[REVUE WEB] Les coulisses du livre : podcasts, articles, émissions pour réfléchir à la (sur)production

La surproduction liée à l’industrialisation et à la perte de conscience de la valeur d’un produit est un phénomène connu et traité à propos de l’alimentation, de l’habillement, ou des des équipements;  mais assez peu au sujet des livres.

IMG_20190807_213843_333

Trésor culturel vecteur d’idées, d’histoires ou de réflexions, le livre est un bien commercial dont la sacralisation ne lui a pourtant pas empêché de pâtir lui aussi d’une surproduction préjudiciable et déconnectée.

Ce sujet, énoncé par des acteurs du monde du livre ou traité sur ce blog depuis plusieurs années, s’est trouvé d’avantage médiatisé dans le contexte de crise économique et sanitaire de la Covid-19.

IMG_4949[1]

➡Ainsi, de grands éditeurs ont estimé que le problème était moins le volume de production que sa concentration à 1-2 moments de l’année ; ou se sont inquiétés qu’une baisse de la production porterait atteinte à la diversité des ouvrages et idées proposées aux lecteurs.

Faisant ainsi écho à la position selon laquelle « l’embouteillage est préférable à la censure», dans un contexte où les acteurs du monde du livre se trouvent structurellement dépassés par la production (pas le temps de lire, de découvrir, de faire vivre les livres, et d’autant moins les auteurs moins connus). 

Ces débats radiophoniques font souvent suite à des tribunes publiée dans les journaux par divers acteurs du monde du livre, comme dans l’Humanité ou Le Monde.

➡️Le retour du directeur des Editions Les Arènes sur la tribune diffusée par le collectif Editions année zéro Pour des livres sans date de péremption.

Des prises de parole qui rappellent que toute la chaîne de ce commerce au plus faible taux de marge pâtit d’une course en avant où la saturation de l’offre et de la demande illustre l’industrialisation et la concentration de l’édition (concentration capitalistique & commerciale et concentration temporelles des sorties de livres).

Nous sommes donc tou.te.s concerné.e.s et pour défendre les idées et leurs auteur.e.s, il ne s’agit pas seulement de refuser Amazon et son monde, mais aussi de réfléchir à l’éthique de la chaîne du livre.

 

Alors que vous soyez férus de lecture, collectionneur.se.s de livres-objets ou amoureux des librairies, je vous embarque dans une revue-Web dédiée aux coulisses du monde du livre! Afin de redonner du sens à cet objet qui le mérite, et remettre de l’équilibre entre ses visées culturelles, sociales et commerciales ! 

 

 

img_20170814_103023_843 (1)

➡Celles-ci sont d’ailleurs le fil rouge du Podcast La Mécanique du Livre, proposé par les Éditions du Commun, « soucieux d’éclairer un milieu professionnel qui nous semble obscur pour les lecteurs.

L’objectif : donner à voir les coulisses du milieu éditorial. Depuis la relation à l’auteur en passant par la promotion de l’œuvre, de la gestion quotidienne d’une maison d’édition à la place du livre dans le numérique, nous vous livrerons tous les secrets de la chaîne du livre».

Publier, vendre ou traduire : ces émissions en forme de discussion à bâtons rompus éclairent les rouages de chaque aspect du travail éditorial.

 

IMG_20170716_183029_792

 

➡Donner la parole à des professionnels pour réfléchir sur l’univers du livre, c’est également la motivation des créateurs des Mots en boîte.
Un podcast du site Actualitté sous forme d’entretiens avec des libraires, éditeurs, distributeurs et bien sûr auteurs.

Ces émissions éclairent sur les coulisses de l’écriture ou de la publication d’un livre ; et donnent également à réfléchir sur leurs tenants et aboutissants.
Notamment la marge, le pilon, ou la représentation de la littérature :

«La littérature est devenu un fourre-tout, ce qui l’a vidé de son sens.
Ce que l’on veut ce sont des livres « vrais », où l’auteur aurait une légitimité d’expérience. Or on confond la vérité et la sincérité.
La littérature c’est la singularité de rendre proche ce qui est éloigné, créer la surprise totale,
La littérature de mauvaise qualité est celle qui réconforte sans créer aucune surprise, qui nous mène là où on a envie d’aller pour oublier le réel.
Or la littérature n’est pas là pour ne pas penser, pour oublier le réel, mais nous y ramener différemment», Elisabeth Samama

 

Si délimitation il doit y avoir, peut-être la ligne se situe-t-elle moins entre « vraie littérature » et « divertissement », qu’entre moments de lecture : ceux où l’on a envie de réfléchir et ceux où l’on a besoin de s’extraire du réel pour y revenir là aussi différemment ?

Sans bien sûr faire l’ombre sur ces parutions purement commerciales qui font preuve de plus de facilité que de créativité et saturent le marché au détriment d’ouvrages plus travaillés, qui participent vraiment au plaisir ou à l’individuation.

 

IMG_20170821_180148_916

➡️Précarisation des créateurs, industrie idéologiquement de gauche mais ultralibérale en pratique, pression des groupes d’intérêt, manque de diversité du fait d’une logique de « caste », évolutions législatives… Dans cet épisode du Podcast Activistes ! Samantha Bailly rend aussi passionnants qu’accessibles les enjeux de cette profession de la création, qui souffre d’un manque de reconnaissance, alors qu’elle est sacralisée.

La présidente de la toute récente Ligue des auteur.e.s professionnels revient sur le rapport Racine, la rémunération des artistes-auteur.e.s, la représentation de leur activité, les implications de l'(auto)édition ou encore les privilèges ou fragilités au long de la chaîne du livre.

➡️Ces joies et difficultés propres à l’écriture d’un livre sont données à entendre dans le podcast d’Arte Radio : Bookmakers.

Au micro de Richard Gaitet, c’est peut-être votre écrivain.e préféré.e que vous entendrez raconter  « l’étincelle initiale, les recherches, la discipline, les obstacles, le découragement, les coups de collier, la solitude, la première phrase, les relectures… mais aussi le rôle de l’éditeur, de l’argent, la réception critique et publique, le regard sur le texte des années plus tard »!

 

Dans cette profession concurrentielle et risquée, des ouvrages peuvent ainsi être l’œuvre d’une vie, dans laquelle l’auteur.ice. a investi son temps, son cœur et son énergie pour proposer un contenu enrichissant ou qui sort du lot.

➡️Un tel travail de recherches et de vulgarisation sensée, est par exemple le cas de l’ouvrage de Natasha Tourabi, que j’ai d’ailleurs ajouté à mon article concernant la « fast-edition.

IMG_20200415_093225_900

De surcroît, Natasha propose sur son blog des articles emmenant ses lecteurs dans les coulisses de la naissance de son livre !

➡ Toujours autour du rayon Pratique, je suis tombée par hasard sur le blog de la talentueuse Maud Argaïbi, qui ouvre elle aussi les coulisses de la réalisation des livres, mais ici de son point de vue de photographe et styliste (culinaire).

Comme ces photos des coulisses de la sortie du livre Digestion facile.

À l’occasion de la réalisation d’un autre livre pour une digestion douce, Maud Argaïbi livrait d’ailleurs une réflexion intéressante sur le lien entre ventre et cerveau.

IMG_20180401_125621_688
Mon article sur ce beau livre, dont les photos et le stylisme sont l’oeuvre de Maud Argaïbi 

Bref, j’étais ravie de découvrir ces articles sur des sujets qui me touchent beaucoup (tant l’édition de livres Pratique que le lien entre cerveau 1 et cerveau 2😉).

IMG_20200603_211805
➡C’est toute la culture qui a été touchée, comme en témoigne cette série d’émissions sur les évolutions, réorganisations et fondations de la culture. Ce bien commun dont la valeur économique est difficilement estimable car elle ruisselle et que sa valeur symbolique est encore plus grande

 

Pour un beau livre d’un éditeur peu connu, sur un sujet atypique, rendez-vous ici 😉


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s