On sourit, c’est lundi ! « Changer d’ère l’air de rien », revue web responsable, maquillage bio et Amsterdam !

Bonjour mes hylobatidés!

Et si pour débuter la semaine, on dégustait un fourres-y-tout de plaisirs récents, et de plein de jolies choses en vrac ?

Livres, réflexions ou revue web : prenons l’air, changeons d’ère !

☀Ze livre Changer d’ère l’air de rien de V.Corréard

Le 24 mai est paru le guide pratique du journaliste Valère Corréard.

Une énième compilation de chroniques journalistiques?

Non! C’est pas vraiment le genre de la maison 💚

Comme pour le Scénario Zero Waste, je trouve ce livre très bien fait !

Entre illustrations ludiques de Nat Mikles, données étayées et pratiques, et prises de parole d’acteurs : il nous aide astucieusement à prendre conscience sans nous prendre la tete!

La préface d’Alain Bougrain Dubourg met les mots justes sur ce que je ressens à la lecture de cet ouvrage : responsabiliser sans culpabiliser !

Il se décompose en chapitres : alimentation, modes de consommation, habillement, energén, mobilité, implication citoyenne; information et relation au temps.

Ces deux derniers aspects étant, je trouve, des valeurs ajoutées bien utiles, que l’on a peu l’habitude de trouver dans un guide sur un mode de vie responsable !

 

Chaque chapitre étant construit selon cette logique structurée et didactique :

-La « BD » de Nat Mikles pose le sujet avec une derision perspicace

Connaitre : sur ces pages qui donnent les bases, l’on trouve des rappels des pratiques, l’explication des labels, le contexte législatif..Le tour enrichi de résultats de sondages et études.

Pourquoi changer :  ici c’est un état des lieux, et les implications (externalités de la situation actuelle)/(apports et externalités positives du changement) nourri de ressources et chiffres.

Il s’agit de sensibiliser en clarifiant les implications actuelles, et d’inciter à la prise de conscience en permettant de voir la réalité en face.

L’entretien avec l’expert(e) : assosa entrepreneurs..: il donne des clefs, des comparaisons ou tout simplement des observations pour constater, réfléchir puis agir; et approfondir des sujets souvent flous ou mal renseignés pour le simple citoyen.

Pour aller plus loin : l’auteur propose des ressources, témoignages d’engagement et initiatives locales (associatives, marchandes ou de services publics); ce qui rapproche cet ouvrage pratique de ceux de la collection « stop au... » (article)

Ce guide pratique étayé, qui nous rappelle avec légèreté la grave nécessité d’agir; nous fournit donc des ressources pour constater les implications de la situation actuelle, les moyens offerts pour changer, et les données pour réfléchir et agir par nous memêm, afin de s’approprier un enjeu qui souvent nous dépasse.

Le livre allie incitation à l’engagement citoyen, contexte législatif et constats/actions d’organisations transnationales.

Car c’est un problème global pour lequel on peut agir individuellement, à l’échelle du foyer, et surtout de la société puisque c’est une préoccupation PLANETaire!

À mettre entre toutes les mains!

☀Le plaisir de se replonger dans ses livres de cuisine coup de coeur, tout simplement :

Régulièrement, je fais du tri dans mes affaires et du rangement dans les livres que je mets à portée de main et de regard (toujours avoir des livres précieux sous les yeux, c’est réconfortant 😉) : quel plaisir de remettre le nez dans..

Tout sans gluten, Vegan ! À chaque fois que je replonge dans les livres de Cléa et Marie Laforêt (et les autres ✨) je suis épatée par la diversité, la richesse et la créativité de leurs recettes !

Des plaisirs essentiels de la culinothèque

Mon article sur ces auteures qui me correspondent 💜

☀Je commence à savoir ce que je veux. Et cet apparent nombrilisme me fortifie pour agir pour ce(ux) qui m’entoure(nt).

Les causes sociales et environnementales pour lesquelles je tiens à m’investir ne constituent plus une contrainte qu’il m’est inenvisageable de ne pas m’imposer
mais une motivation naturelle qui prime dans mes choix quotidiens (zerowaste, seconde main)

Non que ma conscience écolo était jusque là insincère, bien au contraire.

Mais quand on a à cœur de s’investir pour plusieurs causes (gaspillage, mode éthique, environnement, alimentation durable, déchets, respect des animaux..), ce sont des vigilances quotidiennes authentiquement motivées, mais dont l’addition est forcément fatiguante.

Car agir pour/lutter contre, ce n’est pas choisir l’option de facilité. Non que ce soit un « mal nécessaire » pour notre belle planète, mais prendre conscience et repenser ses habitudes demande des efforts, tout simplement.

Donc pour qu’investissement ne rime pas

avec sacrifice, il y a des causes qui vont naturellement s’imposer comme irrépressibles et majeures dans notre cœur.

Pour ma part, cela commence à se faire, après une importante période d’autoculpabilisation et de frustration parce-que je n’en faisais pas assez {pour}..

Bien sûr, il s’agit d’être responsable sur des aspects pluriels de notre quotidien, et il n’est pas ici question de hiérarchiser des causes (zerowaste, cause animale, environnement, économie circulaire) puisque tout est lié.

Mais ce qui se passe en mon for intérieur en ce moment est libérateur, car je sais ce qui me tient le plus à cœur, ce pour quoi m’investir est une évidence naturelle ; qui apparaît de moins en moins comme une contrainte par rapport à mes habitudes antérieures ; que comme une manière de m’extraire de prises de tête intimes.

gateaux zerowaste rhubarbe citron amande

En faisant primer ce que je choisis (lutte contre le gaspillage, préservation de l’environnement) sur ce que je subis (en cas d’angoisse, j’ai tendance à accumuler, vouloir posséder : c’est beaucoup moins le cas à présent; le refus du gaspillage alimentaire prime de plus en plus dans mon organisation alimentaire.. ).

Des investissements globaux s’ancrent ainsi comme des évidences personnelles.

Ce qui est libérateur dans le sens où se responsabiliser pour un tout, s’impose comme naturel, source de reflexion, de créativité et d’apaisement !

🕊

Sinon…

☀J’ai mis du PQ sur ma wishlist

🕊

 

☀ pendant que je fais de cocasses petits pas, certains en font des grands!

🕊

☀Je Drenche, tu Drenche

Entre les exams et le fait que ma radio soit réglée sur France Inter, je ne suis pas l’actualité assez en profondeur (genre les trucs vraiment importants,pas la politupolavec un tout petit peu démoralisant), et j’aime pas ça. Je suis abonnée à quelques newsletter de journaux, mais je n’ai pas je ne prends pas assez  le temps d’en lire suffisamment ; surtout que je limite mes abonnements aux newsletters pour des raisons écologiques et parce-que c’est pas comme ça qu’on pérennise le travail des journalistes.

Et que je tiens à diversifier mes canaux d’information, donc à aller chercher au-delà des médias usuels et algorithmes.

Grace à la Nébuleuse, j’ai par exemple découvert le blog de socio Une heure de peine, qui propose une approche sociologique et s’agace de faits d’actualité.

Surtout, via La Causerie, j’ai découvert Le Drenche, une plateforme qui confronte les points de vue sur des sujets d’actualité, afin de (tenter de) se forger le notre. Comme elle est participative, on y note des coquilles ; et ses concepteurs ne cachent pas qu’ils ne sont pas journalistes.

Mais ces mises en perspective permettent une nouvelle approche, ou tout simplement de (re)poser les bases de sujets dont l’effervescence médiatique brouille tout positionnement et compréhension clairs.

 🕊

À propos de médias; pour partir à Amsterdam, j’ai emporté des bouquins et le hors-série Socialter sur les déchets : une approche complete et interessante du déchet , de son histoire à sa gestion, en passant par ses implications et sa réduction sans radicalité.

Nombre de hors-séries traitent de sujets intéressants ce mois-ci : féminisme, démocratie, environnement, Mai 68; ou le numéro spécial We demain (vers de terre, revenu universel et photos de l’agence Magnum 😉)!

 

☀ Un de nos partiels se déroulant à Rennes, j’en ai (tu penses bien) profité pour visiter quelques librairies.

Alors que je revenais de La nuit des temps -où j’etais venue piocher des conseils et les pin’s de La Mouette 😉- j’ai découvert qu’il y avait une boutique physique Avril cosmétiques à Rennes !

Comme je suis très satisfaite du rapport qualité-prix de leur maquillage, je me suis dit que c’était l’occasion d’éviter une commande internet !

Et si à Amsterdam, je ressens le besoin de ne pas me maquiller (rarissime chez moi, j’aime me mettre du mascara (Avril ou en ce moment So bio Etic) quotidiennement : je suis ravie du crayon fard/liner que j’ai trouvé chez Avril !

Parce-que je me faisais justement la réflexion depuis quelques temps, que je n’avais plus de crayon/liner, que je mets de temps en temps.

Or comme celui-ci fait 3 en 1 (fard, liner et khôl pour le noir et beige) , il allège considérablement ma trousse de toilette !

Et les couleurs sont vraiment belles, des nuances lumineuses que j’aime porter.

J’y ai aussi pris un gant de démaquillage en coton bio, qui me permet de transporter mes cotons lavables en voyage 🕊

 

Oui, parce-que le bonheur du jour, c’est quand même mon 1er voyage solo, au pays des tulipes, de Vincent et Miffy et des voies cyclables !

Vous pouvez d’ailleurs retrouver mon article sur ma vision d’une valise et d’un voyage plus « responsable » ici!

Et nhésitez pas à me suivre ici ou : j’y partage un tas d’astuces zero gaspi, de livres et de photos de nature 😘

Publicités

10 réflexions sur “On sourit, c’est lundi ! « Changer d’ère l’air de rien », revue web responsable, maquillage bio et Amsterdam !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s