Ma vision d’une valise éco-responsable

C’est un peu un comble que je vous propose un tel article, parce-que je ne suis pas du genre à pouvoir partir une semaine avec un simple sac à dos.

Entre mes livres, mes vêtements, mes essuie-mains lavables, mes encas, ma trousse de toilette, mes 12 000 tote bags et autres « au cas où » : mes collocs rigolent toujours quand je débarque pour notre semaine de formation (je suis apprentie) !

IMG_20180315_082204_629

Et pourtant, ces deux ans de vadrouille alternante, ainsi que l’affirmation pratique et croissante de ma « conscience éco-responsable » , m’ont beaucoup aidé à cibler ce dont j’avais besoin, et à réduire la taille de mes bagages.

En ces derniers mois de formation, mes collocs me félicitent même, plutôt épatés que je réussisse à ne plus venir qu’avec une valise cabine.
Si je reste chargée à l’arrivée, c’est par mon sac de victuailles (plats décongelés, goûters, trucs que j’ai pas envie de (r)acheter sur place en grande surface), qui se vide donc au fil de la semaine.

IMG_20180121_101925_284

Alors, aidée par ce cheminement « pratique » et quelques réflexions utiles, je vous partage ici quelques astuces pour alléger sa valise, son esprit et son impact sur Miss Terre.

Un bon déo : moins de lessive, moins de vêtements!
La réflexion qui m’a donné l’idée de cet article est (attention glamour) que, pour éviter de devoir emporter plein de T-shirts et sous-pulls, je devais trouver le déo efficace sur moi.
En effet, si ma recette de déo me convient très bien ; il me restait des déo à bille Avril, que j’utilise justement en déplacement pour des raisons pratiques. Mais ils sont moins efficaces que les déos solides, car justement plus « humides ».
Donc tout simplement, pour alléger ma valise en T-shirts, j’emporte maintenant un échantillon de mon déo, ou d’autres déodorants solides. Comme le Clémence et Vivien, ajouté lors de la commande de la pochette de Noël (qui a bien plu!).

26151452_172523273480911_6831511260882796544_n

Un peu de bicarbonate de soude
Il peut aussi faire office de déo, mais si j’en emporte un peu, c’est aussi pour l’utiliser comme (levure, on ne se refait pas..) nettoyant pour brosses ou dentifrice.

Écologiques et légers, les cosmétiques solides sont quand même bien pratiques en voyage : ils ne prennent pas de place, et sont acceptés en avion !

Je suis toujours aussi conquise par le dentifrice à la menthe Pachamamaï : il est pratique, ne m’agresse pas les gencives et laisse un goût très frais et agréable.

IMG_20180315_082224_177 (1)

Un petit pain de savon de Marseille est bien utile pour enlever des tâches (testé sur une tâche de chou rouge !) et laver ses cotons lavables.
Et un savon plus doux permet de se laver les mains/le visage en toute situation.

Par contre, j’ai encore un peu de mal à me laver le corps avec un savon solide, simplement pour des questions d’habitude et de pratique !

En général, je récupère au travail les flacons « pouss’mouss » vides, destinés à la poubelle, pour mettre mes propres lavants liquides; et ainsi en utiliser moins !

Avant, j’emportais des huiles essentielles de citron (digestion) et lavande : à présent je ne prends que lavande : pour me détendre, apaiser un bouton, verser sur ma brosse à cheveux, ou ̶r̶o̶u̶l̶é̶ ̶s̶o̶u̶s̶ ̶l̶e̶s̶ ̶a̶i̶s̶s̶e̶l̶l̶e̶s̶ derrière les oreilles

Les hydratants que je vais utiliser dépendent de la saison et de l’état de ma peau : soit huile + aloe ; soit crème , voire beurre de karité 

En général, je prends comme maquillage un mascara (le mascara Avril est indéniablement celui au meilleur rapport qualité-prix pour moi), du khol, un baume à lèvres, et un fard à paupières.

IMG_20180514_080714_867

Pour le démaquillage, j’emporte mon éponge konjac et de l’huile.
L’huile de coco est super pratique car elle se solidifie en-dessous de 25,°C donc ne coule pas; et peut s’utiliser pour de multiples usages. Mais elle peut être comédogène; donc il m’arrive d’opter plutôt pour une petite quantité d’une autre huile, transportée dans un petit flacon. Pareil pour l’hydrolat (ou le thé sur place), pour lequel j’utilise un mini pschitt.

En effet, les tout petits contenants sont bien pratique pour les produits d’hygiène.. et le nécessaire de « survie » gourmand !

Plutôt que de craquer sur du cacao sur place, comme ça m’est arrivé, quand le froid hivernal appelait les chocolats chauds : j’utilise un bébé bocal pour transporter un peu de cacao : pour les boissons ou les porridges!

Si je suis en Airbnb pour plusieurs jours, comme c’est le cas pour l’alternance, j’amène des flocons et de la farine de pois chiches : des basiques très polyvalents pour les préparations salées ou sucrées(liant, pancakes, galettes, « sauces »,cakes, porridges crémeux, … : c’est magique!).. Et même en guise de shampoings secs pour les adeptes !

Au lieu de les jeter, je garde quasiment tous les emballages (de flocons, de farines, de pain) pour transporter des ingrédients secs (levure maltée dans une pochette à thé, graines dans un emballage de farine, goûters dans une pochette de pain) {mon article de « valorisation » des déchets plastiques »qu’il faudrait que je mette à jour !}.

IMG_20170827_100910_805

Une gourde!
Alors, cet indispensable n’allège pas le sac, mais elle est précieuse pour emporter sa boisson chaude/fraîche avec soi, se régaler toute la journée, et ne pas acheter de bouteilles plastiques.

De même, pour mes déjeuners,  j’emporte une/des boites à repas pour transporter mes nique-piques quotidiens (plus écolonomiques faits maison)!

Il n’est pas rare que j’ai de la levure maltée, des PST (comme je vous le disais à l’occasion de la sortie du livre de Sébastien Kardinal) et quelques épices/graines et comme au logement j’ai souvent ma théière, je peux amener du thé en vrac : en faire une bonne quantité, et l’embarquer dans ma gourde pour la journée !
CQFD !

Mais en déplacement, j’utilise souvent le thé en sachets * que j’ai déja, c’est souvent plus pratique quand on aime la variéTHÉ au fil des jours : surtout les thés noirs et tisanes.

IMG_20170803_135409_432

Pour transporter le tout, et faire les courses sur place, je m’équipe de sacs en tissus de diverses tailles.

Mais si j’ai des choses sales à transporter (chaussures, linge très sale), j’utilise les sacs plastiques que j’ai, pour éviter des lavages des sacs trop conséquents par la suite (les paillettes, c’est tellement cracra💜).

 

 

Et j’ai toujours sur moi (environ 3 pour la semaine) serviettes pour m’essuyer les mains : à l’université ou à l’extérieur.

(Je viens de re-regarder le titre de cet article : « valise éco-responsable » ..Ouf ! pas « minimaliste » ^^)

 

 

Côté z’habits, j’aime beaucoup mettre des chemises fluides et hauts en lin/coton léger imprimés : et dans une valise, de telles matières ne pèsent rien!

Donc emporter deux trois chemises chic/fantaisie n’alourdit pas la valise et peut faire plusieurs jours (puisqu’on a un bon déo!😬) et de multiples tenues : associées à un pantalon, une jupe ou un short et des collants !

29738544_583156565385013_4634894733204783104_n(1)
(Lecture à Budapest : le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie de Virginie Grimaldi : mon avis)

Bon, et l’essentiel pour la fin : les livres !

Encore une fois, moi qui étais pleine de préjugés, je suis conquise par ma liseuse -pour l’usage professionnel que j’en ai!

Cela m’évite d’avoir à transporter plein de livres quand je me déplace (mon dos me dit merci), je peux lire s’il fait sombre dans le covoit’, ou quand mes collocs dorment; je peux lire ̶e̶n̶ ̶m̶a̶n̶g̶e̶a̶n̶t̶ ̶ d’une seule main en me baladant car elle est bien plus légère.

*Je place les sachets de thé dans la trousse où je range ma liseuse, pour faire housse de protection 😅 ; et après usage, je les utilise souvent comme support d’HE ou je les composte !

Le fait de pouvoir éteindre ma lampe de chevet, et régler la luminosité de la liseuse me permet d’avoir les yeux bien moins fatigués quand je lis (j’ai des verres qui protègent des rayons des écrans).

Voilà, loin de moi l’intérêt de vous inciter à en acheter; mais pour les déplacements et une pratique professionnelle, la liseuse allège le dos, l’esprit, le sac et les prises de tête ! On peut choisir le livre que l’on veut parmi ceux téléchargés, où on veut et comme on veut 🙂

Les livres restent pour moi des objets indispensables dont j’ai besoin de m’entourer, que j’aime r̶e̶n̶i̶f̶l̶e̶r̶ contempler, toucher, explorer. Il ne faut simplement jamais dire jamais; et les usages dépendent des pratiques de lecture que l’on a !

IMG_20180515_082752_890

Pareil pour l’ensemble de la valise : je la réfléchis en fonction de mes besoins,habitudes; en optant pour des produits le plus polyvalents possible!

Et vous, comment concevez-vous votre valise responsable et/ou minimaliste? 😘


9 réflexions sur “Ma vision d’une valise éco-responsable

  1. J’ai moi aussi beaucoup de mal à être minimaliste en voyage, j’aime tout prévoir !!! Mais avec ma dernière valise, je me suis dit que les cosmétiques solides étaient à privilégier : pas de galère à l’aéroport à cause des liquides, pas de fuite… et grâce à mon chéri qui se lave au savon, je n’ai plus d’a priori sur le sujet donc en avant la savonnette 🙂

    J'aime

  2. Je réfléchis sérieusement à opter pour une liseuse pour lorsque j’irai en voyage, c’est un gros questionnement qui ne me lâche pas ces temps – ci, je pense effectivement que c’est un bon investissement ! 🙂
    Et à contrario d’être minimaliste être dans une démarche écologique & responsable c’est juste génial ❤ 😀

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s