Vendredi lecture écolo : livres zerowaste et petits éco-gestes slow waste

Le chouette hashtag ECOLOJUIN a été proposé par la dynamique « Tarte tatin », du blog Mangez des tartes!

Il nous motive à lire, découvrir, ou sortir de la PAL des livres pratiques, des romans, des BD et autres livres jeunesse traitant de la préservation de ce(ux) qui nous entoure(nt).

Ce défi rassemble donc des lecteurs ponctuels ou réguliers, d’ouvrages socio-environnementaux, afin de partager des lectures et points de vue, et de se motiver à se renseigner sur l’écologie ou se plonger dans du Nature Writting.

 

Parce-que c’est souvent plus rapide et intuitif, je partage souvent des astuces zerowaste, articles intéressants, livres pour un mode de vie plus soutenable et recettes antigaspi sur Instagram et en story.

Mais à l’occasion d’ #écolojuin, voici un récapitulatif de livres pratiques et ressources utiles : tant pour en apprendre plus sur les tenants et aboutissants du waste management; que pour mettre en pratique des éco-gestes, DIY et conseils pour un quotidien écolonomique !

C’est une sélection personnelle, qui correspond à mon besoin de livres nuancés et cohérents ; étayés et didactiques ; qui m’apprennent autant au niveau des faits que de la pratique.

 

Je vous invite à consulter également cet article « Gaspillage alimentaire : oui mais j’aime pas » dans lequel je rassemblais des ressources et conseils zerogaspi ; et à suivre les liens intégrés dans l’article 🙂 Comme celui-ci :

Un article rassemblant de supers blogs et astuces pratiques 

♻♻

♻ Les livres Rue de l’Echiquier sur le sujet : gaspillage alimentaire, gestion des déchets, mode de vie responsable. Le pourquoi, le comment.

Rue de l’Echiquier est une maison d’édition engagée dont je vous parle souvent, car il me parait important de soutenir des acteurs du livre et du développement durable, qui ont moins de visibilité que de grandes maisons d’édition.

« Les éditions Rue de l’échiquier sont créées en mai 2008 par Thomas Bout et
Anne Fitamant Peter. Elles proposent des livres pour rendre compte de la pensée
et de l’action des hommes et des femmes de notre temps dans des domaines
comme l’économie sociale et solidaire, le développement durable, l’écologie
et la philosophie. Dans la collection «Conversations écologiques », il s’agit de
donner la parole à des écologistes de terrain.  Dans « Les petits ruisseaux » il
est question de vulgarisation, pour avoir les idées claires sur des sujets d’actualité
dans le domaine du développement durable : transports, biodiversité,
risques alimentaires, traitement des déchets, surexploitation des océans, etc.
Les collections « Initial(e)s DD» rassemblant des textes fondateurs en matière de
développement durable et «Diagonales » très engagée, s’inscrivent également
dans cette volonté de créer de nouveaux comportements en matière d’écologie
et de développement durable« .

 

Surtout, j’apprécie sincèrement la qualité de leur offre; tant dans le positionnement de leur catalogue, que dans le contenu des ouvrages.

Souvent percutants, ils le sont avec pertinence car les chapitres étayés sont bien structurés, l’approche didactique et cohérente, de sujets d’actualité maitrisés par les auteurs.

Je vous avais par exemple parlé de Cuisine Zéro Déchet; ou la collection Tout est bon dans

 

IMG_20180514_101634_234

 

♻ Waste de Tristram Stuart est pour moi un ouvrage de référence.

Il fait partie de la collection Initiales DD, qui rassemble des « traductions pour mettre à disposition d’un public francophone les livres de ceux et celles qui inventent ou ont inventé le développement durable. Des livres considérés comme fondateurs par les spécialistes des domaines abordés« .

Par le prisme citoyen, industriel, agricole, sociétal et pratique, économique et même psycho-marketing…, l’historien ̶p̶l̶u̶t̶ô̶t̶ ̶a̶g̶r̶é̶a̶b̶l̶e̶ ̶à̶ ̶r̶e̶g̶a̶r̶d̶e̶r̶ ̶ activiste , très impliqué dans la lutte contre le gaspillage alimentaire fournit un état des lieux du scandale de ce « Global Gâchis », à l’échelle internationale tant qu’individuelle.

Alors que je lis peu d’essais et documents, ce livre est un « coup de cœur », en ce qu’il me parait fondamental. Les données accablantes et révélatrices de bien des travers de la société me brisent le coeur; mais me font du bien en ce sens  que mieux connaitre un sujet, permet de mieux l’appréhender, se situer par rapport au problème, et agir plus efficacement.

Les faits et études étayées sont souvent issues de données britanniques, mais ce phénomène étant malheureusement généralisé; elles sont universelles et donnent un aperçu (la réalité de la situation est inestimée) des pratiques des industriels, des intérêts financiers en jeu, des problèmes de gestion des stocks et prévision de la demande, de la perte de repères des consommateurs…Qui ont tout autant que les firmes un rôle d’acteur responsable à jouer pour enrayer cette aberration.

♻ Le Scénario Zero Waste de l’association éponyme -qui utilise le terme anglais car il désigne à la fois le déchet et le gaspillage.

Comme dans d’autres ouvrages de la collection : si les constats sont accablants, ils nous incitent à agir sans culpabiliser ce qui est et ce que nous faisons ; et nous motivent à s’investir pour ce qui sera.

Je vous le disais ici, j’ai vraiment trouvé ce guide inspirant et motivant pour agir au quotidien, et s’engager collectivement.

Surtout, bien que concis (et donc pø cher), il traite de la question avec ampleur et sous des aspects pluriels.

Pourquoi : état des lieux de la pollution, des gaspillages, de l’impact des déchets

Comment : éco-conception, économie circulaire, réduction du gaspillage et de l’obsolescence, préservation de la matière

Passer à l’action : à la maison, autour de soi, les projets, les territoires Zero Waste

 

♻Changer d’ère l’air de rien de Valère Corréard : tout est dit ici !

Un livre qui ne mérite surtout pas de finir au pillon! 😉 Le lien vers les chroniques radio de l’auteur.

Pour tous ces livres, je pense qu’il est important de saluer le travail et les ressources fournies par l’Ademe. Qui fournit un état des lieux, des conseils et des documents pluriels, étayés et fondateurs.

View this post on Instagram

Toujours d'actualité 🌿 Vous connaissez les éditions @ruedelechiquier ? C'est une #maisondedition fondée en 2008, qui publie des essais, livres pratique, BD, albums jeunesse et illustrés, autour de l' #ecologie , de l' économie sociale et solidaire, du #developpementdurable et des alternatives pour #fairesapart ! Sur le blog, je vous ai déjà parlé du chouette #couturerecup , et ai consacré des articles aux #livres "Tout est bon dans 🍅🥕" et #lacuisinezerodechet de @tomatesansgraines .. Et bientôt sort @changer_d_ere_l_air_de_rien_ !! D'ici là, dans mon panier de saison : des pépites ♻️ : du #zerodechet , un livre sur le #gaspillagealimentaire !! Et un essai plus que d'actualité en cette #fashionrevolutionweek 👗 #whomademyclothes #ruedelechiquier #economiesocialeetsolidaire #rss #livrepratique #cuisinezerodechet #zerowaste #zerowastelifestyle #cuisinerlesrestes #nowaste #zerowasteqsld #vivreautrementqsld #apprentielibraire #greenblog #modedevieecolo #missionzerodechet #nonaugaspillage

A post shared by qu'on se le dise ☘️ Mathilde (@quonseledise) on

♻♻

 

♻ Le livre pratique et complet d’une maison d’édition plus grand public, qui a plus de visibilité commerciale : Zero déchet mode d’emploi.

Objectif Zéro Déchet de S. Araud Laporte illustré par Alix Leroy

 

Le contenu de cet ouvrage est à l’image de son graphisme : didactique, riche et structuré.
C’est un vrai précis alternatif à un excellent rapport qualité/prix (15.90€)! Autour de la maison, du jardin, de l’habillement, du ménage, du bien-être ou des déplacements : il rend des notions techniques accessibles. Isolation, tri, compost, labels, éco-conception, énergie…Grâce à des données officielles ou infographies intuitives ; et des conseils pour faire de solides ECOLOnomies.
Que ce soit des recettes, de la couture récup ou des DIY, c’est un guide coloré pour faire soi-même, réparer,  récupérer, louer, réduire : repenser

Un précis complet à (s’)offrir 💚

 

♻♻

Stop au gâchis , livres antigaspi et écolonomiques de Catherine Laulhère dont je vous parlais en détails ici

 

♻♻

Le livre écolonomique de Marie Lefevre et Herveline Verbeken : J’arrête de surconsommer...

Suite au succès de leur groupe d’entraide sur Facebook, les deux joyeuses licornes ont sorti ce livre structuré en défis étayés, accessibles et conviviaux.

De la gestion du budget à l’adoption de cosmétiques solides, ces challenges à suivre seul (e) ou à plusieurs, nous motivent pour revoir notre consommation sans prise de tête.

Les éditions Eyrolles savent proposer des ouvrages pratiques au contenu informatif, tout en restant accessibles, attractifs et concis.

Se plonger dans ce livre, c’est retrouver l’authenticité de ses auteures-blogueuses, c’est s’inscrire dans un défi partagé convivial, c’est alléger son porte-monnaie et faire du bien à la planète  autant qu’à soi!

Comme le groupe, il s’adresse à tous : petits budgets, écolos en herbes, paniers percés ; familles dépassées ou convaincues, colibris au début du chemin vert ou super-licornes !

 

Une autre maison d’édition  spécialisée dans les livres de santé, bien-être au quotidien, vie pratique, qu’est Leduc nous propose Objectif Zéro Déchet de Monica Da Silva !

 

♻♻

♻Le hors-série Socialter sur la gestion des déchets, leur(s) sources, implications et réductions potentielles :  Zéro Déchet : la réduction s’organise.

View this post on Instagram

Passionnants #vendredilecture ! Un roman qui se prêtait particulièrement bien à mon voyage à Amsterdam {➡️https://tinyurl.com/y72e2lab}. Amsterdam, où je ne m'attendais pas à voir des canaux si pollués et tant de déchets dans la nature 🌳 Irresponsabilité des touristes ou absence de conscience citoyenne ? En tout cas ce constat désillusionné était enrichi des réflexions constructives, perspicaces et riches du hors-série #socialter sur le #zerodechet. Entretiens, dossiers et postulats d'intervenants divers qui questionnent le «problème du #déchet» de sa source historique et organique, à sa gestion en passant par nos responsabilités individuelles et collectives..de citoyens vivant tous #souslememeciel ♻️ #itsibitsibookini #vendredionlit #bloglivresques #greenblog #gestiondesdechets #dechargessauvages #zerowaste #lesswaste #amsterdamqsld #lowimpacter #protegerlaplanete #homodetritus #moinsdedechets #ecogestes #desidéespourdemain #modedeviezerodechet #nowaste #zerowaster #composting #reductiondesdechets

A post shared by qu'on se le dise ☘️ Mathilde (@quonseledise) on

 

Je ne m’achète quasiment plus de magazines –soit parce-que le contenu me déçoit, soit pour des raisons écolonomiques *- mais je ne regrette pas d’avoir acheté celui-ci pour partir à Amsterdam !

Aussi bien fait qu’un livre sur le sujet, il questionne la production/gestion/réduction des déchets sous des angles historiques, pratiques, sociétaux, politiques, citoyens et socio-environnementaux. Grâce à des dossiers, entretiens, schémas, conseils pratiques, ressources et notions clefs.

*Une fois le magazine terminé, je le dépose à présent dans une boîte à lire 😉

Je pense que je vais emprunter le National Geographic à la médiathèque

♻♻

♻ Le petit guide du Low Impact Movement proposé par Immy de Sustainably Vegan, une chaine/compte Insta que j’aime beaucoup suivre pour sa tempérance, ses conseils et soyons honnêtes : pour améliorer mon anglais, autour d’un sujet qui me passionne 😉

J’aimerai tellement pouvoir aller au Festival No Planet B !

♻♻

 Les livres pratiques plus axés DIY et solutions alternatives :

♻ J’aime beaucoup le livre Labo zéro conso de Marie-France Farré du blog Save the green.

On retrouve ici le graphisme et le contenu clair, attractif et concis de Eyrolles; avec un livre richement illustré par les belles photos de Florence Akouka

Ce que j’aime dans ces  50 recettes écolonomiques, c’est que bien que peu nombreuses, elles concernent une large palette de produits du quotidien ; sans nécessiter de produits spécifiques à commander sur internet.

Les DIY minimalistes et conseils naturels d’une naturopathe adepte des choses simples !

♻♻

 

♻ Le livre d’Aline Gubri, blogueuse engagée et activiste épatante par son volontarisme!

Si la plume derrière Consommons sainement est régulièrement interviewée en ce moment, et sollicitée pour expliquer les tenants et aboutissants de sa démarche et de son engagement ; dans Zéro plastique, zéro  toxique elle en livre bien sûr les pourquoi, mais aussi les Comment. Avec 101 DIY très utiles au quotidien pour réduire drastiquement la place du plastique dans nos vies.

♻♻♻

Et à part lire, tu fais quoi pour la planète?

Les articles antigaspi du blog

Je suis loin d’avoir un quotidien dénué de déchets ou BéaJohnsonnesque; mais la démarche « going zero waste » (en anglais pour évoquer le déchet et le gaspillage) est de plus en plus importante à mes yeux; comme je vous en parlais ici.

Tant que je n’aurai pas saisi l’intérêt du gaspillage et de l’inconscience socio-environnementale, je lutterai contre.

N’oublions pas que nous ne sommes pas là pour faire un concours, il n’y a rien à gagner, puisque c’est la planète qui est en train de perdre. Simplement, ce genre d’articles est là pour partager nos éco-gestes, conseils (et échecs!).

Alors -comme dit ici– depuis plus ou moins longtemps selon les éco-gestes :

🐞  ̶j̶’̶é̶t̶e̶i̶n̶s̶ ̶l̶a̶ ̶l̶u̶m̶i̶è̶r̶e̶ ̶e̶n̶ ̶s̶o̶r̶t̶a̶n̶t̶ ̶d̶’̶u̶n̶e̶ ̶p̶i̶è̶c̶e̶ ^^

🐞Le gaspillage et moi…on est vraiment pas copains. J’en suis à utiliser les restes de thé vert en guise de lotion pour le visage !

🐞En effet, j’utilise le plus possible de produits « bruts«  au quotidien : ménage au vinaigre, hydratation visage/cheveux à l’aloe, démaquillage au savon ou à l’huile (moins agressif) et à l’hydrolat.

Par contre, je n’ai toujours pas trouvé de solution naturelle pour désinfecter les claviers et téléphones (des millions de fois plus sales qu’une cuvette de toilette ! )

 

🐞 Je fais régulièrement du tri dans  mes mails pour éviter que des pubs ne me soient envoyées et n’alourdissent inutilement l’empreinte carbone. C’est ch**t mais ça limite les pollutions inutiles. Les cookies, je préfère les cuisiner que les subir!

🐞 J’utilise Ecosia ou Lilo

🐞 Je participe au défi (presque) rien de neuf : pour l’aménagement de mon appart ou l’habillement.

Je suis conquise par mes trouvailles de vetements en seconde main. Sur vinted, j’ai trouvé des vêtements à ma taille (!), fantaisie, bien coupés et à prix abordables. Comme des robes fluides qui sont très pratiques en voyage : elles prennent peu de place et servent pour différentes tenues.

Mais ces trouvailles restent de la fast fashion dont je ne cautionne pas les pratiques, et qui polluent l’eau quand je les lave.

🐞Je m’allège des possessions matérielles; et surtout je m’interroge sur mes besoins et sur ce que chaque acquisition m’apporte. Je pense que c’est ce qu’on appelle consommaction responsable ou en conscience 😉

 

 

🐞 A propos de réduire les pollutions  : je mange bio, de saison.

Je compare souvent les prix : et si le rapport qualité/prix de la bio est indéniablement meilleur que celui des produits qui nuisent à la santé/planète -voire même que du bio-
en plus d’être emballés/moins goûteux/altérés : les produits conventionnels sont souvent aussi chers en tant que tels, et au vu de leur valeur nutritive et gustative. Je gagne 1/2 SMIC (certes sans famille à nourrir) donc 1) je cherche le meilleur rapport qualité/prix de ma consomaction. 2) Je me fais pas pigeonner: 10€ le kg d’abricots bio, c’est non. Je suis pas une bénie-oui oui de la Biocoop, simplement après mûre réflexion, manger bio, local, de saison, en vrac est le meilleur rapport qualité/prix trouvé, et le meilleur vote de mon porte-monnaie. Je fais le choix de soutenir ce modèle de produ

🐞J’utilise une bouteille thermos : Qwetch pour le grand format, Mon Bento ou Qwetch pour transporter moins d’1 litre de thé ou boisson fraîche.

J’apprécie particulièrement que mon thé reste bien chaud; et de pouvoir dégusTHÉ tout au long de la journée, de quoi me désaltérer, sans avoir à acheter de bouteille plastique

🐞 Thé : Je bois surtout du thé en vrac (pour lequel j’utilise un passe-thé et non des filtres en papier); mais il me reste des sachets de thé, qui restaient de toute façon plus pratiques lors de mes « déplacements »; que j’utilise comme support d’huiles essentielles puis composte

🐞J’utilise des cotons lavables, des sacs à vrac et n’achète plus de mouchoirs.

Et je réutilise les emballages plastiques (sacs de pain, paquet de farine) pour transporter des encas/congeler

🐞Dès que j’ai un doute sur le moment où je mangerai ce qu’il restera de ce que j’ai cuisiné, je congèle

🐞 J’ai fait du dentifrice maison : j’adore le dentifrice Pachamamaï, mais il est onéreux. Et puis j’avais les ingrédients nécessaires pour faire la recette de la famille zéro déchet !

J’en suis vraiment satisfaite, car si l’argile a un goût particulier, la menthe poivrée est rafraîchissante !

Et puis quelques portions de dentifrice en poudre de transportent facilement dans un petit contenant.

 

🐞 J’utilise encore des gels douches liquides, mais je me tourne petit à petit vers les savons solides. Ils sont bien moins polluants. Surtout, si je veux voyager : les savons de Marseille ou savons saponifiés à froid (plus doux!) sont pratiques car plus legers et multi-usages. Le savon de Marseille pour le linge (et les cotons) et le corps. Et les savons SàF pour le corps, le visage, les mains.

Toutefois, le savon de Marseille reste assez agressif et il ne me convient pas comme shampooing. Donc il faudra avoir trois pains de savons en voyage.

🐞 Je n’utilise plus de cotons-tige (j’ai le fameux z’oriculi); et plus de dissolvant depuis presque deux ans je pense (j’le vis bien).

Mon article « J’ai remarqué que je n’achetais plus…

 

🐞 Comme je trouve que j’utilise trop d’eau, je récupère autant que possible l’eau de vaisselle, lavage des mains, douche pour verser dans les toilettes

-🐞 Je composte, même si c’est un peu compliqué dans une ville sans compost collectif ! (ça va au compost les épluchures d’agrumes finalement, ou non?)

 

🐞 Ayant une vie professionnelle, mais pas d’enfants dont je dois m’occuper, je prends le temps de cuisiner maison, préparer mes lunchbox, faire moi-même et ne pas acheter de plats tout prêts, pour des raisons écolonomiques

Mais l’on peut aussi faire participer les enfants à la préparation des repas,

« A mes yeux, il est très important de sensibiliser les enfants à l’écologie, la bienveillance; ou ici le fait maison, avec des explications ludiques, didactiques, accessibles et gourmandes. 

Une sensibilisations dès le plus jeune âge plante les racines citoyennes les plus solides ».

🐞

🐞 En attendant de me trouver un verre léger à avoir toujours dans mon sac, j’ai réalisé que je pouvais boire dans le couvercle de ma boite repas ! 😬

🐞 Pour pouvoir laver mon kit de pique-nique « zéro » déchet, je cherche une éponge pas trop cracra à avoir toujours dans mon sac (et j’ai du savon de Marseille dans ma trousse, CQFD). Sans doute une « éponge » plate et pliable.

Il me reste un lot d’éponges « écolos » mais après, je ne suis pas sûre de me faire un tawashi car je trouve que ça lave/sèche pas très bien.

Et les brosses en bois sont les stars d’instagram en ce moment ; mais concrètement, tu fais comment pour laver de la vaisselle fine (verre, tasse, cuillère) avec une brosse ? 🤔

🐞 And so on ! 

 

 

Si cet article vous a plu, n‘hésitez pas à le partager !

Prenez soin de vous et bon vendredi lecture!

 

Publicités

6 réflexions sur “Vendredi lecture écolo : livres zerowaste et petits éco-gestes slow waste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s