutants^^ je sens que je commence vraiment à maitriser mon budget.

La deuxième année, l’apprenti est payé un peu plus, selon un barême : je sens la ceinture ne desserrer ! Imaginez quand je gagnerai le SMIC : je serai presque riche ! 😬

Hmmm

Pour ça, il faut trouver un emploi

Oui, mais figurez vous que je pense vraiment avoir moins de mal à trouver le Graal en ayant choisi cette voie dénigrée, qu’en ayant fait cinq années d’Etudes Politiques, heum heum.

Quoi ?😱

Eh oui, les hautes études nous enrichissent intellectuellement, mais j’aurai de toute façon dû poursuivre mes études pour me professionnaliser, après cette voie générale.

 

IMG_9807[1]

 

Or avec l’apprentissage :

🔸 Je mûris, me responsabilise et me professionnalise chaque jour

Et ce dès les premiers mois.

L’alternance allie enrichissement, apprentissage, enseignement, accompagnement transmission; et valorisation de l’esprit d’initiative (mais si, celui qui a la côte), formation responsabilisante, polyvalence des tâches, diversité des responsabilités.

L’enrichissement mutuel se fait avec les formateurs, mais aussi avec les clients :

🔸  Je me suis ouverte à l’autre

Le blog m’a aidée à m’affirmer, mais le plus important est d’élargir ses horizons humains, de rencontrer des gens comme nous, d’échanger avec des personnes très différentes, de s’ouvrir aux personnalités, idées et débats.

De côtoyer des personnes d’horizons très différents, d’être confronté(e) à des situations très diverses : et de toujours rester avenant(e), poli(e), serviable.

La politesse n’est pas une contrainte chez moi, mais la maintenir quoi qu’il arrive permet un travail sur soi en termes de timidité, mais surtout de bienveillance.

Côtoyer l‘altérité, toujours.
Se confronter à la diversité.
Ne jamais oublier que les individus évoluent dans des sphères parfois très éloignées des nôtres, mais que ce n’est pas forcément notre mode de fonctionnement qui est le « bon ».
Il n’y a d’ailleurs pas de bon universel, et rien n’autorise le mépris ou le dédain. Oui, même chez les libraires niark niark.

 

IMG_6426

***

🔸 Je m’éclate

On devrait comptabiliser le nombre de blogueuses qui finissent par avouer : je ne le montrais pas sur le blog, mais ça ne va pas du tout en ce moment.

Oui, évidemment, tout le monde a ses très hauts et très bas dans la vie

Moi c’est loin d’aller toujours bien

Mais j’aime ce pour quoi je me lève le matin.

Je fais des tâches tellement polyvalentes, je rencontre des personnes si diverses, je suis entourée d’idées de mots de papier à sentir.

J’ai de quoi payer mon loyer et vivre, en faisant ce qui me plait

Je suis une étudiante heureuse, enfin

Dans ma classe, nous aussi venons d’univers très différents. Et grâce à leur maturité, nos débats, notre complicité, notre écoute mue par la passion : je retrouve l’enfant malicieuse et drôle que j’avais perdue depuis 10 ans, en même temps que l’insouciance de l’enfance.

***

IMG_20170811_203136_693

.

J’espère que vous aimez ce que vous faîtes 🍀

De toute façon vous n’aurez pas de CDD

Ah oui, et PS : il n’y a qu’en France que l’on doive écrire ce genre d’articles pour revaloriser l’alternance.

 

Publicités

10 réflexions sur “Ce que l’alternance m’a apporté, et pourquoi je ne regrette rien

  1. C’est ce que je me tue à répéter aux parents d’élèves et aux collègues, réussir dans la vie ce n’est pas forcément faire des « grandes école », c’est pouvoir faire ce qu’on a choisi de faire ! BRAVO !!

    J'aime

  2. C’est très intéressant d’avoir ton ressenti et ton opinion sur le sujet! Et je crois que je te comprends bien avec cette notion de liberté, d’autonomie.
    Je suis moi même dans un IEP de province (et pour le moment je survis ^^) mais ton article permet de rappeler les avantages de l’alternance, et comme tu le dis, c’est bien triste que ce soit particulièrement dévalorisé de la sorte en France… Au final lire qqn qui est épanouie, c’est très inspirant. Merci!
    Et aussi bravo à toi, en ce moment tu es très hyper productive pour ton blog (à chaque fois que j’y vais, j’ai la surprise de découvrir un nouvel article! 😀 ) mais tes article demeurent toujours aussi intéressants!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s