«Incroyable mais vegan! » : Marie Laforêt revisite l’articulation Tradition/Modernité en version végétale ! (+ point sur les noix de cajou : incontournable en cuisine vegan ?)

Je pense que pour s’endormir, on pourrait remplacer le compte des moutons par celui des livres de cuisine veggie

Une bonne nouvelle pour l’inspiration et la diffusion d’une cuisine plus respectueuse du Vivant?

Oui, sauf quand la surproduction entraîne perte de repères, rayons saturés ou productions de piètre qualité. Ce qui ne valorise ni le sujet, ni leurs auteur.ice.s !

Alors pour un livre de cuisine vegan qui se démarque, faites confiance à cet ouvrage de Marie Laforêt,  directrice de collection éditoriale, autrice et photographe culinaire de référence avec ses livres et son blog vegan  !

IMG_20200623_111531_330

Déjà, Incroyable mais vegan ! est un beau livre, où le talent de photographe de Marie Laforêt est mis en valeur par une mise en page attractive, dans un livre cartonné au graphisme soigné.

Une valeur ajoutée des Éditions Alternatives, engagées pour la qualité plus que la quantité, par respect pour les lecteur.ice.s et auteur.ice.s !

➡Attiré.e. par ce bel objet, vous l’ouvrez et découvrez 100 recettes où expertise et créativité valorisent les techniques et innovations de la cuisine vegan.
De quoi épater vos papilles et vos amis !

Des basiques réinventés aux douceurs en passant par les découvertes récentes, l’autrice regroupe avec un plaisir partagé, les savoir-faire éprouvés et/ou novateurs du végétal.

Les explications introductives sont aussi intéressantes que les recettes bluffantes, pour un livre précurseur, à l’image de son autrice.

Cashewbert, ses ferments vegan et le plaisir de lire qu’il cherche des alternatives à la noix de cajou !*

Celle-ci partage ainsi découvertes et recettes de ferments adaptés au fromage vegan, végétaux pour remplacer les saveurs de la viande ou des produits laitiers, expertises sucrées et autres décadences pour montrer que la cuisine végétale n’est pas source de privations ou frustrations.

En effet, ces 100 recettes sucrées et salées revisitent les basiques tradi ou réconfortants en version végétale : poutine, nuggets, bacon, « fish » & chips, tartes ou boulettes pour n’en citer que quelques uns. Et bien sûr : un panel de recettes de fromages vegan ou recettes à base de fromage végétal !

En consultant le sommaire vous découvrirez aussi les  basiques (crèmerie végétale, gâteaux ), desserts et traditions innovantes ou revisitées.

Je n’aime pas retrouver le goût de la viande ou devoir me procurer des ingrédients spécifiques pour une recette, et pourtant je suis sous le charme de ce livre, où talents culinaire et stylistique de Marie Laforêt se valorisent mutuellement.
Quel plaisir de savoir que cette recette, basique ou bluffante, a été réalisée et partagée par une créatrice culinaire à l’expérience, la pratique et la créativité reconnues !

Ce n’est pas ce que je rangerai dans un livre du quotidien*, mais la précision et la « révolution végétale » de ces recettes en font une valeur sûre quand on cherche à réaliser tel plat ou dessert typique en version végétale.
Qu’il s’agisse de l’originalité d’une recette de crème,  « FOUmage  » (mon surnom aux fromages végétaux 😉), œufs mimosa ou plat de  « viande ». Ou tout simplement d’une bonne recette de quatre-quarts, pizza, crêpes ou burger.

*Marie Laforet précise d’ailleurs que les recettes sont, en connaissance de cause,  souvent riches en sucres et gras, et ne constituent pas un modèle d’alimentation végane quotidienne.

A l’intérieur : conseils et recettes, mais aussi portraits de pro de la révolution végétale 😉

Ce livre est une gamme au-dessus des petits livres démultipliés qui proposent des recettes végéta*iennes, mais sans doute d’un bien meilleur rapport qualité-prix.

En plus de mieux rémunérer l’autrice, il se démarque par la qualité de son fonds et de sa forme.

Un ouvrage épatant à (s’)offrir pour les passionnés et curieux de cuisine végétale qui ont fait le tour des livres dédiés !

Incroyable mais vegan! de Marie Laforêt, 24.90€ aux Editions Alternatives

🥗Mon article sur Vegan 

🥗Mon article sur Vegan débutant

🥗Mon article sur Veggie Kids

🥗Mon article sur Healthy Vegan 

🌿🌿🌿🌿🌿

*Point noix de cajou

maja-vujic-FG29J5efMYQ-unsplash

Depuis plusieurs années, je m’intéresse ou expérimente les alternatives végétales; et une des premières que j’ai découvertes fut de faire des « FOUmages » avec des oléagineux.
A cette époque, je n’avais pas idée des conditions de production des noix de cajou, les oléagineux les plus utilisés car elles apportent saveur neutre et texture onctueuse. Je ne m’étais même jamais posé la question, comme pour beaucoup de produits qui constituent notre quotidien et dont on apprend les effets sur la santé, les Humains et l’environnement.
Et puis j’ai appris dans quelles conditions étaient produites les noix de cajou, avant de privilégier des alternatives plus éthiques ou locales :
«L’Afrique assure 55% de la production mondiale de noix de cajou, estimée à 3 millions de tonnes en 2016. Le reste de la production provient essentiellement d’Asie (45%) et d’Amérique du Sud (5%).
La noix de cajou brute est exportée vers l’Inde, le Vietnam et le Brésil qui abritent des industries de transformation. Les principaux pays (ou régions) consommateurs sont l’Inde, les Etats-Unis, l’Union européenne, la Chine, les Emirats Arabes unis et l’Australie».
«La majorité des noix de cajou provient d’Inde ou du Vietnam, du Nigeria, des Philippines, où elles sont écossées à la main car leur coque est difficile à enlever. Mais la cosse de la cajou est composée de deux couches, entre lesquelles on retrouve deux substances caustiques qui ont pour effet de brûler la peau.
maja-vujic-FG29J5efMYQ-unsplash
L’arbre à noix de cajou est originaire d’Amérique tropicale, et pousse aujourd’hui en Afrique de l’Ouest, en Inde et Asie du Sud-Est. 
En Inde, ce sont 50 000 personnes, presque toutes des femmes, qui travaillent dans le business des cajous. Elles ont toutes les mains noires et brûlées.
Pushpa Gandhi gagne 200 roupies par jour, soit 2,5 euros. Elle est payée par le grossiste, quelques centimes par kilo de noix en coques et elle produit environ 10 kilos de noix écossées par jour.
Pushpa travaille sans contrat et est au bon vouloir des récoltes. Si les récoltes sont mauvaises, il arrive qu’elle n’ait pas de travaille pendant deux mois. Lorsqu’elle rentre chez elle le soir, elle doit encore préparer le repas pour sa famille… une vraie torture.
VIDEO Leurs mains sont brûlées par l’acidité des noix de cajou qu’elles décortiquent à longueur de journée. En Inde, des dizaines de milliers de femmes sont employées dans cette production. Payées entre 3 et 6 euros par jour en fonction de leur cadence, beaucoup y laissent leur santé.
maja-vujic-FG29J5efMYQ-unsplash
 
Que faut-il faire ? Il ne faut pas boycotter les noix de cajou pour autant. Sans ce travail, ce sont 50 0000 personnes en Inde qui n’auraient plus ce maigre salaire. Il faut privilégier les produits qui sont labellisés et qui promettent un travail éthique
Par exemple, sur le site de La Fourche (aucune sponsorisation dans cette mention, juste un exemple de transparence sur la traçabilité), les noix de cajou bio  –en vrac et moins chères que dans la plupart des magasins bio/vrac– viennent d’une coopérative paysanne du Burkina Faso. Il est précisé : « Nous sommes conscients que les travailleuses-eurs peuvent être en contact avec cashew nuts shell liquid (CNSL). De ce fait, un protocole est appliqué pour éviter les irritations : (suite ici).
Donc si la recette requiert vraiment de la noix de cajou, mieux vaut soutenir des démarches éthiques. Mais souvent, privilégier des alternatives locales est possible : les noix ou noisettes sont des oléagineux très intéressants nutritionnellement, et les graines de tournesol peuvent remplacer la noix de cajou dans des recettes crues et/ou véganes (une graine plus locale et bien moins chère!).
D’où le plaisir de lire que le fondateur de Cashewbert réflechit à la question dans le livre de Marie Laforêt  😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s