Lessive naturelle, boulettes végétales et déo maison… pour agir contre l’éco-anxiété?

«1/4 de la population sera en manque d’eau dans les années qui viennent
La trajectoire actuelle est de + 5 degrés : rendant plusieurs pays inhabitables et la vie à 9 milliards impossible

En ce mois de juillet aux températures « record», au Groenland, 11 milliards de tonnes de glace ont fondu en une journée.
En Arctique, le permafrost fond 70 ans plus tôt que ce que les scientifiques imaginaient
Les forêts tropicales commencent à ne plus absorber le CO² à cause des sécheresses et de la déforestation
Et ces phénomènes sont appelés à s’accentuer » (Cyril Dion, à l’occasion du  sommet du GIEC sur le changement climatique et l’utilisation des terres).

Et faire ma ptite lessive, mes repas maison et mon déo changerait quelque chose?
Oui.

Car dans ce contexte, les citoyens vont et iront « plus loin que les politiques car ils ne sont pas soumis aux intérêts des élus et aux visées électoralistes » ; mais aussi parce-que par tous mes «petits gestes» quotidiens, je ne vote pas avec mon porte-monnaie pour des pratiques écologiquement et éthiquement indéfendables, et ne soutiens pas des marques qui participent de ce système destructeur (déforestation, pollutions, perte de biodiversité, exploitation des Hommes et des ressources..).

Lessive, déo, brochette de boulettes et écorces de citron infusées dans du vinaigre (pour un usage ménager)

 

Je sors d’une période typique de grosse éco-anxiété *, donc je n’ai pas pris la plume pour délivrer un message de Bisounours naïf qui prend sur ses ailes de Colibri la responsabilité des petits gestes alors que ne sont pas faits les grands choix. Ces derniers doivent être complémentaires, et non s’opposer comme dans certains débats stériles actuels.
Non, je suis très lucide sur la situation présente et à venir, au point d’en avoir été aveuglée. En avoir parlé aux rares personnes avec qui je peux échanger à ce sujet m’a permis de prendre du recul, d’être plus dans l’instant présent et d’être moins submergée par l’ «A quoi bon?».

*A ce sujet, je vous recommande vivement l’article d’Emma , dans lequel je me suis particulièrement identifiée : tant dans les ressentis provoqués par la situation, que par la réaction émotionnelle qu’engendre ce mélange d’angoisse, de peur, de frustration (comme décrit dans cette émission par Clément Montfort, créateur de la web-série documentaire « Next ») ; mais aussi dans les conseils de mes proches pour prendre du recul face à ce stress omniprésent et cette désolation, me mettre moins la pression, et me rappeler que « Faire sa part n’est pas faire la part des autres ».

Boulettes de fonio

 

Mais «opposer le pessimisme de l’intelligence à l’optimisme de la volonté » permet de ne pas baisser les bras, d’opposer l’action à l’abattement, de continuer au lieu de désespérer.

Et l’angoisse teinte de pessimisme des actions que j’ai plaisir à faire : cuisiner sans gaspiller des produits bio, locaux et de saison, à majorité végétale ; offrir des cadeaux durables et faits mi-même ; faire mes produits ménagers et cosmétiques maison

Tout n’est pas entre nos mains; mais réduire voire supprimer notre consommation de produits :  chimiques, animaux, inutilement emballés, importés, polluants (habillement, agriculture, mobilier), source de déforestation…-réduire notre consommation tout court- peut et aura un fort impact sur les émissions de GES, le refus d’une agriculture source de pollution et d’affaiblissement de l’écosystème, sur les risques environnementaux et sanitaires. En envoyant ce message par une consom’action et un mode de vie alternatifs, on ne soutient pas un système qui marche sur la tête.

Alors qu’est remis le rapport du GIEC, voici 3 DIY que j’ai réalisés cette semaine : j’ai refait de la lessive, improvisé des boulettes et refait du déodorant à mon frère, qui a été conquis par celui que je lui avais fait à Noël 🎉 …comme quoi, on récolte des pousses inattendues en semant des graines inopinées (ce déo, toute une histoire!)

 

🌿Les boulettes végétales et sans gluten (parce-que, déjà, faire des boulettes, ça détend!) :

Le fonio est une céréale sans gluten provenant d’Afrique, que je n’avais encore jamais cuisinée. Bio, mais plus chère que le blé ou le riz, elle est intéressante à incorporer de temps en temps dans l’alimentation. Sa texture cuite étant proche de la polenta, l’ajout de flocons apporte du croustillant :

Dans une poêle, faire griller 100gr de fonio dans 1CS d’huile pendant 2-3 minutes
(je cuisine sans ail et oignon car je ne les digère pas, mais vous pouvez bien sûr en ajouter)

Ajouter 300mL d’eau (ou de bouillon), 1 pincée de sel (sauf si le bouillon est salé),1 cc de pâte de curry, (j’ai ajouté quelques feuilles d’épinards et 30gr d’aubergines déjà cuites avec du sésame), porter à ébullition et laisser cuire 10 minutes

Mixer le tout

Puis ajouter 30gr de flocons (ici 2/3 avoine, 1/3 millet), 2cc de purée de sésame, des feuilles de coriandre et du cumin 

Mixer à nouveau très brièvement

Avec cette pâte homogène et un peu collante, former des boulettes (en écoutant cette émission😉) : enfourner 20 minutes à 200°C.

Délicieux avec une sauce au yaourt, citron et cumin !

 

🌿Pour nettoyer les tâches d’épices des boulettes  : voici une lessive naturelle toute simple,😉  inspirée par le livre Zéro déchet de Julie Bernier :

Si possible, protégez-vous les mains et les voie respiratoires (je ne l’ai pas fait, mais je me suis dit que ça aurait été optimal)

Dans une casserole dédiée, mettre 1L d’eau, 1CS de cristaux de soude, 1CS de bicarbonate de soude, 25gr de savon noir, 25gr de paillettes de (vrais * ) savons de Marseille ou d’Alep (huile d’olive, huile de baies de laurier, eau, soude).

Porter à ébullition, remuer puis retirer du feu

Une fois le mélange refroidi, verser 15gouttes d’HE (ici lavande) et mélanger à nouveau

Personnellement, je verse ma lessive dans un bocal et non une bouteille : comme elle fige, il est plus pratique de la prélever à la cuillère dans le bocal, que dans une bouteille à petit goulot.

« La soude en cristaux est un sel soluble dans l’eau qui nettoie, désodorise, saponifie les graisses et neutralise les acides. Son pH alcalin permet de neutraliser les acides, détartrer et dissoudre les matières grasses sur le linge » indique La Droguerie Ecologique.

*Dans le magasin où je l’avais acheté, je n’avais pas trouvé les « vrais » savons (huile d’olive, eau, soude, chlorure de sodium).
A présent, je sais dans quel commerce en trouver, mais il me reste du blanc (à base d’huiles végétales comme l’huile de palme, et non d’huile d’olive en premier ingrédient). J’ai vraiment hésité à refaire ma lessive avec ce savon de Marseille blanc, cette fois-ci.
Non pas par racisme anti-blanc envers un produit devenu incompatible dans la communauté des z’écolos-bio-zéro déchet. Mais parce-qu’en plus d’une compo s’éloignant de la « tradi », avec des huiles qu’on préférerait éviter, ces huiles exotiques (Sodium Cocoate et sodium palmate se solidifient, donc figent (surtout si le savon est enrichi en glycérine) et encrassent plus facilement la machine.

Comme préserver les ressources passe par prendre soin de ce que l’on a déjà pour le faire durer, j’aimerai éviter d’abimer ma machine!

Mais je ne me voyais pas racheter du savon alors qu’il m’en reste. Je le réserverai peut-être ensuite à un usage « jardinier » !

Et avec tous ces efforts, on se dit qu’on aurait aimé avoir mis du déo efficace !

Ne m’attendant pas à ce qu’un déo naturel plaise à mon frère, j’avais brièvement noté les ingrédients, mais non le déroulé, ni la source, mille excuses.

🌿 Pour un pot de déodorant (texture crème) :

Dans un petit bocal placé au bain-marie, faire fondre 10gr d’huile de coco, 5gr de cire d’abeille et 20gr d’huile de jojoba

Dans un autre récipient, mélanger 30gr de bicarbonate (alimentaire, plus fin, sinon la sensation n’est pas agréable) et 15 gr de fécule (ça fonctionne avec la fécule de PdT, moins chère que l’arrow-root)

Dans le bocal laissé dans le bain-marie en ayant éteint le feu, verser progressivement le mélange bicarb-fécule, en fouettant au fur et à mesure avec une petite fourchette

Hors du feu, ajouter 15gouttes d’HE de palmarosa, puis transvaser dans un pot stérilisé.

Ce déo contient plus d’ingrédients que les plus simples déo maison, et m’a donc coûté plus cher à réaliser, mais c’est celui que mon frère  trouve le plus efficace (je l’aime beaucoup aussi) ! De plus, ces ingrédients servent dans de multiples usages cosmétiques et culinaires. Je n’utilise l’huile de coco que lorsque c’est nécessaire, comme lorsque sa capacité à figer est requise, et j’aime beaucoup en ajouter un peu dans le dentifrice de la famille zéro déchet , qui propose pleins de DIY; et propose dans leur nouveau livre, après avoir sensibilisé des milliers de gens aux petits gestes, de s’orienter vers les grandes transitions 🔄

Articles liés

🌿 «Souvent, devant l’ampleur d’une tâche à accomplir ou la la gravité d’une situation, le désemparement ouvre la porte au découragement plutôt qu’à l’action.
Parce-que, quel premier pas choisir face à la montagne à gravir ?
Pour quelle porte d’entrée opter devant ce dédale de « Il faudrait »?

La situation écologique est bien sûr un exemple de constat critique dont la gravité nous accable, où au colibrisme répond  l’«à quoi bon », quand un enjeu collectif pèse sur la responsabilité individuelle.

Dans ces phases à vide où l’on a la volonté et les raisons impérieuses d’agir, sans savoir comment ou par quel bout commencer, les défis peuvent être d’une grande aide» : Article .

🌿 Mon article ménage au naturel « le ménage c’était barbant et nocif, mais ça c’était avant…maintenant c’est juste barbant  » 😉

🌿Le livre Zéro déchet de Julie Bernier est présenté ici


3 réflexions sur “Lessive naturelle, boulettes végétales et déo maison… pour agir contre l’éco-anxiété?

  1. Bravo pour votre article car moi aussi je suis une grande angoissée par ce qui nous attend, parce qu’ une grosse majorité des gens s’en fiche, autour de moi on me prend pour une timbrée car je fais trop attention mais c’est aussi un jeu pour moi de trouver des astuces, de manger local, bio etc etc. Votre article et les références m’ont aidé à prendre un peu de recul.

    J'aime

    1. Comme j’en suis heureuse !
      Oui, alors que ce phénomène nous touche tous, on peut se sentir minoritaire et seul à adopter des gestes vraiment éco-resposables. Mais il ne faut pas que cette hyper-conscience nous isole et nous enferme dans une angoisse contre-productive. C’est pour cela qu’en parler ou prendre du recul permet de réaliser ce que l’on fait déjà, de mettre nos actions en perspective avec celles des autres, et de ne pas oublier de penser à soi au présent et pas qu’à un avenir inquiétant 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s