De l’importance des blogs lifestyle et des vidéos beauté pour prendre soin de soi et de la planète

Je cherchais un titre qui soit bien référencé dans le monde des hashtags🤔.

Genre mieux que la circularité du houmous ou le syndrome du pipi sous la douche🙃

« Mon corps est un jardin, ma volonté est son jardinier » Shakespeare.

C’est par le « lifestyle » que j’ai été sensibilisée aux enjeux écologiques, que j’ai su qu’il était possible de faire autrement, de déconstruire les représentations normées de l’existant normal

Par des articles papotis, des routines beauté, des recettes veggie.

🍀Quand Marie Duboin dit que la charge mentale culinaire n’est pas une tâche domestique comme une autre, car la question de ce qu’on mange revient plusieurs fois par jour, et ne peux être reportée à dans 4 jours, comme le bricolage…
J’y trouve une résonance avec l’écologie individuelle : elle est insuffisante à la transition systémique qu’implique la préservation des droits environnementaux et humains.
Mais l’hygiène, l’alimentation, l’habillement…font partie intégrante du quotidien, ce sont des besoins primaires auxquels on ne peut échapper et sur lesquels on a une +/- grande marge de manœuvre. Pour certain.e.s, les cosmétiques, le (dé)maquillage, les déplacements reviennent également régulièrement.

promis je vais pas vous faire un DIY dentifrice ou lessive. C’est sô 2019💁

Délaisser complètement l’écologie d’ordre pratique et individuelle pour mettre son énergie dans un engagement plus collectif et militant, laisse sur le bord de la route celleux qui ont déjà des difficultés à adopter des « petits gestes », qui n’ont pas la capacité de faire plus que de l’écologie domestique

Ainsi que le fait que ces actes individuels sont fréquents et incontournables, d’où l’importance de commencer par les aligner au mieux avec ses valeurs personnelles et la responsabilité socio-environnementale.

Oui, l’écologie pratique a été une porte d’entrée sur la prise de conscience des tenants et aboutissants de notre consommation, la déconstruction de préjugés, l’ouverture à de nouvelles manières de penser, d’agir, d’être au monde.

Élémentaire, mon Pierre!

Au vu de l’importance qu’a eu cette découverte à un moment où j’étais très fragile, je m’y suis plongée sans retenue. Heures passées à regarder des routines beauté « éco-responsables », à lire des articles de recettes vegan ou de DIY ménage…

Mais aussi plongeon dans l’achat de ces nouveaux ingrédients ou produits de beauté, transition par par une consommation alternative.

Fragile, influençable et ayant tendance à combler des manques par la consommation, j’ai eu ma période BOBO, marques/petites adresses de niche.

«[Le vote du porte monnaie], modèle simpliste, hérité de l’économie politique et perpétué par les associations de consommateurs, est à la fois SOCIOCENTRÉ (seuls les + RICHES ont un libre CHOIX entre tous les produits existants, disposant de l’ARGENT ou du TEMPS pour les trouver)et PARTIEL […]» : {LIRE🍀 réflexions sur la consommation responsable}

Et puis je me suis rendue compte que ça ne me correspondait pas.
Plus jeune, j’avais déjà remarqué que les produits haut de gamme me convenaient moins bien que les gammes moins chères 💁

Mais surtout, je ne voyais pas plus d’avantages éthiques, économiques, écologiques à acheter des soins avec je ne sais combien ingrédients exotiques, ou de la nourriture vegan-healthy ayant un impact écologique certain, et pas vraiment plus d’intérêt que les versions plus simples et plus locales.

Le tout, vendu par des entreprises qui affichent « écoresponsabilité » ET incitations pressantes à acheter encore plus…et bien sûr, à des prix dont la justesse interroge et qui intègrent beaucoup de marketing. Ce qui est également le cas des marques sans éthique, qui affichent des prix déconnectés de la valeur des produits.

Donc, bien que la « consommation responsable » m’amène à m’interroger sur ce qu’est un « juste prix », je ne porte pas de jugement sur les l’utilisation de produits engagés onéreux, qui pourraient être remplacés par plus simples ou enrobés d’ingrédients déroutants et d’un marketing malhonnête.
Le vinaigre de cidre convient mieux à mes cheveux que les après-shampoing solides et j’adore la sensation de l’huile d’olive pour se démaquiller.
Mais j’ai aussi plaisir à me mettre une crème qui sent bon☀️💐, à soutenir des entreprises éthiques, à reconnaître l’engagement et le savoir-faire d’un produit aux prix et ingrédients élevés parce-que c’est le fruit d’années de recherche de matières premières et formulation idéales, dont la symbiose ne pourra jamais être remplacée par du gel d’aloe Vera tiré de son balcon.

Cet article aurait pu s’appeler amour, eau fraîche et résilience

J’ai plaisir à accueillir l’été avec un soin qui sent le soleil, à découvrir des marques engagées, à prioriser la consommation saine et durable dans mon budget (actuellement sans charges lourdes, ma propre charge me suffit déjà😅),à trouver un bon après-shampoing ou un joli rouge à lèvres…

🍀Mais d’une part je me suis bien rendue compte que, non, je n’étais pas faite pour être Gwyneth Paltrow💁 car ma peau préfère les produits bruts (visage, cheveux), simples ou peu chers (maquillage, hygiène).

« Carpe Diem et aime ton prochain »

…Et puis, avec les abysses, je ne trouvais ni d’énergie ni d’intérêt à prendre soin de moi.

Quand j’ai témoigné pour la journée de sensibilisation aux TCA, j’ai dû simuler une consultation avec mon thérapeute : j’ai parlé de l’importance de se respecter, s’autoriser le plaisir, mériter de se traiter comme une personne qu’on considère.

Je m’étais investie pour partager les réflexions importantes lors de cette journée, ne pas parler de mes repas mais de l’estime de soi, pas des quantités mais de l’inutilité de culpabiliser, de la bien-traitance (entre soignants et soigné.e.s mais aussi envers soi (c’est se mal-traiter que de manger un repas que l’on aurait jamais servi à quelqu’un d’autre)…Bref, j’avais fait en sorte de me concentrer sur l’essentiel de ce que j’avais compris au bout de 15ans…


Mais la caméra tournait et j’ai mis 10 minutes à comprendre que le médecin ne voulait pas qu’on se focalise sur le droit au plaisir dans l’alimentation…mais dans toutes les autres choses de la vie !

Donc déjà..temps de réaction.. puis il a bien fallu que je trouve quelque chose vu que je suis passionnée par les recettes de cuisine et les enjeux autour de l’alimentation🤓

Bon, j’ai dit que j’avais recommencé à mettre des bijoux et me maquiller, même sans « occasion » particulière.

Je me suis dit que mes propos allaient outrer les féministes.
Mais aussi que ce manque de confiance, cette peur du jugement faisaient partie de ma pathologie.

Fragilité qui a sans doute épargné les personnes qui peuvent se permettre de critiquer le soin ou les petits gestes

💁

Donc, entre routine quotidienne* et petits plaisirs, je ressuscite les lundis bonheur ☀️

*détaillée ici

Miracle morning…c’est marrant, moi je me réveille tous les jours à l’aube et ça a pas d’effet sur ma productivité, le glowy de ma peau ou ma clarté d’esprit 🤔faut vraiment que je me remette à la méditation et au yoga. Je vais acheter le livre de Gwyneth Paltrow aussi, tiens!c’est sûrement plein de conseils accessibles, il faut juste autant d’argent que de volonté et plus de followers que de soucis

Donc : nettoyôge du visage avec une eau florale. Souvent les mêmes, souvent fonction du prix🙈en magasin et le plus souvent à La Fourche (là où l’hydrolat de fleur d’oranger ou de rose est à prix plus accessible 🥰) appliquée avec un coton lavable.

Hydratation. Usuellement : crème à l’aloé Vera. Après plusieurs années à faire gel d’aloe + huile de jojoba, les contraintes pratiques m’ont fait me tourner vers le tout en 1. La crème Pur Aloe est bien équilibrée et polyvalente! Elle me reste fidèle depuis plusieurs années ! Elle hydrate sans rendre la peau grasse et peut s’utiliser sur tout le corps.

Mais en ce moment, j’ai fini le tube donc j’ai voulu essayer d’utiliser ma crème pour les mains sur le visage, et c’est plutôt pas mal ! Je craignais qu’elle ne soit trop riche mais non (j’ai une peau mixte).

C’est le baume Clémence et Vivien 🥰 aaah Clémence et Vivien ! Encore une chance que les riches ne connaissent pas : toute leur gamme, qui est à un excellent rapport qualité-prix, me convient idéalement ! Savons solides, déo, baumes à tout faire, et occasionnellement le sérum. A présent, j’achète le tout sur La fourche : je prends souvent les baume en gros conditionnements et les transvase dans des contenants plus petits.

Baumes et déo peau sensible Clémence et Vivien

J’utilise surtout le baume Lait d’amande mais quel plaisir de retrouver le baume aux fleurs d’été ☀️

Je ne mets pas souvent de crème parce-que je me dis que ça se justifie pas, personne ne vas le voir/remarquer mais occasion ou pas ça fait du bien, surtout quand elle sent si bon🌈

J’utilise aussi les savons solides Clémence et Vivien. Un prix très correct pour la qualité de ces savons saponifiés à froid. Je vous en parlais ici, c’est un procédé qui respecte la peau et les ingrédients du savon ; mais si j’étais prête à mettre 3-4€ de plus pour 100gr avant, maintenant je me base sur la référence des savons Clémence et Vivien ou Apo, puisqu’ils se trouvent à des prix très corrects pour une qualité qui n’a rien à envier à des savons plus chers.

Pour le maquillage, j’utilise les produits Avril. Comme Apo (hygiène corps/cheveux, crèmes..), ils se trouvent également sur La Fourche ou en ventes privées.

Ici encore, c’est la marque qui me convient le mieux et a le meilleur rapport qualité prix.

Le mascara volume déploie bien les cils et se démaquille facilement. Les rouges à lèvres sont très beaux, leur baume nourrit bien. Leurs crayons duos sont ingénieux, et leur kohl a une bonne tenue/couleur.

Je n’en mets plus mais leurs vernis sont très bien aussi. Très accessibles et à petit format, pour que le vernis ne sèche pas trop vite. J’ai l’impression d’être une youtubeuse beauté 😅

c’est bien les valeurs sûres. Pas besoin de prendre de nouvelles photos quand on les utilisait déjà il y a 5 ans

Donc, dans mes fav’💁 il y a aussi…mon shampoing sec (trop contente d’avoir recommencé à l’utiliser💚) et le vinaigre de cidre comme lotion de rinçage après-shampoing (ça peut s’appliquer sur la peau aussi)🌈un petit bouchon dans un grand verre d’eau, versés sur les cheveux après le shampooing. L’odeur ne reste pas!

A cause de mon skräpscham* j’ai recommencé à utiliser un après-shampooing solide que j’avais…exemple des achats que j’ai pu faire sous l’influence d’éloges de blogueuses qui en fait n’ont pas les mêmes peaux/cheveux/budget que moi.

Bah c’est mieux le remède de grand mère pour faire briller et l’après-shampoing Avril (tube orange) pour nourrir.

Pour le shampooing en lui-même, rien de clairement établi : après une cure de shampoing dermato traitant, j’ai utilisé le shampooing purifiant Avril et là je l’alterne avec l’agréable Pachamamaï .

Marque qui propose aussi un dentifrice à la menthe que j’adore mais à un prix au kilo que je trouve excessif. Donc je vais radicalement à l’opposé avec le Coslys en tube (pas « zéro déchet ») à petit prix, qui me convient bien quant à l’efficacité et au goût. Il parait que Lavera est également un très bon rapport qualité-prix.

eau micellaire (Avril ou Pur Aloe) pour le démaquillôge

Bon, par contre ça fait 5 ans que je cherche une crème solaire bio qui fait pas ressembler à un fantôme. Je pense que c’est soit tu blanchis les coraux avec ta crème ; soit tu mets une crème sans oxybenzone pour préserver l’ozone (ha.ha) les coraux…et c’est toi qui est tout.e blanc.he. Ça existe sûrement de bonnes crèmes avec des filtres respectueux de la biodiversité et du sex-appeal. Mais en attendant, je vais éviter de m’exposer…et puis de toute façon je vis la où la pluie a été inventée pour (éviter que?) que ça devienne un paradis 😇

* (skräpscham c’est mon nouveau mot pour dire honte de générer pas faire rentrer sa vie dans un bocal) : tout mon lifestyle est détaillé dans ce monologue (F)utile, sérieux et drôle (si, si. Et au pire y a des images).

Et vous, quels sont les rituels ou petits moments qui font du bien à vous et à la planète ?

Pour alléger la « charge morale » des critères éthiques à intégrer au choix de ses produits, on peut utiliser des appli comme INCI, BTMB (microplastiques) et bien sûr Yuka mais je ne m’en sers pas donc je ne sais pas quels sont les critères pris en compte : qu’en est-il de l’impact social, humain, écologique ?

Je ne consulte plus trop de comptes beauté puisque, aussi éthiques soient les personnes qui les tiennent, ça reste une multiplication d’avis pour des besoins différents, qui peuvent susciter envies et surconsommation si l’on a cette fragilité. Moi c’est le blog de Friendly Beauty que je suivais mais elle se consacre à autre chose à présent, comme Take it Green qui était une référence.
Ce paragraphe n’a donc aucune utilité…

Quoi qu’il en soit, prenez en compte ce sont vous avez besoin, ça peut être une huile précieuse aux plantes choisies avec soin, tout comme une crème bio plus bas de gamme; ça peut être les mêmes ingrédients que dans votre cuisine.. ou quelques produits élaborés avec soin par des entreprises qui ont le savoir-faire 💐et surtout ça peut varier selon les moments de la vie

Alors l’écologie individuelle : une charge mentale culpabilisante ou une engagement minimal et cohérent quand on ne peut pas s’engager plus loin que son foyer ?

Si les aimez/pouvez accorder de l’importance aux petits gestes , vous pouvez aussi vous détendre en réalisant des DIY (en plus cette recette de déo est super!)

Quand j’ai l’esprit disponible, je fais mes tambouilles en écoutant des podcasts.
Tapez n’importe quel sujet dans une barre de recherche.
Vous verrez, de la « langue française » au « végéta*isme » en passant par les « chaussettes » et la joaillerie…«tout est politique »😉

et si ça l’est pas, et bien y a pas de mal à se faire du bien, à d’écouter et se respecter tant que c’est dans le respect des autres. Mais la socio-linguistique c’est tellement intéressant 😱🥰


11 réflexions sur “De l’importance des blogs lifestyle et des vidéos beauté pour prendre soin de soi et de la planète

  1. Tellement d’accord avec toi… la socio-linguistique, c’est vraiment passionnant (je suis tellement triste que Parlez comme jamais soit fini) ! Et tout ce qui touche à la sociologie en règle générale est captivant je trouve. Un peu comme les neurosciences…
    Pour ce qui est des petits gestes du quotidien, je suis un peu sur la même longueur d’ondes que toi : ils ne sont certes pas suffisants, mais pour moi (je parle personnellement), ils sont tout de même nécessaires, dans la mesure où au moins, j’ai l’impression d’agir en accord avec mes valeurs (même si je n’ai que trop conscience de leur impact limité). Mais je sais aussi qu’il y a de nombreux freins pour les adopter (socio-économiques, symboliques…) et donc je n’applique cet adage qu’à moi !
    Après, pour tout ce qui est produits de beauté et « routine » cosmétique, qu’elle soit éco-responsable ou pas, je sais que je suis assez mauvaise cliente : ça ne m’intéresse absolument pas, et ça me saoule très vite. Le matin, je dois passer 5 min montre en main à me préparer, pas plus… Et comme j’essaye tout de même de faire attention à ce que les produits que j’utilise soient clean, le plus simple pour moi, c’est d’opter pour des produits bruts : de l’eau florale pour le débarbouillage (fleur d’oranger le plus souvent, j’adore l’odeur, sinon bleuet), de l’huile de coco pour l’hydratation et le démaquillage (les rares fois où je me maquille) et des savons saponifiés à froid fabriqués par une amie pour le corps. Pour le maquillage, je n’en mets pas assez souvent pour être très pointilleuse dessus, donc ou j’utilise des trucs qu’on m’a offert, ou des produits de la marque Avril (dont j’avais entendu dire qu’elle était plutôt clean, et qui a l’avantage d’être abordable et facile d’accès pour moi qui ne veut pas me prendre la tête avec ça). Bref, j’applique un peu à ma routine « beauté » la même approche que pour les produits ménagers : plus c’est simple et polyvalent, mieux c’est !

    J’aime

    1. Oh mais comme ton commentaire me fait plaisiiiir ! Mais ouiii trop triste que Parler comme jamais soit fini😱 du coup je me suis inscrite sur Twitter juste pour suivre des trucs de socio-linguistique 😅 c’est tellement intéressant de creuser le fait que «les mots font les choses» , leur impact social, voire politique. Sur neurosciences/écologie : as-tu écouté des entretiens du podcast Vlan?

      Ton témoignage sur les gestes du quotidien est pleine justesse et d’humilité. Wouah! Chapeau si ton amie fait ses savons, ils doivent avoir une vraie valeur symbolique pour toi 🙂
      Meuh oui, une crème élaborée ça fait du bien, mais on se rend souvent compte que les choses simples, les produits bruts, les astuces de grand-mère ça peut être tout aussi efficace, en étant moins cher et moins compliqué 🙂

      Équilibre, sens, mesure, SAINplicité 😉

      J’aime

      1. Non, je ne connais pas les podcast de Vlan, j’irai voir, merci ! Sur la linguistique, j’ai aussi bien aimé le podacast « La langue bien pendue », mais c’est pareil, il s’est arrêté…

        J’aime

    2. Mais ! Tu m’otes les mots de la bouche chère comparse de linguistique ! J’allais t’écrire pour te parler de « La langue bien pendue » 🙃
      Que j’ai découvert en tapant le nom de Laélia Véron dans Spotify,
      grâce à quoi j’ai également découvert qu’elle avait une chronique sur France Inter,
      Et trouvé d’autres émissions sur ce thème mais ça manque 🥺
      Éventuellement, certains épisodes d’Emotions (liberté…) 🙂

      J’aime

  2. A nouveau un bel article.
    La question de l’action à titre individuelle et/ou collective doit se juger en fonction de ses besoins/capacités. Bien évidemment ce n’est pas nos tous petits gestes qui modifieront profondément les choses, mais en mettant bout à bout tous les petits gestes de chacun, la somme n’est pas nulle.
    Bravo d’avoir l’humilité de dire que tu as été dans la sur consommation de produit ethico-ecologique.
    Trouver la routine qui nous convient n’est pas choses facile, il ne faut pas oublier que nous sommes tous différents et que notre peau varie aussi en fonction des périodes, de la météo, de notre santé, de l’âge….
    Je trouve que tu as bien raison d’appuyer sur équilibre, sens et mesure. Commencer par des produits de la cuisine et pur, voir ce qui nous convient ou non, et ajouter d’autres produits plus ou moins brut ou créés par d’autres avec la même idée de simplicité et ethico-ecolo est un conseil très juste.

    J’aime

    1. Coucou !
      Oui, les petits gestes sont, comme tu sais quoi, des pièces du puzzle insuffisantes à elles-seules mais nécessaires pour reconstituer et solidifier le tout😉

      Merci! mais c’est normal que je sois honnête sur mon rapport à la consommation « responsable », au fait que je me suis plongée dedans en surconsommant des choses déconnectée de mes besoins et du « bon sens ». J’ai moi-même du mal à mettre de la mesure donc je trouve important de l’intégrer à des publications sur le « mode de vie durable » 😊
      C’est nécessaire d’être honnête, tout comme ce n’est pas très constructif d’opposer actions individuelles et militantisme politique 🙂

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s