Douceurs faibles en sucres ou la question des sucrants naturels qui viennent de loin. Far sans sucre ni gras ajoutĂ©s, banana bread, carrot cake, biscuits veganđŸŒș

À la maison, on Ă©tait trĂšs peu desserts.
Bien sĂ»r il y avait le gĂąteau au chocolat noyĂ© de crĂšme anglaise au retour de la promenade dominicale, mais c’Ă©tait le plaisir de faire ensemble un gĂąteau maison et de se disputer pour lĂ©cher la casserole.
Et je n’ai aucun souvenir de dĂ©jeuners de famille oĂč trĂŽne la traditionnelle pĂątisserie du dimanche achetĂ©e Ă  la boulangerie.
On ne buvait jamais de sodas à table et je me suis vite lassée des bonbons.

Je croyais voir une privation dans le fait que ma mĂšre soit contre les cĂ©rĂ©ales ou desserts aussi sucrĂ©s qu’industriels. Et puis j’ai compris que c’est elle qui avait raison et que c’est trop facile d’ĂȘtre le parent permissif qui s’Ă©vite les frustrations qu’occasionnent les limites -qui ne sont finalement qu’Ă©ducation.

Donc le sucre, je m’en passe facilement, surtout s’il est aussi blanc que mes gambettes en avril ̶(̶e̶t̶ ̶e̶n̶ ̶a̶oÌ¶Ă»Ì¶t̶)̶

Mais ça reste un plaisir, j’aime finir le repas sur une note douce et j’adore cuisiner. Donc j’utilise des sucrants.
Toutefois, dans une intĂ©rĂȘt nutritionnel et de diversification alimentaire, je m’intĂ©resse aux alternatives.

La collection  « C’est dĂ©cidĂ© je m’y mets » de Larousse est trĂšs bien faite car elle allie donnĂ©es Ă©tayĂ©es, conseils pratiques et recettes.
Un livre est ainsi dĂ©diĂ© Ă  la rĂ©duction du sucre, avec un tableau prĂ©sentant l’index glycĂ©mique, le pouvoir sucrant et les Ă©quivalences de divers sucrants. Auxquels s’ajoutent bien sĂ»r les fruits secs, les bananes et les purĂ©es de fruits. Plein d’idĂ©es pour ne plus ĂȘtre addict au sucre raffinĂ©!

Et c’est lĂ  que l’alimentation saine entre en dissonance avec l’alimentation durable. Dans la mĂȘme veine que les desserts crus sans produits animaux Ă  base de fruits secs importĂ©s.

                                 Carrot cake

Car hormis les purées de légumes (courges, carottes) et compotes de fruits locaux (pommes, poires, voire figues) et certains fruits secs, les sucres et leurs alternatives viennent de loin.
Ce qui signifie que leur consommation ici pollue pour ĂȘtre acheminĂ©e depuis lĂ -bas
Quand leur production ne soutient pas des violations des droits humains dans les pays producteurs (dattes des territoires colonisés en Palestine; expulsions pour installer des monocultures intensives).

Ce qui fait l’intĂ©rĂȘt du commerce (l’Ă©change de biens qu’il est plus intĂ©ressant d’importer que de produire sur place) et le charme de l’ouverture aux produits d’ailleurs, pĂšse lourdement sur la planĂšte quand on est des milliards Ă  trop consommer.

Il s’agit plus de rĂ©flexion, que de « tout » (consommation dangereusement excessive de sucre) ou « rien » (refus total des produits importĂ©s).

🌿

Comme les palais ne sont pas encore habituĂ©s au zĂ©ro sucre, les sucrants naturels et alternatifs sont une bonne alternative du point de vue nutritionnel (les sucres blanc et roux  ne contiennent plus d’oligoĂ©lĂ©ments, d’enzymes ni de vitamines) ; d’autant plus qu’au vu du prix et du pouvoir sucrant, on en utilise moins.

Mais ces nouveaux or bruns sont un exemple parmi d’autres de la prise de conscience des effets d’un produit hyper-industrialisĂ© sur la planĂšte et la santĂ©…
…puis de la prise de conscience des pressions que font aussi peser les alternatives sur les ressources, les Hommes et la Terre.
Le syndrome quinoa en quelque sorte : des millions d’adeptes de la Healthy Food qui se ruent sur la graine miracle, rompant les Ă©quilibres agricoles et sociaux locaux, et mettant les populations locales dans une situation de dĂ©pendance telle qu’elles ne peuvent plus accĂ©der Ă  leurs propres denrĂ©es ancestrales.

Entremets peu sucrĂ©s (au sirop d’agave) d’aprĂšs la recette des crĂšmes caramel du livre de La FĂ©e StĂ©phanie, oĂč j’ai remplacĂ© le caramel par une confiture 100%fruits.

 

De plus, ce sont toujours ceux qui auront le temps et l’Ă©nergie de s’informer (sur les conditions de production, l’intĂ©rĂȘt de chaque sucre et le potentiel greenwashing, etc), puis les moyens d’acheter un sucre tracĂ© et certifiĂ©, qui pourront accĂ©der Ă  un sucre vraiment durable (socialement et Ă©cologiquement) et intĂ©ressant (saveur, nutrition).
C’est valable pour le sucre de coco par exemple, « superfood » exotique qui a la cĂŽte ; mais aussi pour une alternative locale comme le miel: il ne peut ĂȘtre une alternative au sucre du quotidien, car un nectar qui respecte vraiment les abeilles et la Terre est un produit de niche, vendu en trĂšs petites quantitĂ©s et cher. Sans parler bien sĂ»r des faux miels qui envahissent les rayons des supermarchĂ©s.

🌿Alors quoi, on demande un bol de houmous en guise de gĂąteau d’anniversaire, et des graines de sarrasin en dessert ?

Pas forcément.
DĂ©jĂ  je pense que l’on peut diminuer les quantitĂ©s de sucre indiquĂ©es d’environ 30%. Qui dit moins de sucre utilisĂ©, dit en acheter moins souvent, se dĂ©shabituer peu Ă  peu, utiliser des sucres plus intĂ©ressants, et faire moins pression sur les ressources.

La surconcommation de sucre est nĂ©faste, surtout que le sucre qui est omniprĂ©sent dans  les prĂ©parations industrielles est vide d’intĂ©rĂȘt nutritionnel car (blanc ou roux) car il est raffinĂ©. Et au contraire : en augmentant l’index glycĂ©mique, il sursollicite le pancrĂ©as, participe des maladies cardio-vasculaires, et bien sĂ»r du surpoids.

Donc rĂ©duire sa consommation de sucre passe dĂ©jĂ  par la prise de conscience de l‘omniprĂ©sence du sucre raffinĂ© dans l’alimentation « moderne »Â  : privilĂ©gier les aliments bruts et ĂȘtre vigilants sur les prĂ©parations -mĂȘme salĂ©es! induit naturellement une baisse de la consommation de sucres qui alimentent le diabĂšte et pas le cerveau*.

Ensuite, on peut jouer sur les Ă©quilibres et associations d’aliments, qui permettent d’obtenir un rĂ©sultat sucrĂ© en combinant un peu de diffĂ©rents ingrĂ©dients.

L’idĂ©e n’est pas de se priver de produits d’ailleurs, mais de prendre conscience de leur impact, les savourer avec modĂ©ration plutĂŽt que les avaler plusieurs fois par jour sans conscience de leur valeur, et de leur chercher des alternatives plus durables ou locales pour rĂ©duire l’importation de denrĂ©es du quotidien (et donc les transports polluants).

Banana bread

Bien sĂ»r, il existe toutes sortes de subterfuges : remplacer le liquide de la recette par un reste de thĂ© aromatisĂ©, mettre plus de chocolat ou corser le cacao avec du cafĂ©, utiliser des dattes, des Ă©pices, des bananes ou de la noix de coco…Mais, vous l’aurez devinĂ©, la logique reste la mĂȘme : ça vient d’loin.

Toutefois, elles mĂ©ritent d’ĂȘtre explorĂ©es  : les recettes que je propose plus bas ont Ă©tĂ© faites avec des bananes rĂ©cupĂ©rĂ©es (autant les cuisiner, puisqu’elles sont arrivĂ©es jusqu’Ă  nous) ; et mĂȘme si j’essaie d’en diminuer ma consommation, je bois du thĂ©, donc autant utiliser les restes Ă©ventuels, et certaines marques produisent le chocolat, cafĂ© ou thé  de maniĂšre Ă©thique et l’acheminent avec un moindre impact carbone !

Ces pistes nous amÚnent ainsi à explorer les alternatives locales : fruits séchés (abricots, figues, raisins), compotes de fruits, purées de légumes, infusions.

Lñ€™image contient peut-ÃÂȘtre : nourriture
Les biscuits que je prĂ©fĂšre quand il s’agit d’utiliser une banane trĂšs mĂ»re : une idĂ©e du livre Veggie Kids*

J’ai par exemple aromatisĂ© ces biscuits avec un reste d’infusion. Ils nĂ©cessitent peu de sucre, et permettent de valoriser une banane trĂšs mĂ»re :

Dans un saladier, Ă©craser une banane bien mĂ»re, puis mĂ©langer avec 5CS d’huile.

Ajouter 4CS de sucre complet (ex : muscovado) , 1cc de cannelle, 1 pincĂ©e de sel, 1 cc de poudre Ă  lever et 50gr de flocons d’avoine.

Ajouter 140gr de farine bio et locale, et 10gr de farine de coco. Puis une poignĂ©e d’amandes concassĂ©es (ou de noix, plus locales).
Bien mélanger.

Remplir une petite tasse d’infusion : rĂ©cupĂ©rer la garniture de l’infusion (fruits, fleurs, aprĂšs infusion), et en mĂ©langer une poignĂ©e dans la pĂąte Ă  biscuits.

Bien s’humidifier les mains avec l’infusion versĂ©e dans la petite tasse, pour mĂ©langer la pĂąte et façonner des boules gĂ©nĂ©reuses
Pendant ce temps : préchauffer le four à 180°C
Placer les boules aplaties sur une plaque préparée, et enfourner pour 12 minutes !

 

âŹ†ïž Ici, la recette avec 120 gr de farine T110, 15gr de farine d’avoine et 15gr de farine de coco.
Ayant fait cette recette pour un goĂ»ter en famille avec des bouches soit trop jeunes soit trop ĂągĂ©es pour manger des fruits secs, je n’en ai pas mis (mais ils apportent une douceur et un croquant bienvenus dans cette recette) ; j’ai juste garni des fruits tirĂ©e de la mĂȘme infusion. Celle-ci est  « tropicale  », de mĂȘme qu’une partie de la farine (coco). Et cette recette est une des rares oĂč j’utilise de l’huile de coco : je ne m’en prive pas, mais l’utilise peu et quand c’est  «nĂ©cessaire  » (sa capacitĂ© Ă  figer est pratique en cosmĂ©tique) et je trouve qu’elle rend cette recette peu sucrĂ©e encore plus douce et riche en saveurs (la recette du livre Veggie Kids prĂ©conise de l’huile neutre).

IntĂ©gralitĂ© du post dĂ©diĂ© Ă  ces biscuits dĂ©clinable Ă  l’envie, sur ma page Facebook)

🌿🌿🌿

 

Certains légumes, rùpés ou en purée, amÚnent aussi de la suavité, comme les courges, courgettes, ou les carottes :

Pour un gĂąteau Ă  la carotte :

-180gr de carottes rùpées
-250mL d’un mĂ©lange de lait d’avoine (qui apporte de la douceur) et de reste de thĂ© aux Ă©pices + 1CS de graines de lin
– 1CS de purĂ©e de noisette
– 200gr de farines (ici 190gr de plusieurs farines avec gluten, 50gr de farine sans gluten)
-1CS de cannelle
-8 gr de poudre Ă  lever
-1 petite cc de sel
– 35 Ă  50 gr de sucre (selon la saveur sucrĂ©e du mĂ©lange liquide, et la prĂ©sence ou non de fruits secs ⬇)
– Optionnel : fruits secs (cerneaux de noix, noix de pĂ©can ; abricots )

-Dans un saladier, mélanger les farines, la poudre à lever, le sel, la cannelle et le sucre

Mixer ensemble les liquides, la purée de noisette, et les graines de lin

Mélanger les carottes au mélange sec, puis verser le mélange liquide en mélangeant bien à chaque fois

Préchauffer le four à 180°C

Ajouter les fruits secs à la pùte et la verser dans le moule huilé

Enfourner pour une bonne trentaine de minutes !

🌿🌿🌿

🍌Et si vous avez/rĂ©cupĂ©rez plusieurs bananes trĂšs mĂ»res, le banana bread est une douceur qui peut se passer de sucre ajoutĂ© ! Comme avec cette recette :

140gr de bananes trÚs mûres
160mL d’un reste de rooibos Ă  l’amande (ou lait vĂ©gĂ©tal)
1CS de graines de lin
100gr de farine de blé semi-complet
90gr de farines sans gluten (ici pois chiches, sarrasin et pĂ©pins de courge parce-qu’elle Ă©tait en promo date courte Ă  -50%!)
10 gr de fécule
8 gr de levure
1CS de cannelle + 1cc d’autres Ă©pices (vanille, mĂ©lange de quatre Ă©pices)
1 pincée de sel
(Encore meilleur avec des pĂ©pites de chocolat pour les grandes occasions 🙂 )

Mixer ensemble le rooibos/lait, les graines de lin et les bananes

Dans un saladier, mélanger le reste des ingrédients
Former un puits, et verser le mélange liquide
Bien amalgamer le tout

Verser dans le moule Ă  cake

Enfourner pour 30 minutes à 180°C

🌿🌿🌿

J’avais trĂšs envie de far depuis un bon moment, sans trouver de recette qui me satisfasse vraiment. Puis je me suis lancĂ©e :

 

j’avais du lait de riz (Ă  la saveur naturellement douce et lĂ©gĂšrement sucrĂ©e) et un pot entamĂ© de gĂ©nĂ©reuse confiture d’abricot : sucrĂ©e mais pas trop, et avec des morveux de fruits, remplaçant ainsi le sucre et les vrais abricots (si chers cette annĂ©e ! )

Pour un délicieux far :

2 oeufs bio de poulettes qui ont vraiment gambadĂ© et eu une vie digne (j’achĂšte les miens en vrac Ă  la Biocoop (oeufs fermiers locaux) ou au marchĂ©)

400mL (=2 tasses) de lait végétal (ici de riz) : aromatisé si vous utilisez des fruits peu sucrés

100gr  de farine (ici un mĂ©lange T110 et petit Ă©peautre) qui peut ĂȘtre faible en gluten

Épices : ici 1CS de cannelle et quelques  gouttes d’arĂŽme de vanille

80 à 100 gr de fruits ou de confiture (ici abricots, avec de gros morceaux de fruits)-ou de vrais fruits bien mûrs (idéal avec des fruits glanés!)

Dans un saladier, mélanger les farines avec les épices

Préchauffer le four à 200C

Former un puits et ajouter, dans cet ordre, et en mĂ©langeant au fouet Ă  chaque Ă©tape : les Ɠufs et le lait

Mélanger les fruits/confiture à la pùte ou les déposer au fond du moule

Verser la pĂąte dans le moule,

Enfourner pour 45 minutes

 

🌿

S’interroger sur la consommation de sucre ne vise pas Ă  culpabiliser, ou gĂ©nĂ©rer une frustration. Et je ne vise pas par cet article Ă  me donner l’image d’une Ă©colo parfaite. Je ne prĂ©tends aucunement Ă  la perfection et ne pense pas qu’on avance bien loin en montrant du doigt ce que les personnes investies font encore d’Ă©cologiquement dommageable.

Non, ces recettes gourmandes et imparfaites invitent Ă  rĂ©flĂ©chir ensemble sur ce qui compose notre quotidien, prendre conscience de la provenance et de l’impact des produits auxquels nous nous sommes habituĂ©s, Ă©couter nos besoins rĂ©els pour ralentir une consommation plus consciente, et ne pas oublier que ce sont toujours les mĂȘmes qui auront les moyens pratiques, culturels, financiers de s’informer en profondeur sur leurs choix de consommation, et de les rĂ©orienter vers des options plus durables.
Il faut du temps pour se renseigner, « mieux » choisir puis cuisiner maison.

🌿Alors, peut-ĂȘtre une premiĂšre Ă©tape vers la reconquĂȘte d’une alimentation plus saine et durable » serait de valoriser les aliments bruts pour les encas sucrĂ©s : comme des fruits, des ptites graines (les fruits secs peuvent ĂȘtre locaux !) ou des tartines et un peu de chocolat, pour remplacer quand c’est possible les biscuits industriels pleins de sirops de glucose/fructose et d’additifs mauvais pour la santĂ© et la planĂšte? 🙂 ça cale mieux, c’est plus intĂ©ressant nutritionnellement et on retrouve le vrai goĂ»t des bons produits !

Madeleine de Proust si pratique : pain/chocolat : tu prends, tu poses. Et ce chocolat est importé par bateau !

 

🌿🌿

Articles liés :

 

L’article de HĂ©lĂšne sur l’huile de coco

*Mon article sur le livre Veggie Kids

A propos du thĂ© : « Le thĂ© est la deuxiĂšme boisson la plus consommĂ©e au Monde ;
alors pourquoi ne pas faire de son rituel, un inspirateur de changements durables dans les autres activitĂ©s du quotidien ? »

Une autre recette de banana bread 

*Si je ne me trompe pas : le Manifeste de La RelĂšve et la Peste traite de la question du sucre, et qu’il est bien pratique d’abreuver les consommateurs de sucres omniprĂ©sents qui ne nourrissent pas le cerveau, et empĂȘchent donc de rĂ©flĂ©chir

 

Fars individuels avec un reste de salade de fruits 💜

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s