Dans mon sac {récup} : réduction des déchets , défi rien de neuf et esprit zero waste

Bouteille, sacs à vrac et Ecocup : la organización

Pour préserver son dos, la planète et son porte-monnaie !

Bonjour mes néoptères !

C’est drôle ; je remarquais l’autre jour comme : plus mon sac à dos était petit, plus j’avais l’impression d’y mettre des choses !
En fait, le terme juste ne serait pas rempli mais optimisé (c’est c’la oui…) et organisé avec des choses vraiment utiles (mais-bien-sûr): dans mon quotidien, et pour la planète !

Si j’ai réorganisé mon sac cet été, c’est parce-que j’ai récupéré un petit sac à dos, qui est pile de la bonne taille pour y glisser mes affaires, sans que j’ai l’air de porter un menhir sur mon dos 😬 (plus de détails ici).

Il est plus petit, donc tellement plus léger; et pourtant bien mieux garni!

 

Organiser mon sac dans un esprit de réduction des déchets a été une sincère source de plaisir  (on s’amuse comme on peut).

Cela m’a permis de réaliser que limiter mon impact environnemental me tenait authentiquement à cœur. Que je ne le faisais pas pour prouver quelque chose, pour me donner bonne conscience; ou sous la pression des # et réseaux sociaux.

J’ai mis de moi, de la fantaisie, de l’organisation et de l’esprit « zerowaste« * dans ce rangement : et quel plaisir de voir que tout ces aspects de ma personnalité se recoupent naturellement et sans « sacrifice » qui irait contre mes intérêts (on en reparlera).

 

De voir aussi que j’avais un rapport plus sain et apaisé à la consommation : j’ai mis dans ce sac des produits du quotidien auxquels je tiens : ce qui signifie que je suis beaucoup moins dans un fonctionnement fait de : je veux quelque chose > j’en accumule en plusieurs exemplaires. Que je n’utilise pas une fois que je les possède car j’y tiens trop, de peur de les abîmer. Ou parce-que je retarde le plus possible le moment de faire usage de ce que j’aime, utilisant dans le présent des biens moins valorisés/ valorisants : ici encore, pour les préserver, reportant l’usage à un à-venir hypothétique.

Je suis d’abord passée par une phase où je fonctionnais dans cet esprit, mais n’achetant plus que des choses utiles. Puis des choses dont j’avais besoin/en plus faible quantité. Puis délaisse cette peur de l’usage du précieux dans le présent.

Mais par exemple, mon admiration pour le travail des artisans savonniers, m’a bien montré que j’avais encore des restes de cette tendance à acheter au-delà du nécessaire un produit dont j’ai besoin.

Peut-être de peur qu’il n’y en ait plus quand j’en aurai envie/besoin…La fille stocke quand même des savons 🤔 on se croirait en plein rationnement de guerre.. 😬

IMG_20180823_134650_362

Bref! Tout ça pour dire  ̶q̶u̶e̶ ̶s̶i̶ ̶l̶e̶ ̶r̶a̶y̶o̶n̶ ̶f̶a̶r̶i̶n̶e̶ ̶d̶u̶ ̶c̶o̶m̶m̶e̶r̶c̶e̶ ̶d̶u̶ ̶c̶o̶i̶n̶ ̶e̶s̶t̶ ̶v̶i̶d̶e̶,̶ ̶v̶o̶u̶s̶ ̶é̶t̶o̶n̶n̶e̶z̶ ̶p̶a̶s̶,̶ ̶j̶e̶ ̶p̶r̶é̶p̶a̶r̶e̶ ̶l̶a̶ ̶p̶r̶o̶c̶h̶a̶i̶n̶e̶ ̶p̶é̶n̶u̶r̶i̶e̶ qu’il ne serait soutenable ni pour l’équilibre, ni pour l’environnement, ni pour le quotidien d’organiser son sac dans un esprit qui ne correspond ni à vos contraintes, ni à votre personnalité.

🦋

Alors voici une manière de l’organiser :qui ne sera qu’une modeste source d’inspiration pour celle qui vous convient !

Si des marques sont présentes dans cet article, il n’est pas sponsorisé (les pauvres, heureusement : vu la qualité des photos !!) : ce sont simplement les produits présents à ce jour dans mon sac, dont je suis très satisfaite

🦋🦋

Pour l’optimiser (générer le moins de déchets possible, avec un sac le moins lourd possible), je me suis demandé :

– De quoi ai-je besoin au quotidien?

– Dans quelles situations je suis susceptible de produire des déchets ?

Puis j’ai organisé mon sac en plusieurs pochettes:

 

🦋 Une pochette pour les sacs à vrac

En attendant de savoir les coudre, j’utilise les petits sacs à vrac que j’avais achetés à la Biocoop il y a plusieurs années (le lot à un tarif très correct), ceux cousus par ma mum et/ou des tote bags et pochettes en tissu pas forcément prévus à cet effet. En général, pour ce qui est des courses : je sais à l’avance que je vais en faire (j’ai rarement des envies subites de carottes…quoi que!) et je réutilise souvent les sacs en papier de la Biocoop : qui sont apparemment compostables mais surtout bons pour le compost.

Les sacs en tissu me servent pour porter le tout ou en dépannage. C’est toujours pratique d’en avoir sur soi !
Et il y a toujours un moyen de s’en procurer, sans dépense supplémentaire. Comme je vous le disais ici, je réutilise les emballages de farine, thé, etc pour transporter des encas ou contenir des aliments en vrac.

La moitié de mes petits sacs à vrac ont été récupérés lors d’ « événements » de sensibilisation: n’hésitez pas à vous rendre à des ̶ ̶r̶a̶s̶s̶e̶m̶b̶l̶e̶m̶e̶n̶t̶s̶ ̶d̶e̶ ̶s̶n̶i̶f̶f̶e̶u̶r̶s̶ ̶d̶e̶ ̶k̶o̶m̶b̶u̶c̶h̶a̶  animations type « objectif zéro déchet » (antennes locales de l’association zero waste), « biotonomes » (biocoop), etc.

Et vous pouvez faire des sacs en couture récup  ou en avoir à l’occasion d’achats de livres :
Avec mon métier (libraire) j’ai eu la chance de récupérer des sacs en toile offerts pour l’achat d’1 ou 2 livres : tote bags, sac à dos (pliable, très pratique), cabas en toile. Une raison de plus d’acheter ses livres en librairie 😉  Je crois que les seuls sacs en toile que j’ai achetés sont ceux soutenant le réseau Cocagne. La plupart des médiathèques fournissent un tote bag lors de l’inscription également.

IMG_20180820_153337_452.jpg

Mais en-dehors des courses : ils m’ont par exemple été bien utiles l’autre jour, quand je suis tombée sur des cageots de fruits et légumes balancés dans une benne à ordures après un marché, alors qu’ils étaient tout à fait consommables ! Pour ce genre de situation, je trouve très pratique d’avoir aussi un petit sac imperméable qui se roulEnBoule dans sa pochette.
J’avais acheté ces deux sacs pliables en promotion (environ 2€) : certes dans des magasins dont je ne cautionne pas les pratiques; mais ils m’ont à de nombreuses reprises évité de générer des déchets inutiles.

 

     Sacs imperméables pliables
Bref, une pochette avec des petits sacs légers pour les aliments en vrac; 1 à 2 sacs en toile plus grands; et 1 à 2 sacs pliables + solides et imperméables, qui ne prennent pas de place.

 

 

🦋🦋

Ma gourde isotherme ou bouteille lavable

Vous vous en êtes sans doute rendus compte : j’aime le thé.
J’en bois beaucoup. Trop. C’est un des plaisirs que j’ai du mal à limiter 😉

Or cet été, j’ai tout naturellement réussi à en boire un peu moins : cette estimation se mesurant à la taille de la bouteille que j’utilise dans la journée. Celle-ci est aujourd’hui plus petite, et mon sac (trop petit pour une grande bouteille) bien plus léger.

Avec ce sac, j’utilise ma bouteille MonBento pour les boissons froides (comme ici ; ce qui me permet de boire de l’eau et moins de thé : ce qui est plus hydratant et moins pourvoyeur de théine).

Mes proches ont su deviner qu’une bouteille isotherme était une belle idée de cadeau à m’offrir; mais quand je m’offre moi-même un accessoire de pique-nique « zéro » déchet, je le fais lorsqu’il y a des promotions en raison de leur coût. Pour ma bouteille grise, comme je ne trouvais pas MonBento en commerce local, j’avais profité d’une commande déjà prévue sur Greenweez pour acheter une bouteille en promotion très intéressante. Je l’ai depuis plusieurs années : pour enlever les éventuelles traces de thé, quand je veux me faire un jus de citron, je le verse dedans, ainsi que les peaux (bio et lavées) 🍋

Le citron : un super-aliment écolonomique (article)

 

Et pour les boissons chaudes, ma gourde isotherme MB ou la petite sœur de ma grande bouteille Qwetch (je vous en parlais dans Ma vision d’une valise éco-responsable 😉).

Qwetch (cet article n’est pas sponsorisé) est pour moi la marque dont les bouteilles et lunchbox sont au meilleur rapport qualité-prix car les plus isothermes : mes repas (comme ici) et boissons restent bien chauds plusieurs heures durant, ce qui est vraiment agréable.

Bien sûr, il n’est pas nécessaire d’avoir plusieurs bouteilles comme moi. Je vous conseille de prendre une bouteille isotherme d’environ 75cL, elle servira pour divers usages et situations.

Si vous préférez l’inox, Gaspajoe  propose de très beaux produits ! Aline, qui en a fait l’expérience, vous en parlera surement mieux que moi 😙!

🦋🦋

 

🦋 Une pochette "beauté et hygiène"

Un baume hydratant : lèvres ou « tout en 1 »

Un baume à lèvres ou le mini baume onctueux Clémence et Vivien, que je me suis offert dans la boutique L’oeil de Biche, et qui a l’avantage de ne pas prendre de place, tout en étant polyvalent.
J’ai plaisir à utiliser et offrir les produits Clémence et Vivien, et suis d’autant plus contente de les trouver en boutique physique près de chez moi ! Ce genre de pot me ressert ensuite pour mettre  des produits plus bruts : type  dentifrice fait maison (cette recette toute simple), beurre de karité ou crème toute simple comme celle-ci.

 

Mini « baume à tout faire » Clém et Vivien

 

Des mouchoirs (lavables pour moi)

je vous disais ici que mes angoisses adolescentes s’étaient traduites par des lavages de mains, de fait d’une peur des microbes. J’ai donc été très vigilante en passant aux mouchoirs lavables. N’oublions pas que le jetable a incroyablement fait progresser les conditions d’hygiène et les conditions d’exercice de la médecine

Depuis quelques années, je me mouche très régulièrement. Mon expérience personnelle des mouchoirs lavables est que depuis que j’en utilise, je me mouche moins souvent et n’ai pas été plus malade (parce-que le lavable aurait véhiculé plus de microbes).

J’en ai récupéré chez ma mamie, et compte apprendre à en coudre à partir de linges que j’ai déjà (on-y-croit) !

🦋

1 ou 2 pochettes en lin pour le savon 

Mon Ikigaï est une créatrice locale dont je vous ai souvent parlé : car je trouve ses créations à la boutique l’effet Papillon, comme ses filtres à thé en lin dont je me sers surtout pour transporTHÉ (haha) mes savons : qui dans ces pochettes, respirent et sèchent bien (comme ici).

Très pratiques en voyage, ou pour tout déplacement si comme moi vous ne supportez pas de sortir des toilettes sans vous laver les mains.

N’hésitez pas à les fabriquer vous-mêmes, ou réutiliser : des pochettes de bijoux, de thé, voire des paquets de mouchoirs (mais le savon y sèche moins bien).

En ce moment, j’y glisse un savon de Marseille (multi-usages, il sauve en cas de tâche) et un mini-savon saponifié à froid : de La Savonnerie Bourbonnaise ou Route Mandarine dont je vous parlais ici.

Mini-savons transportés dans un filtre en lin ̶p̶a̶s̶ ̶d̶u̶ ̶t̶o̶u̶t̶ ̶f̶a̶i̶t̶ ̶p̶o̶u̶r̶ ̶ç̶a̶

 

Un crayon pour les yeux  : quand je mets du khôl, j’aime en général en remettre dans la journée. Un mini eye-liner est dans ce cas très pratique; mais j’aime aussi beaucoup le crayon 2 en 1 Avril, car il fait ombre à paupières : sans qu’il soit plus encombrant, je l’ai avec moi si je veux me (re)mettre une touche de fard sans être chez moi. Je vous en parlais ici,  ce crayon que j’avais acheté dans la boutique Avril de Rennes, est en effet très pratique : 2 en 1, je l’utilise donc comme fard et khôl.

 

🦋

porte-cartes d’une créatrice locale !

 

Une pochette « organisation pratique »

De quoi prendre des notes  : un petit carnet

Cartes, papiers, argent et incroyable mais vrai : j’ai mes clefs d’appart dans mon sac !

Une pochette pour protéger les papiers ; mais pas de portefeuille pour le moment (je n’utilise pas vraiment de cartes de fidélité : les bobos dans notre genre sont enregistrés au magasin Bio ^^😉)

Des z’écouteurs : Quand je marche, j’écoute le plus souvent des podcasts d’émissions et débats : de France Inter ou France Culture  ̶p̶o̶u̶r̶ ̶m̶’̶e̶n̶d̶o̶r̶m̶i̶r̶ par exemple : comme ceux sur la mode éthique, géopolitique, question détritique (fallait que ça rime)

Une pochette MIAM 

Un essuie-main léger (serviette de table ou petite serviette en nid d’abeille)

Une écocup : verre consigné (pour le froid) ou Keepcup (pour les boissons chaudes) :

J’ai récupéré gratuitement par une amie ce verre Ecocup, très pratique ̶p̶a̶r̶c̶e̶-̶q̶u̶’̶i̶l̶ ̶f̶a̶i̶t̶ ̶v̶e̶r̶r̶e̶ ̶d̶o̶s̶e̶u̶r̶ ̶s̶i̶ ̶j̶’̶a̶i̶ ̶u̶n̶e̶ ̶e̶n̶v̶i̶e̶ ̶s̶u̶b̶i̶t̶e̶ ̶d̶e̶ ̶f̶a̶i̶r̶e̶ ̶u̶n̶ ̶b̶a̶n̶a̶n̶a̶ ̶b̶r̶e̶a̶d̶ ̶  car il est léger et de la bonne contenance.

Comme pour les sacs en toile : les événements locaux sont ici encore une bonne manière de récupérer des accessoires zéro déchet gratuitement (Même si « si c’est gratuit, c’est toi le produit…! « ) : j’ai un verre EcoCup récupéré lors d’une campagne de sensibilisation aux produits faits en Bretagne.
Votre entreprise/campus en propose peut-être aussi à 1€ (comme ici ) !

On peut très bien se passer de petit verre dans son sac ! C’est juste que je me suis débrouillée pour qu’il ne soit pas encombrant; et parce-que ça dépanne vraiment bien !

Mais comme l’Ecocup est en plastique, je me dis que ce n’est pas la meilleure option pour verser des liquides chauds…

J’ai donc une KeepCup en verre trempé et liège (leurs détails ici)

Avant de m’offrir une KeepCup cet été, j’ai hésité plusieurs mois : après l’avoir découverte sur des médias sociaux anglophones.
Me disant « ce serait chouette cette tasse hermétique, pas trop lourde : pour boire ton thé s’il est trop chaud (les Qwetch n’ont pas de tasse intégrée) et éviter les gobelets jetables à l’extérieur  ̶m̶ê̶m̶e̶ ̶s̶i̶ ̶t̶u̶ ̶n̶’̶e̶n̶ ̶u̶t̶i̶l̶i̶s̶e̶s̶ ̶j̶a̶m̶a̶i̶s̶ »!

En effet, les bouteilles isothermes gardant vraiment les boissons bien chaudes, je préfère les verser dans une tasse. Au début, j’utilisais une petite tasse (fragile!) et ai même utilisé le couvercle de ma boite repas (pas très pratique !). Puis j’ai hésité à acheter un gobelet en inox Gaspajoe, qui n’a pas de couvercle et que je ne trouve pas en commerce physique local.

J’ai donc fait traverser la mer à une tasse. Un plaisir cohérent ?

Clairement, j’avais envie de me faire plaisir, par un produit qui me sera utile au quotidien et évitera des déchets. Mais que je n’aurai sans doute pas découvert sans des « influenceuses » low impact ; et qui a traversé la mer pour gâter la buveuse de thé que je suis, qui aurai très bien pu rester avec son gobelet ou trouver une marque française !

Mais le  ̶M̶A̶L̶cadeau est fait !

Et j’en suis tellement contente !
A peine l’achat réalisé, je culpabilisais déjà, vous imaginez bien.

Et puis quel plaisir à réception !
Déjà de pouvoir utiliser mon nouveau jouet instagrammable que j’ai « créé » (on peut personnaliser le modèle de son choix).
Et surtout de constater que la boîte d’envoi était la plus petite possible, en carton recyclé, sans emballage inutile. Je compte garder la boîte pour y mettre des cadeaux (Actuellement, je n’ai pas envie de faire peur à quelqu’un en tentant le Furoshiki, tant je suis douée de mes mains : je suis en « phase d’approche du concept » 😬 )

Cet achat ne me fera pas tant réaliser d’écolonomies car je ne take away pas de boisson chaude au quotidien ou dans un gobelet jetab’. Mais sans que ce soit au quotidien, je trouve très pratique d’avoir de quoi verser une boisson dans mon sac (depuis ma propre bouteille, une source publique ou un café (on peut ainsi obtenir une réduction) ).

 

 

Ce que j’ai appris de cet achat (tant qu’à faire)

Cet achat m’a vraiment fait réaliser que, si chacun de mes achats est raisonné et me sera utile; nombre de désirs sont créés par des influenceurs web, qui s’investissent pour défendre des produits engagés.
Ce sont donc des achats utiles, sans être des besoins.
De l’utile suscité.
Et afin de me reconnecter à ce que ces derniers ont de personnel, d’authentique : je dois renforcer ma capacité à prendre du recul devant certaines publications.

Je ne raisonne pas tant en « dépenser le moins possible », mais déjà être sure que ce dont je m’entoure a une valeur a mes yeux : simple valeur de nécessité, valeur matérielle ou valeur symbolique.

Ainsi, je ne regrette pas mon achat car je n’ai pas trouvé ce rapport qualité-prix, et cette réponse à mes besoins/envies dans un produit français et/ou ne nécessitant pas de commande internet.

Mais je sais à présent (cette KeepCup a visiblement des superspouvoirs, mieux que n’importe quel psy 🤔) quelles questions me poser avant un acte d’achat.

Pour reprendre l’exemple d’Immy : sa chaîne est très inspirante, et j’adore pratiquer de l’anglais autour de ses valeurs de soutenabilité sociale et environnementale (monarticle).

Mais pour que cet esprit reste « Low impact« , il convient de garder à l’esprit que les initiatives qu’elle supporte sont locales. Pour nous mangeurs de grenouilles, il n’y a donc qu’une moindre cohérence à céder à l’envie d’acheter ce qu’elle présente. You know wha’ I mean ?

Anyway...

🦋Des couverts réutilisables + 1 couteau pliable en cas de pique-nique

Si les couverts qui restent dans mon sac sont plutôt en bois; c’est en cas de pique-nique ou encas que j’utilise des  couverts plastiques voire jetables que j’ai pu récupérer.

Mais même pour ce qui est des couverts en bois, il n’y a pas forcément à en acheter pour l’occasion : une de mes cuillères en bois vient de la chambre d’hôtes écologique où j’avais logé à Groix (comment ça, j’étais pas censée la ramener?) .
Mais pour des couverts qui durent, mieux vaut emporter du solide : inox ou olivier; sans forcément débourser une fortune auprès d’une marque instagramable (je sais jamais si ce mot prend un ou deux m; c’est pourtant un concept tellement fondamental de nos jours…^^) !

Le plus souvent j’embarque ce que je trouve! Une chourfette du quotidien ne pèse pas tellement plus lourd qu’une en bois !

Des graines d’anis

L’astuce de Luizzati est en effet très efficace pour ceux qui aiment se laver les dents, ou à défaut, prendre un chewing-gum après le repas. En plus l’anis aide à digérer!

Je range le petit pot dans mon verre, comme ça il  prend   ̶p̶a̶s̶ ̶p̶l̶u̶s̶   moins de place !

 

Graines d’anis et bouquet de thym. Le plaisir de trouver du thym fin Août sur les étals…et de le garder dans son sac pour qu’il parfume la rentrée!

 

🦋 Quelques sachets de thé (chromosome au-cas-où)

Quitte à avoir fait venir sa tasse d’un autre continent, autant utiliser du thé hyper emballé, sinon c’est pas drôle !

Nan, mais soyons sérieux : je ne vais pas vous faire croire que je trimbale mon thé en vrac dans mon sac à main…
Il y a peut-être des éco-citoyens qui font ce choix ; mais déjà que ces sachets me servent surtout quand je suis en voyage, et non au quotidien : je ne vais pas en plus prendre 3 boîtes de thé (pour avoir le choix), ma théière (pour que les feuilles déplient bien leurs jambes), et mon passe-thé (les feuilles entre les dents, très peu pour moi)

Si chez moi je bois du thé en vrac pour des raisons écolonomiques et gustatives; il me reste des sachets de thé. Que ce soit du thé que l’on m’a offert (celui-ci!), dont je n’avais pas trouvé la version vrac, ou acheté en dépannage/voyage (le thé vert mangue jasmin de Budapest mon gars 👌).

Une boite-repas en cas de pique-nique

Une petite trousse avec un crayon quatre couleurs, un crayon à papiers; dans laquelle je mets aussi mon crayon pour les yeux, et mon essuyette à lunettes, pour qu’ils ne prennent pas plus de place

🦋 De quoi lire (of course)

Pour le transport, il va sans dire que ma liseuse est plus adaptée, car elle est beaucoup plus légère et prend moins de place qu’un Garpounet !

Moi qui étais plus que sceptique, et sachant que je continuerai à faire vivre le livre papier : je vous recommande vivement la liseuse pour voyager, pour lire lumière éteinte si quelqu’un dort avec vous, ou pour un usage pro (mes articles ne sont pas sponsorisés )!

Toutefois, en ce moment je lis des livres papier : surtout des essais d’écologie; d’où le manque d’articles sur des romans cet été 😊

🦋🦋

J’espère vous avoir montré par cet article ̶r̶e̶m̶p̶l̶i̶ ̶d̶e̶ ̶p̶h̶o̶t̶o̶s̶ ̶m̶o̶c̶h̶e̶s̶ ̶ qu’organiser son sac afin de préserver son dos, la planète et éviter des dépenses supplémentaires n’est pas réservé à des bobos, ou ceux disposant   ̶d̶’̶u̶n̶ ̶b̶o̶n̶ ̶a̶p̶p̶a̶r̶e̶i̶l̶ ̶p̶h̶o̶t̶o̶ ̶de ressources en temps, en argent, ou en accès à certaines informations.

Sacs en tissu ou à vrac, verre « écocup », couverts, carnets, serviettes peuvent être récupérés ou sont fournis à l’occasion d’autres achats.

Je trouve que les accessoires les lunchbox, gourdes isothermes sont une belle idée de cadeau à demander à Noël ou pour une occasion.

Si j’ai pu m’offrir une KeepCup cet été,  une bouteille isotherme bien avant ou des savons élaborés dernièrement : c’est parce-que, à mon rythme, j’ai rationalisé ma consommation, et il se trouve que si mes ressources sont très limitées,  ̶j̶’̶a̶i̶ ̶l̶a̶ ̶c̶h̶a̶n̶c̶e̶ ̶d̶e̶ ̶n̶e̶ ̶p̶a̶s̶ ̶a̶v̶o̶i̶r̶ ̶d̶’̶e̶n̶f̶a̶n̶t̶s̶ ̶ il y a également des dépenses que je n’ai pas à faire (cigarettes, TV (oui je survis), voiture).

Chacun ses choix, son cheminement ; chacun son mode de vie : chacun son sac!

Très belle semaine mes papillotes !

 

N’hésitez pas à partager les articles du blog qui vous plaisent ! Merci !


3 réflexions sur “Dans mon sac {récup} : réduction des déchets , défi rien de neuf et esprit zero waste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s